[ Me connecter ]
Messages récents | Retour à la liste des messages | Rechercher
Afficher la discussion

A vrai dire j'en suis incapable
par Béotien 2020-01-26 18:43:05
Imprimer Imprimer

Mais interrogé, je vais tenter de répondre :

1) Lors de l’Audience générale du 26 novembre 1969 Paul VI dit lui-même :

[…]«Ce n'est plus le latin, mais la langue courante, qui sera la langue principale de la messe». […]
«Certes, il s'agit là d'un sacrifice très lourd».[…]

Mais il ajoute plus loin :

[…]«le nouveau rite de la messe demande que les fidèles sachent chanter ensemble, en latin, sur des mélodies faciles, au moins quelques parties de l'ordinaire de la messe, mais surtout la profession de foi et l'oraison dominicale».[…]

Le pape dit que la langue courante sera la langue principale de la messe.
Il ne dit pas que la langue courante sera la langue exclusive de la messe.
De même, il n’exprime nulle part son intention propre (personnelle) de supprimer totalement du culte le latin et le chant grégorien.

Paul VI est intervenu quelques jours plus tard devant des supérieurs de communautés religieuses :

«[…]le concile Vatican II s'est expressément et solennellement prononcé sur […] des règles claires et précises énoncées dans les Instructions. Dans une de ces Instructions destinée à la mise en pratique de la Constitution sur la Liturgie, il est précisé que "dans la célébration chorale de l'office divin, les clercs sont tenus de conserver la langue latine". Une autre Instruction qui a pour titre "De la langue à employer dans la récitation de l'Office divin", publiée le 23 novembre 1965, confirme ce précepte.[...]Donc, et jusqu'il en soit établi légitimement d'une manière différente, ce sont là les lois en vigueur : elles réclament cette obéissance qui doit être la caractéristique première des membres des communautés religieuses [...] Et puis, il ne s'agit pas ici seulement de conserver la langue latine dans la récitation chorale de l'office divin[...] mais il s'agit aussi de conserver intact le décor, la beauté et la vigueur originelle des prières et des chants.»

Dans l’exhortation post-synodale Sacramentum Caritatis le pape Benoît XVI déclare : «Pour mieux exprimer l’unité et l’universalité de l’Église, je voudrais recommander ce qui a été suggéré par le Synode des Évêques, en harmonie avec les directives du Concile Vatican II : (182) excepté les lectures, l’homélie et la prière des fidèles, il est bon que ces célébrations soient en langue latine ; et donc que soient récitées en latin les prières les plus connues (183) de la tradition de l’Église et éventuellement que soient exécutés des pièces de chant grégorien.» ?

L’usage de la langue courante est donc bien limité et circonscrit !

On sait bien que dans la réalité, les choses ne se sont pas déroulées comme le Concile le demandait : Paul VI fut très peu obéi et il n'aurait pas été davantage suivi en se montrant plus ferme : les temps étant à la contestation, les clercs ont très vite abandonné le latin, de leur plein gré ou, pire, forcés.

2) ce que PL veut dire en parlant de restauration de la liturgie :

Au moment de Vatican II, l’Eglise a souhaité redécouvrir une forme plus authentique du rite romain, en débarrassant ce dernier d’éléments qui s'étaient surajoutés les uns aux autres en fonction de pratiques propres à telle ou telle époque particulière.

Contrairement à ce que l’on peut encore voir généralement, le but consistait donc non pas à édulcorer les rites, comme on a pu le croire, mais bien de leur donner une plus grande puissance signifiante.

La restauration envisagée a été engagée sur deux axes : celui de la redécouverte de la place que doit avoir l’Ecriture Sainte dans toute action liturgique et celui d’une révision des livres liturgiques sous l’autorité des évêques du monde entier (l’Eglise est universelle et par conséquent ne se limite pas au périmètre Orient-Méditerranée-Europe qui fut le sien pendant près de quatorze siècles).

Il s’agissait de

- clarifier les rites en les dégageant d’éléments ajoutés successivement lorsque l’affectif religieux avait pu s’affirmer au détriment d’une réelle théologie sacramentaire ; ils devaient retrouver leur transparence, leur brièveté et leur noble simplicité.
Il importait de rétablir ce qu’était le rite romain dans l’état où il était avant qu’il ne subisse progressivement l’influence d’une piété subjective et sentimentale et ne soit recouvert par une pompe imitée des fastes qui avaient cours dans les sociétés d’Ancien Régime.

en gardant fidèlement la substance des rites, on les simplifiera, on omettra ce qui, au cours des âges, a été redoublé ou a été ajouté sans grande utilité ; on rétablira, selon l’ancienne norme des saints Pères, certaines choses qui ont disparu sous les atteintes du temps, dans la mesure où cela apparaîtra opportun ou nécessaire.

(SC §50)

- rétablir l’union intime entre le rite et la Parole en la manifestant clairement, plus particulièrement à travers le choix d’extraits bibliques variés et mieux adaptés aux fêtes célébrées.
Et à cet effet
- rendre possible de célébrer en employant les langues vernaculaires : la langue latine demeurant la langue de la liturgie romaine, apparaissent à côté d’elle les langues courantes qui rendront les textes liturgiques intelligibles pour les fidèles.

- sortir la liturgie du domaine de l’individualisme et du privé pour réaffirmer que toute célébration de l’Eglise est essentiellement un acte communautaire, ainsi que l’a affirmé Pie XII dans l’encyclique Mediator Dei.

Contrairement à ce qui est souvent affirmé, le Concile n’a pas inventé un nouveau rite ni « fabriqué » une « nouvelle liturgie ». Il a simplement jeté les bases d’une opération de restauration du rite romain, en se basant sur le travail de révision de la liturgie amorcé au XIXe siècle par Dom Guéranger. Le Cardinal Ratzinger n’a-t-il pas comparé cette entreprise à celle d’une restauration d’une fresque ?

[…]«A quoi pouvait ressembler la liturgie en 1918 ? Je tenterai une comparaison sans doute imparfaite comme toute comparaison, mais qui éclairera mon propos. La liturgie, à ce moment-là, donnait l’apparence d’une fresque parfaitement préservée, mais presque entièrement recouverte de couches successives. Dans le missel que le prêtre utilisait pour célébrer la messe, la liturgie apparaissait telle qu’elle s’était développée depuis ses origines, alors que pour les croyants, elle était en grande partie dissimulée sous une foule de rubriques et de prières privées. Grâce au Mouvement liturgique, puis de façon plus nette lors du concile Vatican II, la fresque fut dégagée et, pendant un instant, nous restâmes fascinés par la beauté de ses couleurs et de ses motifs.
Exposée depuis lors aux conditions climatiques
[…]la fresque risque toutefois d’être détruite si l’on ne prend rapidement des mesures pour mettre un terme à ces influences nuisibles.»[…]
L’ancien Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi n’est cependant pas dupe :
«Certes, il ne s’agit pas de la recouvrir derechef d’une autre couche, mais de susciter un nouveau respect pour tout ce qui la touche, une intelligence renouvelée de son message et de sa réalité, pour éviter que cette redécouverte ne soit le premier pas vers sa perte définitive ».[…]
(Cardinal Joseph Ratzinger, L’Esprit de la Liturgie, ad Solem, 2007, pp 9-10)

Encore pardon pour mon bavardage intempestif (je n'ai jamais su "faire court")
Merci de votre attention
Beotien


  Envoyer ce message à un ami


 Les constats impuissants de Pro Liturgia par vistemboir2  (2020-01-20 19:21:54)
      Vous m' avez devancé. par AVV-VVK  (2020-01-20 19:54:44)
      Pro Liturgia... par Paterculus  (2020-01-20 20:04:11)
          Pas tout à fait d’accord avec vous par vistemboir2  (2020-01-20 22:05:32)
              Et encore ceci par AVV-VVK  (2020-01-22 11:25:44)
                  Le ver était bien dans le fruit ... par vistemboir2  (2020-01-22 22:28:50)
                      Mais ceci maintenant (contre-attaque) par AVV-VVK  (2020-01-24 20:27:30)
              Précisions tardives par Béotien  (2020-01-24 19:20:31)
                  Vous lisez mal PL (et ce que j'écris)... par vistemboir2  (2020-01-25 09:45:21)
                      Mauvaise lecture, admettons, quoique par Béotien  (2020-01-25 16:04:52)
                          Il me semble que vous ne voulez pas comprendre par vistemboir2  (2020-01-25 22:11:09)
                              A vrai dire j'en suis incapable par Béotien  (2020-01-26 18:43:05)
                                  Votre naïveté me désarme... par vistemboir2  (2020-01-27 09:22:30)
              Le carnavalesque ou/et le grégorien par AVV-VVK  (2020-02-03 15:55:09)
      Pourtant j'ai assisté à de très belles messes par Ewondo  (2020-01-21 01:30:42)
          De (très) belles messes (F.O.), par AVV-VVK  (2020-01-21 09:29:52)
          Et alors ? par vistemboir2  (2020-01-21 09:52:40)
              Mille fois d'accord avec vous ! par Ewondo  (2020-01-21 11:23:57)
      P. L. répond aux "inconditionnels"... par AVV-VVK  (2020-01-28 20:48:35)


107 liseurs actuellement sur le forum
Le FC en deuil
[Valid RSS]