Soutenez l’abbaye du Barroux en passant commande auprès de sa boutique en ligne !
[ Me connecter ]
Messages récents | Retour à la liste des messages | Rechercher
Afficher la discussion

Benoît XVI accusé de ne pas citer Vatican II dans le livre
par Jean Kinzler 2020-01-21 13:17:04
Imprimer Imprimer

J'avais espéré. Oui, je l'avais espéré. Les nouvelles qui se sont succédées au seuil de la publication du livre m'ont fait penser (et espérer) que les environnements autour de J.Ratzinger, sa petite cour, et le cardinal téméraire, l'avaient conduit à souscrire à des textes d'autres personnes, de faux textes, textes improvisés. Non. Il y a ces textes dans le livre, mais ce ne sont pas les siens. Au lieu de cela, le sien, ce qui ressort au centre du livre et qui constitue le seul cadre, est le sien: le style, l'argument, l'audace et la finesse sont les siens, indubitables.

Mais c'est précisément le drame. Dans ce texte, certainement aussi marqué par la faiblesse de l'âge et la fragilité du corps, cependant, une "théorie de la prêtrise" apparaît avec une clarté inchangée qui, construite indirectement pour défendre la centralité du célibat, définit en fait une vision de l'Écriture, de la liturgie et de la de l'Église qui est argumentée sans la moindre référence aux grandes constitutions du Concile Vatican II. Tout le raisonnement, dans tous ses passages, se déroule avec les outils conceptuels et les expériences déjà disponibles dans les années 1950: comme si le temps s'était arrêté et comme si le Concile n'avait jamais été là. Mais commençons par le début.

La réforme liturgique rendue facultative: "Summorum Pontificum" (2007)

Les choses m'avaient paru commencées dans le même sens dès 2007. En juillet de la même année, en fait, en lisant le texte du Motu Proprio Summorum Pontificum, j'avais déjà pensé que ce document, qui prétendait «réhabiliter» soudain toute la liturgie préconciliaire, n'aurait pu être conçue que dans une vision «suspendue» de l'histoire. En fait, elle pouvait être acceptée par une Église qui, recommençant à célébrer avec les rites précédant la réforme liturgique, ne pouvait plus saisir, de cette réforme, tout le besoin et l'autorité. En effet, la réforme liturgique est la "première" réforme issue de Vatican II, justifiée précisément par une nouvelle compréhension de l'Église et du sacerdoce.

Si, à un moment donné, près de 50 ans après le Conseil, une disposition prétendait rétablir précisément les rites que le Conseil lui-même avait demandé de changer, alors le doute a surgi que cette décision signifiait non seulement de "restaurer" le vetus ordo , mais aussi l'ancienne église cléricale et l'ancien sacerdoce exclusif. Ces mots de circonstance, qui affirmaient que la réforme liturgique était absolument confirmée dans un document qui la niait, ont retenti aujourd'hui, dans de nombreux passages du livre de Ratzinger-Sarah, où nous parlons d '"obéissance filiale" alors que nous ne voulons qu'entraver lourdement le père. Mais lorsque deux évêques parlent comme Pinocchio, l'autorité est déjà diminuée.

Le silence du Concile dans le texte de Ratzinger sur le sacerdoce

Beaucoup ont déjà noté que l'insistance - caricaturale chez Sarah, plus insidieuse chez Ratzinger - sur la qualité «ontologique» du célibat pour le sacerdoce contraste ouvertement avec un texte conciliaire tel que Presbyterorum ordinis 16. Mais si ce n'était que pour cela, ce serait encore peu quoi, même si le fait qu'un cardinal préfet de la Congrégation du culte et un évêque émérite de Rome ne mentionnent jamais le texte le plus faisant autorité sur le "célibat" en parlant du sujet devrait déjà être préoccupant.

Mais la principale préoccupation est que, en parlant de célibat, le sacerdoce est décrit, l'exégèse biblique est proposée, le sens du culte est décrit, l'espace ecclésial est configuré. Et dans tout cela, nous procédons "comme si le Concile n'avait jamais été célébré". Une herméneutique biblique tout à fait arbitraire est proposée, prétendant ne pas prendre en compte les résultats de décennies d'études sur la signification de la relation entre sacrifice et sacerdoce, comme si Dei Verbum n'avait jamais parlé. Nous procédons à une identification de la "relation avec le Christ" comme s'il s'agissait du "presbytéral spécifique" et non du "baptême commun", comme si Lumen gentiumn'avait-il pas relu l'expérience ecclésiale avant tout comme «communion du peuple de Dieu», comme «corps du Christ», comme «temple de l'esprit». Nous raisonnons sur l'acte d'adoration comme si l'action rituelle était une affaire pour vous, entre le prêtre et le Christ, et n'impliquait pas à l'origine l'assemblée assemblée, étant caractérisée par cette "participation active" que le Sacrosanctum Concilium place au centre de la dynamique rituelle.

Bref, le livre, non pas tant dans les paroles flagrantes du cardinal Sarah que dans les expressions les plus étudiées du théologien Ratzinger, apparaît comme la conséquence finale d'un "dispositif de blocage", d'un "enlèvement" et d'une négation. Le Concile Vatican II, dans le livre, n'est mentionné qu'une seule fois, mais, comme toujours dans le dernier Ratzinger, seulement comme une source de préoccupation. Pour reprendre les métaphores qu'il a utilisées le 12 octobre 2012, depuis la fenêtre de la place Saint-Pierre: le Concile était associé, contrairement à la "nouvelle Pentecôte", au "péché originel", aux "mauvaises herbes", au "vent contraire" , au "mauvais poisson". Dans ce texte également, le Conseil n'est pas là. Il est silencieux. En effet, il est explicitement et sensationnellement nié. Le célibat ontologique est le fils d'un sacerdoce clérical qui génère la liturgie antique et l'église tridentine.

Pères et fils, nostalgie et prophétie

Qui n'a pas compris, ou ne veut pas comprendre, a parlé de "tempête dans un verre d'eau": qu'est-ce qui est étrange s'il y a une discussion sur le célibat dans l'Église? Comme toujours, les positions peuvent être diversifiées, même sur un thème délicat comme le célibat. Mais si vous utilisez un thème marginal, le rendant si central, que de la définition du célibat vient une vision du sacerdoce, du culte et de l'Église qui nie tout ce que le Concile Vatican II a affirmé et ferme tout ce que le Concile a ouvert il est alors clair qu'il faut limiter cette nostalgie agressive: la négation systématique du Concile doit être évitée ouvertement et avec autorité.

Un père peut être tellement scandalisé par son fils qu'il va même jusqu'à le répudier. Ainsi, il me semble être dit de J. Ratzinger, qui a honte de son fils "Vatican2" - parce que le Concile est et reste son fils - qu'il n'en parle plus. En fait, il fait tout pour le nier et le brouiller. Mais le Conseil, malgré cette répudiation, était à son tour un père et a engendré de nombreux enfants. Parmi lesquels il y a aussi Jorge Mario Bergoglio. Che del Concilio est un fils heureux, heureux et souriant. Ainsi, entre les deux papes, la relation n'est pas directe. Entre les deux se trouve le Concile Vatican II. Dont Benedetto était un père plein de remords, tandis que Francesco est un fils plein d'enthousiasme.

Nous respectons bien sûr les biographies: la relation de paternité n'est jamais linéaire. Mais l'Église doit marcher. Le sacerdoce commun des fidèles, la liturgie assistée et célébrée par l'assemblée, l'Église comme peuple de Dieu sont l'irréversibilité de l'Esprit. La nostalgie n'a jamais été capable d'enseigner. La prophétie, cependant, est vivante et ne peut pas être arrêtée. Elle peut encore moins être arrêtée par l'ostentation hypocrite d'une fausse obéissance des enfants au père, quand il ne s'agit que de pères qui ne veulent à aucun prix reconnaître leur fils et leur petit-fils: c'est-à-dire le Conseil de nature pastorale et le pape qui vient du fin du monde. Ayant clairement exprimé cette volonté viscérale de répudier le Concile Vatican II...suiteici


  Envoyer ce message à un ami


 Rebondissement - Livre Celibat Sacerdotal par Giacomo123  (2020-01-14 08:03:55)
      Vu l'état par Jean-Paul PARFU  (2020-01-14 08:22:04)
      Voir le compte Twitter du Cal Sarah par Meneau  (2020-01-14 08:46:50)
          Communiqué officiel du cardinal Sarah publié sur Twitter par Athanase  (2020-01-14 11:22:04)
              Grandiose! par Le Cap  (2020-01-14 12:09:19)
              Des preuves. par Rémi  (2020-01-14 12:49:12)
                  Les mêmes par Meneau  (2020-01-14 13:58:57)
                      Sur le lien donné par Rémi  (2020-01-14 14:16:32)
      Diffamations d’une gravité exceptionnelle par Accipiter  (2020-01-14 09:06:41)
          Relire des épreuves ou écrire un livre par Jean-Paul PARFU  (2020-01-14 09:25:45)
              Au moins 7 pages par Meneau  (2020-01-14 09:35:38)
                  Voir aussi par Meneau  (2020-01-14 09:41:33)
                      Il est possible par Jean-Paul PARFU  (2020-01-14 09:51:32)
                          Il n'y a rien de bien nouveau par Le Cap  (2020-01-14 11:09:51)
                          Que nous sachions par Rémi  (2020-01-14 12:54:05)
                          Risque par françois d'Avila  (2020-01-14 14:59:49)
                              Au moins ce sera clair par Pétrarque  (2020-01-14 15:08:27)
                  42 pages par Thierry  (2020-01-14 20:22:48)
                      Ce n'est pas le nombre de pages qui compte par Meneau  (2020-01-14 20:26:23)
                          Le "prince"... par Rodolphe  (2020-01-14 22:04:01)
          les progressistes doivent maintenant comprendre par jejomau  (2020-01-14 10:51:01)
      Excellent ! par Paterculus  (2020-01-14 12:14:35)
      "Pagina non trovata" par Rémi  (2020-01-14 12:37:17)
      Benoît XVI demande le retrait de son nom du livre par Gereo  (2020-01-14 14:05:57)
          Comment comprendre ce revirement ? par Regnum Galliae  (2020-01-14 14:26:11)
              Benoît XVI a sûrement senti qu'il sortait par Gereo  (2020-01-14 14:36:07)
                  Il y en a en tout cas UN pour qui... par Pétrarque  (2020-01-14 15:31:35)
                      En parlant d'irrascibilité, le cardinal Ratzinger pouvait par Gereo  (2020-01-14 16:05:25)
                          C'est sans commune mesure. par Pétrarque  (2020-01-14 19:04:29)
                              et le Pape s'est lui-même excusé par Luc Perrin  (2020-01-14 23:47:37)
                          16 avril date de naissance ... par Ewondo  (2020-01-14 20:12:06)
                              17 décembre ... par Ewondo  (2020-01-14 20:52:26)
                  scandales sans fin causés par ... ? par Luc Perrin  (2020-01-14 23:24:49)
              Oui, il y a une autre explication. par Yves Daoudal  (2020-01-14 14:38:11)
                  Cafouillage total, oui par Gereo  (2020-01-14 14:50:00)
                  Et à propos de la demande de Benoît XVI par Regnum Galliae  (2020-01-14 14:57:26)
                      Après, il y a ce que dit Benoît XVI par Regnum Galliae  (2020-01-14 14:58:23)
                          Vous n'allez pas nous embarquer dans une histoire de sosie par Gereo  (2020-01-14 15:17:58)
                              qui a parlé de sosie ? par Regnum Galliae  (2020-01-14 15:28:16)
                                  Votre référence à Soeur Lucie m'y a fait penser par Gereo  (2020-01-14 15:47:50)
                                      en effet par Regnum Galliae  (2020-01-14 15:50:19)
                      Il ne veut pas gêner l'exercice du pape régnant par Gereo  (2020-01-14 15:10:36)
                      Benoit XVI laissera son nom sur la couverture par Leopardi  (2020-01-14 16:49:30)
                          Ah effectivement la différence devient subtile par Gereo  (2020-01-14 16:56:04)
                              J'imagine la marmotte de chez Fayard en train par Gereo  (2020-01-14 17:01:24)
                                  Ou plutôt de réduire le nom de Benoît XVI par Athanase  (2020-01-14 18:26:09)
                                      Un incunable! par Le Cap  (2020-01-14 19:40:13)
                                          Je confirme par Thierry  (2020-01-14 20:35:09)
                                      C'est aussi le titre qu'il faut changer par Gereo  (2020-01-14 19:44:31)
              ne tombez pas dans le panneau de la "soi-disant unité de l'Église" par Luc Perrin  (2020-01-14 23:31:14)
                  Oui braves gens ne sortez pas du magistère périnnien par Gereo  (2020-01-15 00:26:59)
                      Oui oui par Jean-Paul PARFU  (2020-01-15 00:56:33)
                      une bonne tête de vainqueur par MG  (2020-01-15 01:00:52)
                          Quelle suffisance ! par Gereo  (2020-01-15 11:34:52)
                          il y a toujours eu des adorateurs-trices à la façon d'Homenaz par Luc Perrin  (2020-01-15 11:51:08)
                              Merveilleuse citation par Eudoxie  (2020-01-15 16:19:40)
          Mgr Ganswein affirme que Benoît a écrit le texte sur le célibat sacerdotal par jejomau  (2020-01-14 14:50:16)
          Insupportable par Eudoxie  (2020-01-14 20:09:00)
              Les progressistes par Tibère  (2020-01-14 20:16:26)
              ZENIT répond par AVV-VVK  (2020-01-14 20:40:26)
                  désinformation encore une fois (de infozénit) par jejomau  (2020-01-15 07:10:07)
      Son nom restera bien sur la couverture par Gereo  (2020-01-14 16:50:51)
          La pravda par Le Cap  (2020-01-14 18:01:05)
          En substance il est écrit par Paxtecum  (2020-01-14 18:16:55)
              Merci pour votre synthèse, mais... par Gereo  (2020-01-14 18:28:42)
              Benoit XVI toujours aussi faible.. par Rodolphe  (2020-01-14 19:38:29)
                  Je dois dire par Tibère  (2020-01-14 19:46:15)
                  Un peu le même sentiment par Peregrinus  (2020-01-14 20:16:12)
              Quelle lâcheté... par Rodolphe  (2020-01-14 21:24:20)
      Au final, on se demande qui manipule Benoît XVI par Meneau  (2020-01-14 18:40:23)
          François a fait pression par Jean-Paul PARFU  (2020-01-14 19:43:15)
              Peut-être par Tibère  (2020-01-14 19:48:12)
                  Ce qui est étrange par Jean-Paul PARFU  (2020-01-14 20:01:30)
                      Des naïfs par Tibère  (2020-01-14 20:08:23)
                      Et si... par Candidus  (2020-01-14 20:24:53)
                          En même temps ! par Miserere  (2020-01-14 22:32:06)
              Votre billard à trois ou quatre bandes donne par Gereo  (2020-01-14 20:04:40)
              Évidemment !!! par Candidus  (2020-01-14 20:37:06)
                  Tweet de Jean-Marie Guénois par Athanase  (2020-01-14 21:01:57)
              Ignatius press maintient la cosignature de Benoît XVI par Athanase  (2020-01-14 21:43:09)
                  ça c'est envoyé! par Eudoxie  (2020-01-14 21:47:24)
                  ça c'est envoyé! par Eudoxie  (2020-01-14 21:47:31)
                      Le record du jour: Massimo Faggioli tweete plus vite que son ombre ! par Athanase  (2020-01-14 21:56:24)
                  Et ils ont bien raison... par Rodolphe  (2020-01-14 21:51:28)
              Article de Jean-Marie Guénois par Athanase  (2020-01-14 22:17:10)
          un détail : le pape émérite connaît bien la vie de saint Célestin V par Luc Perrin  (2020-01-14 23:40:28)
      2 eme action des loups par Pericles  (2020-01-14 20:18:46)
      Le train sifflera trois fois par Quaerere Deum  (2020-01-14 23:03:27)
          à ceci près que le livre ne changera rien par Luc Perrin  (2020-01-15 00:00:23)
              Conclave ? par Quaerere Deum  (2020-01-15 11:42:51)
                  La solution est à chercher ailleurs par Adso  (2020-01-15 15:27:44)
                      Vous voulez dire ? par Athanase  (2020-01-15 16:27:24)
      Un ami m'a rapporté de la Procure de Paris par Ewondo  (2020-01-15 21:34:03)
          Et donc ?... Ce livre mérite-t-il... par Sacerdos simplex  (2020-01-16 00:27:34)
              [réponse] par Yves Daoudal  (2020-01-21 14:39:15)
                  Oui, mais son avis n'est qu'une opinion théologique par Mboo  (2020-01-21 16:07:44)
          Rare ? par Yves Daoudal  (2020-01-21 14:32:27)
      Benoît XVI accusé de ne pas citer Vatican II dans le livre par Jean Kinzler  (2020-01-21 13:17:04)


37 liseurs actuellement sur le forum
[Valid RSS]