[ Me connecter ]
Messages récents | Retour à la liste des messages | Rechercher
Afficher la discussion

Tim Stanley: ''François a peur du rite ancien et il attaque Benoît XVI''
par Chicoutimi 2021-07-22 07:18:36
Imprimer Imprimer

Un article publié par Benoît-et-moi:

Traditionis Custodes: une attaque contre l’héritage de Benoît XVI

François a peur du rite ancien et attaque Benoît


La Bussola s’entretient avec Tim Stanley, chroniqueur du Daily Telegraph.



22/07/2021

''Depuis 2007, il y a eu une croissance significative au Royaume-Uni de fidèles et de communautés célébrant avec le Missel de 1962, utilisant avec reconnaissance les facultés reconnues par Summorum Pontificum. La promulgation du motu proprio Traditionis Custodes a inévitablement provoqué des réactions dans l’opinion publique liée au catholicisme britannique. L’un des commentaires les plus populaires, repris et cité également en dehors de la Grande-Bretagne, a été écrit par Tim Stanley dans le prestigieux hebdomadaire The Spectator. Le journaliste anglais, grand chroniqueur du Daily Telegraph et collaborateur de CNN et de la BBC, a parlé de ''guerre impitoyable du Pape contre l’Ancien Rite'' à propos du nouveau motu proprio. La Nuova Bussola l’a interviewé.

Tim Stanley, qui a peur de l’ancien rite romain? Summorum Pontificum est-il vraiment une menace pour l’héritage du Concile?

C’est François qui a peur de l’ancien rite romain, tout comme les libéraux purs et durs de l’Église, pour la plupart âgés de plus de soixante-dix ans, qui s’inquiètent de ce que Summorum Pontificum représente la ruine du Concile Vatican II. Mais ils ont tort : Summorum Pontificum a clairement indiqué que l’ancien et le nouveau rites font partie de la même tradition, et depuis 2007, la plupart des traditionalistes l’ont accepté. C’est le grand paradoxe de Traditiones Custodes : il a redéfini l’Ancien Rite comme une rébellion et l’a rendu à nouveau controversé, menaçant la division juste au moment où un semblant d’intégration avait été atteint.

À la lumière de Traditionis Custodes et de la lettre aux évêques qui l’accompagne, est-il encore possible de soutenir que le pontificat de François est en continuité avec celui de Benoît XVI ?

C’est ce que François a pris soin de suggérer : il a écrit que Benoît n’a jamais voulu que l’Ancien Rite soit une rébellion contre Vatican II, ce qu’il est devenu depuis, et que François serait donc – si vous voulez – en train de restaurer l’intégrité de Summorum Pontificum en rétablissant la discipline et l’unité. Mais, comme on dit en Angleterre, «pull the other one, it’s got bells on it» [Trouve quelque chose de plus convaincant, ndt] : personne ne croit que c’est vrai. Faire cela alors que Benoît XVI est encore en vie est largement interprété comme une attaque personnelle contre l’héritage de son pontificat.

Pensez-vous que l’image de François comme «pape de la miséricorde» aura des conséquences dans l’opinion publique ?

En dehors de l’Église, non : il s’agit d’une question interne et la plupart des non-catholiques, ainsi que de nombreux catholiques, ne la comprennent pas. À l’intérieur de l’Église, absolument oui. Il nous est maintenant impossible de vendre François au monde entier comme étant miséricordieux, car nous savons qu’il ne l’est pas. On a toujours dit qu’il avait un style dictatorial ; j’avais décidé de ne pas le croire. Maintenant je peux voir la vérité.

Dans les premières réactions au motu proprio, la majorité des évêques a renouvelé la faculté pour ceux qui célèbrent selon le Missel de 1962 de continuer à le faire. Beaucoup semblent avoir été décontenancés par le contenu du document, même un cardinal aussi peu conservateur que Wilton Gregory. Ce motu proprio peut-il être rattaché au schéma habituel des conservateurs contre les progressistes ou y a-t-il quelque chose d’autre, à votre avis?

Je peux vous dire qu’en Angleterre, la réaction commune des évêques a été «pourquoi a-t-il fait cela?». C’est un sacré casse-tête. En 2007, beaucoup d’entre eux n’aimaient pas Summorum; 14 ans plus tard, ils y sont totalement habitués et ne voient pas comment l’Ancien Rite peut faire du tort. Soudain, ils doivent sanctionner de bons prêtres, et ils savent que les séminaires sont pleins de jeunes hommes qui sont entrés en pensant qu’ils pourraient célébrer l’Ancien Rite et qui maintenant ne le peuvent peut-être pas. Les vocations sont en danger. Je me répète : Benoît a retiré l’aiguillon de l’Ancien Rite. François a encore injecté du poison dans le sang. Les évêques ont été pris au dépourvu : voilà pour la synodalité.

Le cardinal Gerhard Ludwig Müller a écrit : «Les dispositions de Traditionis Custodes sont disciplinaires, et non dogmatiques, et peuvent être modifiées à nouveau par n’importe quel futur pape». Pensez-vous que le nouveau pape aura le courage de faire marche arrière?

Oui. Je prédis que ce document sera corrigé très rapidement. Cela a créé un cauchemar bureaucratique et managérial. Le prochain pape sera probablement plus jeune, formé après les années 1960. Ce ne sera pas sa bataille. En outre, Traditiones Custodes contredit le principe tant vanté par François selon lequel l’Église doit être décentralisée: si c’est la direction que nous prenons, une correction s’impose, rapidement.

Vous avez écrit : «La raison pour laquelle ce qu’a fait François est important est qu’un jour le type de libéralisme qu’il incarne viendra pour vous – pour la chose simple et douce que vous faisiez et qui ne dérangeait personne d’autre mais qui, par sa simple existence, était une menace existentielle pour le régime en place. Vous êtes le prochain». Je vous le demande : qui est le «prochain» auquel vous faites référence?

J’imagine que la Fraternité sacerdotale de Saint-Pierre sera très inquiète. François essaie de supprimer l’Ancien Rite en l’espace d’une génération – je n’exagère pas – et donc toute organisation qui se consacre à sa perpétuation est en difficulté. Mais mon commentaire doit être compris dans un sens plus large. Nous approchons à grand pas d’une période de conflit entre le libéralisme et la foi, où les personnes religieuses seront persécutées pour avoir cru des choses qui étaient à l’ordre du jour il y a 30 ans – sur la sexualité, le genre, l’avortement, etc. La tragédie du libéralisme est qu’il a gagné du pouvoir en promouvant la diversité, mais qu’il cherche maintenant à dicter comment nous devons vivre, ce que nous devons croire, et même comment nous devons professer notre foi.''

Source


  Envoyer ce message à un ami


 Le Cardinal Zen déplore Traditionis Custodes par Chicoutimi  (2021-07-22 06:32:40)
      G. Weigel dénonce un Motu Proprio divisif, inutile et cruel par Chicoutimi  (2021-07-22 06:59:49)
      Tim Stanley: ''François a peur du rite ancien et il attaque Benoît XVI'' par Chicoutimi  (2021-07-22 07:18:36)
      Le Concile gâché ? par AVV-VVK  (2021-07-22 07:56:36)
          En un sens, oui, mais par ceux qui l'ont fait. par Scrutator Sapientiæ  (2021-07-23 15:19:07)
      Il faut remonter à la cause par lumineux  (2021-07-22 08:09:15)
          Un exemple parmi autant par AVV-VVK  (2021-07-22 10:10:36)
      Tant que les cardinaux par Eti Lène  (2021-07-22 08:45:07)
          Il faudrait pouvoir remédier à deux "logiques d'appareil". par Scrutator Sapientiæ  (2021-07-23 17:26:10)
      L'avis de Jean Pierre Maugendre par Info Renaissance Catholique  (2021-07-22 09:54:18)
          Entretien très intéressant ! par Jean-Paul PARFU  (2021-07-22 10:30:28)
          François le Méchant par Goupillon  (2021-07-22 13:48:33)
      Merci Éminence par Roger  (2021-07-23 13:50:14)


104 liseurs actuellement sur le forum
[Valid RSS]