[ Me connecter ]
Messages récents | Retour à la liste des messages | Rechercher
Afficher la discussion

Hans Küng: ''Il faut soutenir François''
par Chicoutimi 2020-04-02 04:17:09
Imprimer Imprimer

Voici un texte épouvantable qui vient de paraître dans Présence, Information Religieuse. Un texte qui reprend l'appel de Hans Küng: ''Il faut soutenir François''. C'est très révélateur de ce qui circule dans les milieux progressistes:

François, seul avec nous

''Le 27 mars, sur le parvis de la basilique Saint-Pierre, le pape François était seul pour présider une prière mondiale contre la pandémie de coronavirus.

(…)

Guerre civile au Vatican

Seul sur la place Saint-Pierre, François ne devait pas se sentir trop dépaysé. Dans La solitude de François (Philippe Rey, 2020), en effet, le vaticaniste italien Marco Politi affirme que le pape a tellement d’opposants qu’on peut parler d’une «guerre civile» dans l’Église. «La solitude du pape, écrit Politi, est rendue encore plus intense par l’inertie de nombreux évêques dans le monde, qui n’apparaissent pas sur la scène publique pour relancer les thèmes qu’il défend.» Un jeune chef scout italien, interrogé par le journaliste, constate à regret que «ceux qui se retrouvent dans les discours de François se sont éloignés de l’Église, ceux qui ne s’y retrouvent pas sont restés».

François dérange les traditionalistes. Pour lui, Dieu «transcende l’Église» – «Dieu n’est pas catholique», disait Mère Teresa –, d’où son œcuménisme, son rejet du prosélytisme et sa critique sévère du cléricalisme. «Recréer la chaleur d’une Église participative et non bureaucratique, où les évêques ne sont pas des princes et où les prêtres se libèrent du narcissisme empreint de sacralité, voilà son rêve», écrit Politi, qu’on sent favorable à l’option Bergoglio.

Dans une Italie et une Europe (Hongrie et Pologne, particulièrement) en proie au populisme autoritaire et réceptive à la rhétorique de la droite ultranationaliste, François prône l’accueil des migrants. Quand on lui reproche d’être insensible aux enjeux identitaires, il rappelle que le devoir d’accueil doit s’accompagner du devoir des réfugiés de s’intégrer, «de respecter les lois, la culture et les traditions des pays dans lesquels ils sont accueillis». François est chrétien, pas manichéen.

Les fondamentalistes ne tolèrent pas son rejet de «l’obsession du catholicisme traditionnel en matière sexuelle», ses discours sur la nécessité de se reconnaître, en tant que chrétiens, «pécheurs et limités», sa conception de la foi comme recherche plutôt que comme certitude et, ainsi que l’explique une religieuse qui le connaît bien, sa manière de démythifier la figure papale en révélant ses tourments de pasteur.

Les maîtres du capitalisme l’accusent d’être communiste parce qu’il rappelle sans cesse qu’un chrétien doit «écouter tant la clameur du monde que la clameur des pauvres» et ne peut rester indifférent à l’injustice du monde.

Dans l’Église, des cardinaux – les Sarah, Burke et Müller, notamment –, cramponnés à l’«option Benoît», c’est-à-dire à une «ligne doctrinale dure», l’accusent presque d’hérésie. Pendant ce temps, les réformistes se montrent peu mobilisés.

Soutenir François

François n’est pas sans défauts – il le reconnaît lui-même –, mais, note Politi, c’est «un homme profondément libre», qui, comme le souligne à son tour le cinéaste et comédien italien Roberto Benigni, «tire l’Église vers un lieu oublié… il la traîne vers l’Évangile».

«Il faut soutenir François», implore le théologien suisse Hans Küng. Le 27 mars, je regardais Bergoglio, seul, sur la place Saint-Pierre, faire appel à Dieu et à notre solidarité, et je me disais la même chose.''

Pour lire en entier, c'est ICI


  Envoyer ce message à un ami


 Hans Küng: ''Il faut soutenir François'' par Chicoutimi  (2020-04-02 04:17:09)
      Une petite phrase qui en dit long par Sursum corda  (2020-04-02 07:02:27)
      Ils veulent soutenir François face au complot ourdi ar Benoît XVI par Jean Kinzler  (2020-04-02 11:24:27)


158 liseurs actuellement sur le forum
[Valid RSS]