Messages récents | Retour à la liste des messages | Rechercher
Afficher la discussion

La « fidélité créative à la tradition » de François et la totale impuissance de la religion de Vatican II
par vistemboir2 2024-05-14 12:07:21
Imprimer Imprimer

Article de Robert Morrison paru le 13 mai 2024 sur The Remnant sous le titre : Francis’s “Creative Fidelity to Tradition” and the Complete Impotence of the Vatican II Religion
(Traduit à l’aide de deepl.com)
--------------------------------------------
"Car, Vous le savez bien, Vénérables Frères, ces implacables ennemis du nom chrétien, tristement entraînés par on ne sait quelle fureur d’impiété en délire, ont poussé l’excès de leurs opinions téméraires à ce point d’audace, jusque là inouï, qu’ils n’ouvrent leur bouche que pour vomir contre Dieu des blasphèmes (Ap.13,6) ; qu’ouvertement et par toutes les voix de la publicité, ils ne rougissent pas d’enseigner que les sacrés mystères de notre religion sont des fables et des inventions humaines, que la doctrine de l’Église catholique est contraire au bien et aux intérêts de la société." (Bienheureux Pape Pie IX, Encyclique Qui Pluribus du 9 novembre 1846)

Dans son discours du 10 mai 2024 aux membres du Réseau international des sociétés de théologie catholique (INSeCT), François a évoqué trois lignes directrices pour sa théologie :

"Je voudrais souligner trois lignes directrices pour la théologie : la fidélité créative à la tradition, l'approche interdisciplinaire et la collégialité. Ce sont les 'ingrédients' essentiels de la vocation des théologiens catholiques au cœur de l'Église."


Qu'entend François par « fidélité créative à la tradition » ? Dans sa description de chacune des trois lignes directrices, il a remplacé l'expression « fidélité créative à la tradition » par le concept selon lequel « la tradition est vivante » :

"Comme nous le savons tous, la Tradition est vivante. Par conséquent, elle doit accroître et incarner l'Évangile dans tous les pays et dans toutes les cultures."


De nombreux catholiques traditionnels ont déjà entendu ce concept - généralement formulé par l'expression « tradition vivante » - et peuvent même connaître ses origines théologiques antérieures au Concile Vatican II. En assimilant la « tradition vivante » à la « fidélité créative à la tradition », François a admis ce que les partisans de la révolution de Vatican II ont nié depuis le Concile : il a rendu évident que lorsque les innovateurs utilisent l'expression « tradition vivante », ils veulent dire qu'ils s'éloignent en fait de la tradition tout en essayant « de manière créative » de maintenir une apparence d'adhésion à celle-ci.

Dans cette optique, nous pouvons mieux interpréter l'utilisation la plus controversée du concept de « tradition vivante », que Jean-Paul II a incluse dans sa lettre apostolique de 1988, Ecclesia Dei, concernant l'« excommunication » de Mgr Marcel Lefebvre pour sa consécration de quatre évêques sans l'approbation du Saint-Siège :

"4. À la racine de cet acte schismatique, on trouve une notion incomplète et contradictoire de la Tradition. Incomplète parce qu'elle ne tient pas suffisamment compte du caractère vivant de la Tradition qui, comme l'a enseigné clairement le Concile Vatican II, « tire son origine des apôtres, se poursuit dans l'Eglise sous l'assistance de l'Esprit-Saint : Il y a une croissance dans la compréhension des réalités et des paroles qui sont transmises. Cela se fait de différentes manières. Cela se fait par la contemplation et l'étude des croyants qui méditent ces choses dans leur cœur. Cela vient du sens intime des réalités spirituelles dont ils font l'expérience. Et elle vient de la prédication de ceux qui ont reçu, en même temps que leur droit de succession dans l'épiscopat, le charisme sûr de la vérité »".


Du point de vue de Mgr Lefebvre, Jean-Paul II utilisait « le caractère vivant de la tradition » de la même manière que François parle de « fidélité créative à la tradition ». Si Jean-Paul II avait utilisé cette dernière expression, il aurait perdu toute crédibilité auprès de ceux qui, en fin de compte, étaient d'accord avec lui.
De manière quelque peu ironique, Ecclesia Dei de Jean-Paul II a fourni un exemple concret de la manière dont les innovateurs mettent en œuvre leur « fidélité créative à la tradition » :

"Je voudrais en outre attirer l'attention des théologiens et des autres experts en science ecclésiastique afin qu'ils se sentent interpellés eux aussi par les circonstances présentes. En effet, l'ampleur et la profondeur des enseignements du Concile Vatican II requièrent un effort renouvelé d'approfondissement qui permettra de mettre en lumière la continuité du Concile avec la Tradition, spécialement sur des points de doctrine qui, peut-être à cause de leur nouveauté, n'ont pas encore été bien compris dans certains secteurs de l'Église."


Nous pouvons résumer les points de ce paragraphe comme suit :
• Vatican II a enseigné des choses qui ne sont pas immédiatement conciliables avec la tradition catholique.
• C'est pourquoi Jean-Paul II a appelé les théologiens et les experts à « s'engager à nouveau dans une étude plus approfondie » afin de révéler comment les enseignements du Concile s'inscrivent dans la continuité de la tradition catholique.
• Jean-Paul II a déclaré que cela était nécessaire parce que certaines des doctrines du Concile étaient « nouvelles » et donc pas encore « bien comprises par certains secteurs de l'Église ».
• Jean-Paul II - qui était lui-même un expert influent du Concile - a lancé cet appel à une « étude plus approfondie » plus de vingt ans après la conclusion du Concile.

En d'autres termes, Jean-Paul II a demandé aux théologiens et aux experts de s'engager dans une « fidélité créative à la tradition » afin d'aider les sympathisants de Mgr Lefebvre à comprendre pourquoi ils ne devraient pas s'opposer au « nouvel » enseignement du Concile. Mais n'est-ce pas là quelque chose que les théologiens et les experts auraient dû faire pendant le Concile, avant d'imposer les nouveaux enseignements à l'Église ?

Pour apprécier le grave scandale de ce concept de « fidélité créative à la tradition », il suffit de considérer les termes de la Constitution dogmatique de Vatican I, Pastor Aeturnus :

"En effet, l'Esprit Saint a été promis aux successeurs de Pierre, non pour qu'ils fassent connaître, par sa révélation, quelque doctrine nouvelle, mais pour que, par son assistance, ils gardent religieusement et exposent fidèlement la Révélation ou le dépôt de la foi transmise par les Apôtres".


Jean-Paul II a admis que le Concile a enseigné une « nouvelle doctrine », qui n'avait pas de continuité évidente avec la tradition catholique (sinon, les théologiens n'auraient pas eu besoin de rechercher cette continuité, plus de vingt ans après le Concile). Selon Vatican I et l'ensemble de la tradition catholique, le Saint-Esprit ne guide pas l'Église dans cette activité - et, en fait, il est blasphématoire d'affirmer que le Saint-Esprit a guidé le Concile dans l'élaboration et la promulgation de nouvelles doctrines.

Étant donné que le Saint-Esprit ne guide pas l'Église dans la promulgation de nouvelles doctrines qui n'ont pas de continuité légitime avec la tradition catholique, il ne faut pas s'étonner que la nouvelle orientation découlant de Vatican II n'ait pas produit les effets promis par les innovateurs. Cependant, le problème est bien plus grave que le simple fait de ne pas produire les effets souhaités : le processus d'élaboration du nouvel enseignement de Vatican II a transformé la religion qui en a résulté en une religion faite par l'homme plutôt que par Dieu. Ce faisant, la nouvelle religion de Vatican II a perdu toute la puissance de l'enseignement actuel.

Bien qu'il y ait, bien sûr, des raisons surnaturelles pour que la religion artificielle de Vatican II perde le pouvoir sanctificateur de la sainte religion catholique, nous pouvons facilement identifier des raisons purement naturelles pour qu'elle devienne comparativement impuissante. Comme nous le savons d'après les derniers mots de l'Acte de foi, nous croyons aux vérités de la foi catholique parce que Dieu les a révélées :

"Mon Dieu, je crois fermement toutes les vérités que Vous avez révélées, et que vous nous enseignez par votre Église, parce que Vous ne pouvez ni Vous tromper, ni nous tromper."


Les catholiques croient aux vérités catholiques parce que Dieu les a révélées. Mais nous savons que l'on ne peut pas en dire autant de la religion de Vatican II, car ses « vérités » contredisent de nombreuses façons ce que l'Église a toujours enseigné, ce qui ferait de Dieu un trompeur. Ainsi, le motif premier de la foi catholique est absent de la religion Vatican II, parce qu'elle vient de l'homme et non de Dieu.

En outre, Paul VI et ses successeurs ont permis à la majorité des catholiques qui suivent la religion de Vatican II de rejeter ses enseignements en toute impunité, du moins ceux que la religion de Vatican II retient de la religion catholique dont elle s'est écartée. Par exemple, nous avons tendance à applaudir Paul VI pour avoir maintenu l'enseignement de l'Église sur la contraception ; mais en réalité, il n'a guère encouragé les catholiques à suivre cet enseignement. Ainsi, la promulgation d'Humanae Vitae par Paul VI a eu pour effet de démontrer de manière concluante que Rome ne se souciait pas vraiment de savoir si quelqu'un suivait la religion.

Le Synode sur la synodalité pousse tout cela jusqu'à sa conclusion logiquement absurde et malveillante, de sorte que nous pourrions formuler les motifs de croyance respectifs de l'Église catholique et de l'Église synodale comme suit :

Église catholique : "Je crois à ces vérités et à toutes celles que la sainte Église catholique enseigne parce que Vous les avez révélées, Vous qui ne pouvez ni Vous tromper ni nous tromper."

Église synodale : "Je choisis parmi les idées que l'Église synodale enseigne parce qu'elles sont fabriquées par des catholiques hétérodoxes qui ont rejeté ce que l'Église catholique a toujours enseigné."

La différence entre les deux n'est pas subtile. Et les résultats sont encore plus évidents : aucune personne raisonnable ne croit vraiment à la religion synodale, qui est simplement une forme avancée de la religion de Vatican II. La religion synodale vient de l'enfer et mène à l'enfer, mais nous devrions lui être reconnaissants de nous montrer la folie méchante de la « fidélité créative à la tradition », qui est simplement une manière plus honnête de décrire la façon dont les innovateurs ont pensé à la « tradition vivante ».

Il semble que Dieu permette tout cela afin que davantage d'âmes réalisent que l'humble fidélité à la tradition est le chemin qu'Il veut que nous suivions. Michael Matt a récemment donné un exemple de cette humble fidélité dans l'hommage qu'il a rendu à son père, Walter Matt :

"Mon père avait l'habitude de se qualifier d'éditeur « à la pioche et à la pelle ». Il ne réinventait pas la roue. Il s'est simplement attaché à la foi catholique traditionnelle et ne l'a jamais lâchée. C'était un journaliste dont chaque ligne démontrait qu'il était un catholique qui vivait dans le monde, mais pas du monde. Il ne se souciait pas de ce que le monde pensait de lui ; il ne se souciait que de ce que Dieu pensait. C'était un homme qui appelait un chat un chat, peu importe qui l'utilisait pour enterrer Dieu."


Walter Matt a créé The Remnant mais ne s'est pas considéré comme le fondateur d'un nouveau mouvement religieux - il n'a pas « réinventé la roue ». Au contraire, alors que la quasi-totalité du monde catholique abandonnait la foi ou en poursuivait une version frelatée, il s'est « enchaîné à la foi catholique traditionnelle et ne l'a jamais lâchée ». Il l'a fait parce que la tradition catholique actuelle a été fidèlement transmise au cours des siècles par le Christ et ses apôtres. Ce n'est pas le contenu de la foi qui importe, c'est le fait qu'elle vienne de Dieu.

Les simples catholiques qui adhèrent humblement à ce que l'Église a toujours enseigné ont été persécutés par Rome depuis Vatican II, et pourtant leurs communautés n'ont cessé de croître dans tous les domaines importants au cours de cette période : nombre de personnes qui assistent à la messe chaque semaine, nombre d'églises, vocations à la prêtrise et à la vie religieuse, mariages et baptêmes. Pour ceux qui prêtent attention à la manière dont Jésus-Christ nous a dit de juger - par les fruits que nous voyons (Mt 7,16-20) - cela nous dit tout ce que nous avons besoin de savoir. La foi catholique n'est pas impuissante ou hors de propos aujourd'hui, loin de là ; c'est la religion ridicule et blasphématoire de Vatican II qui est impuissante et hors de propos, et qui n'est bonne qu'à être abattue et jetée au feu (Mt 7,19). Cœur Immaculé de Marie, priez pour nous !

     

Soutenir le Forum Catholique dans son entretien, c'est possible. Soit à l'aide d'un virement mensuel soit par le biais d'un soutien ponctuel. Rendez-vous sur la page dédiée en cliquant ici. D'avance, merci !


  Envoyer ce message à un ami


 La « fidélité créative à la tradition » de François et la totale impuissa [...] par vistemboir2  (2024-05-14 12:07:21)
      Un éclaircissement par AVV-VVK  (2024-05-15 10:52:08)
          Je me demande par Meneau  (2024-05-15 13:04:47)
              Certes par Roger  (2024-05-15 16:13:49)


50 liseurs actuellement sur le forum
[Valid RSS]