Messages récents | Retour à la liste des messages | Rechercher
Afficher la discussion

Malte propose un projet de loi visant à assouplir la loi anti-avortement la plus stricte de l'UE
par Bernard Joustrate 2022-11-22 10:34:30
Imprimer Imprimer

Malte propose un projet de loi visant à assouplir la loi anti-avortement la plus stricte de l'UE
Par KEVIN SCHEMBRI ORLAND


LA VALETTE, Malte (AP) - Le gouvernement de Malte a présenté lundi un projet de loi visant à assouplir la loi anti-avortement la plus stricte de l'Union européenne et à autoriser la procédure dans les cas où la vie ou la santé de la mère est en danger.

Cette initiative fait suite à une affaire qui a fait la une des journaux, celle d'une touriste américaine qui a fait une fausse couche et a été évacuée par avion de l'île méditerranéenne pour être soignée.

Très majoritairement catholique, Malte est le seul des 27 pays de l'Union européenne à interdire l'avortement, quelle qu'en soit la raison. La loi punit de trois ans d'emprisonnement le fait de pratiquer l'intervention ou de quatre ans le fait d'aider une femme à avorter. La loi est toutefois rarement appliquée, le dernier cas connu d'emprisonnement datant de 1980.

Le projet de loi du parti travailliste au pouvoir introduit dans le code pénal du pays une nouvelle clause autorisant l'interruption de grossesse si la vie de la mère est en danger ou si sa santé est sérieusement menacée. La pratique d'un avortement dans de tels cas ne serait plus considérée comme un crime.

"Il est clair que l'esprit de cette loi est qu'aucune partie de la loi ne doit empêcher ou entraver les professionnels de la santé de sauver des vies", a déclaré le ministre de la Santé, Chris Fearne, à l'Associated Press après la présentation du projet de loi au Parlement.

Le gouvernement dirigé par le Parti travailliste jouit d'une majorité confortable au Parlement, ce qui laisse penser que l'adoption du projet de loi sous une forme ou une autre est probable. Le parti nationaliste, dans l'opposition, n'a pas immédiatement commenté la proposition.

Malte est l'un des rares États occidentaux à interdire totalement l'avortement, après que la république de Saint-Marin a dépénalisé la procédure l'année dernière et que d'autres pays majoritairement catholiques comme l'Irlande et l'Italie l'ont légalisée. La Pologne a introduit l'année dernière une interdiction quasi-totale de l'avortement, sauf lorsque la vie ou la santé de la femme est en danger ou si la grossesse résulte d'un viol ou d'un inceste. La proposition de loi maltaise ne prévoit pas d'exception pour le viol ou l'inceste.

Les lois strictes de Malte ont été mises en lumière l'été dernier lorsqu'une touriste américaine en vacances sur l'île, Andrea Prudente, a eu des saignements abondants suivis d'une rupture prématurée du sac amniotique et de la séparation du placenta. Son partenaire, Jay Weeldreyer, a déclaré à l'époque qu'elle risquait de contracter une infection potentiellement mortelle si le tissu fœtal n'était pas retiré rapidement. Bien que l'hôpital de Malte ait soigneusement surveillé la jeune femme pour déceler tout signe d'infection, il n'a pas pu pratiquer l'intervention chirurgicale nécessaire pour compléter la fausse couche. Andrea Prudente a alors été transportée par avion vers un hôpital de l'île espagnole de Majorque.

Elle a ensuite déposé une plainte devant les tribunaux maltais, arguant que l'interdiction du pays violait les lois internationales. L'affaire en est aux premières étapes de la procédure, selon son avocat, Lara Dimitrijevic.

Par ailleurs, au moins deux procédures judiciaires ont été déposées devant les tribunaux maltais pour demander la légalisation de l'avortement, dont une par la Women's Rights Foundation, qui affirmait que l'interdiction absolue du pays violait les droits humains fondamentaux des femmes maltaises en âge de procréer. Une autre a été déposée en réponse à l'affaire Prudente par Doctors for Choice, une organisation à but non lucratif de professionnels de la santé qui défend l'accès sûr et légal aux services de reproduction, y compris l'avortement (sic).

"Nous sommes très heureux que le gouvernement ait tenu compte de nos appels, et de ceux de 135 médecins qui ont signé une protestation judiciaire en juin dernier, pour mettre fin à la situation dangereuse dans laquelle se trouvent les femmes enceintes à Malte", a déclaré la cofondatrice de Doctors for Choice, le Dr Natalie Psaila.

Mais elle a ajouté que ce n'était pas suffisant. "L'avortement doit être complètement dépénalisé, et être disponible pour d'autres raisons de santé, comme en cas de grossesse chez l'enfant, de viol ou d'anomalie fatale du fœtus."

Le groupe a estimé qu'au moins 300 femmes à Malte se font avorter chaque année, soit en se rendant dans des pays où l'avortement est légal, soit en se procurant des pilules abortives.

Malte a été critiquée par le commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Dunja Mijatović, pour sa politique en matière d'avortement. Dans un rapport publié en février, Mme Mijatović a déclaré que "l'accès sans entrave aux soins de santé sexuelle et reproductive" était essentiel pour préserver les droits des femmes à la santé et à l'absence de discrimination.

"L'interdiction générale des avortements à Malte met ces droits en grand danger", a-t-elle déclaré.

Elle a "vivement encouragé" les autorités maltaises à abroger les dispositions criminalisant l'avortement et à développer l'accès des femmes à un avortement légal et sûr.


(© AP Photo/Kevin Schembri Orland)

     

Soutenir le Forum Catholique dans son entretien, c'est possible. Soit à l'aide d'un virement mensuel soit par le biais d'un soutien ponctuel. Rendez-vous sur la page dédiée en cliquant ici. D'avance, merci !


  Envoyer ce message à un ami


 Malte propose un projet de loi visant à assouplir la loi anti-avortement la plu [...] par Bernard Joustrate  (2022-11-22 10:34:30)


76 liseurs actuellement sur le forum
[Valid RSS]