La boutique de l’Espérance, partenaire historique du Forum catholique !
[ Me connecter ]
Messages récents | Retour à la liste des messages | Rechercher
Afficher la discussion

Dans "lacroix", plus de limite
par Johanis 2021-06-16 07:03:50
Imprimer Imprimer

Jusqu'à quand l'épiscopat permettra-t-il que la Croix se présente comme un journal catholique ?
Aujourd'hui, à propos de la Hongrie, un article en faveur de la promotion des "droits LGBT", des "valeurs de l'Europe", du mariage pour tous :

"Hongrie : nouvelle étape dans la croisade anti-LGBT
La Hongrie a adopté mardi 15 juin un texte mardi 15 juin visant à interdire « la promotion » de l’homosexualité ou du changement de sexe, auprès des mineurs. Ce dernier n’est qu’un exemple supplémentaire de la rhétorique anti-LGBT menée depuis plusieurs années par le pouvoir.
Nouvel épisode dans la croisade anti LGBT du premier ministre hongrois, Viktor Orbán. Mardi 15 juin, le Parlement hongrois a adopté un texte visant à interdire « la promotion » de l’homosexualité ou du changement de sexe, auprès des mineurs. Rappel troublant de la loi russe qui punit tout acte de « propagande homosexuelle » destinée aux plus jeunes.
L’amendement a été approuvé par 157 députés sur 199, dont ceux du parti au pouvoir. L’opposition a, quant à elle, boycotté le vote, à l’exception du Jobbik, formation d’extrême-droite, qui a voté pour. Cet amendement s’inscrit dans le cadre d’un arsenal de mesures de protection des mineurs visant à lutter contre la pédophilie. Un dangereux amalgame.
En réaction, plus de 5 000 personnes avaient manifesté, lundi 14 juin, dans les rues de Budapest. « C’est important que cette manifestation ait pu avoir lieu » explique Flora Bolter, co-directrice de l’observatoire LGBT de la Fondation Jean Jaurès. « Cela montre que l’opposition tient et qu’elle peut encore s’exprimer sur ces sujets-là. Ce n’est pas le cas en Russie où c’est devenu extrêmement difficile ».
Une campagne anti-LGBT menée par le parti au pouvoir
Si la législation est adoptée, « les droits seront sévèrement limités » prévenait Flora Bolter, co-directrice de l’observatoire LGBT de la Fondation Jean Jaurès. « Cela concerne désormais des questions de liberté d’expression. C’est très inquiétant. »
Ce texte n’est qu’une étape supplémentaire de la rhétorique anti-LGBT invoquée par le premier ministre, depuis son retour au pouvoir en 2010. Un an après son élection, la nouvelle Constitution votée et écrite par son parti, définissait le mariage « comme l’union d’un homme et d’une femme ».
Si le gouvernement conservateur de Viktor Orbán n’a jamais fait preuve de tendresse envers les minorités sexuelles, depuis quelques mois les attaques envers la communauté LGBT se sont accentuées. En 2020, la Hongrie avait rendu l’adoption par les couples de même sexe impossible et interdit l’inscription du changement de genre à l’état-civil. Dans la foulée, la Constitution avait été modifiée instituant que la base du mariage était la « relation parent-enfant. La mère est une femme, le père est un homme. »
Des mesures antithétiques avec les valeurs de l’Europe
Les différentes mesures sont « antithétiques avec tous les engagements de la Hongrie auprès de l’UE en matière de droits humains et de lutte contre les discriminations, poursuit la spécialiste des questions LGBT. On assiste à une politisation extrême de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre, avec une diabolisation du discours sur l’égalité des droits pour les personnes LGBT, au cœur même de l’Europe. »
La Hongrie est membre de l’Union européenne (UE) depuis 2004, dont la Charte interdit toute discrimination en fonction de l’orientation sexuelle. « En théorie, c’est un pays qui respecte les droits fondamentaux. Or, le président est en train de prendre des décisions de plus en plus liberticides et opposées à l’intégralité des normes en matière de droits humains », déplore Flora Bolter.
La création d’un axe à l’Est « opposé aux valeurs démocratiques et à la défense des droits humains »
Pourtant, le pays n’a jamais été considéré comme particulièrement « conservateur » évoque la spécialiste. Au contraire, avant le retour au pouvoir de Viktor Orbán, la Hongrie était même en avance sur les autres pays de la région : l’homosexualité y avait été dépénalisée dès le début des années 1960 et l’union civile entre conjoints du même sexe reconnue dès 1996.
Ces annonces s’inscrivent dans un mouvement plus général de recul des droits de la communauté LGBT et des droits des femmes dans la région. Récemment, de nombreux pays se sont illustrés par leur vision rétrograde et conservatrice de la famille. « On le voit en Roumanie, en Pologne… On assiste à la mise en place d’un axe, à l’est de l’Europe, qui s’inspire du modèle russe et qui vise à s’opposer aux valeurs dites occidentales et à la défense des droits humains.
»


  Envoyer ce message à un ami


 Dans "lacroix", plus de limite par Johanis  (2021-06-16 07:03:50)
      Mais François est en faveur des droits LGBT par jejomau  (2021-06-16 09:07:41)
          Vous avez raison... par Johanis  (2021-06-16 13:23:24)
      La Croix blesse l'oecuménisme par JVJ  (2021-06-16 10:00:44)


197 liseurs actuellement sur le forum
[Valid RSS]