[ Me connecter ]
Messages récents | Retour à la liste des messages | Rechercher
Afficher la discussion

Je ne trouve pas que l'article le salisse...
par Fenestri 2021-02-22 23:19:06
Imprimer Imprimer

Après, c'est une question de point de vue.

Je me permets de reproduire ici l'extrait de l'article en question, afin que chacun juge. Qu'XA supprime mon message si cela viole les règles du forum. Mais je pense que les discussions seront plus claires une fois le texte en tête :


[...] Le climat post-conciliaire a sans doute joué dans l’indulgence dont il a bénéficié. Au lendemain de Vatican II, l’Église passe d’un modèle autoritaire à un modèle de « communion » et fait primer la miséricorde. « Le Saint Office contrôlait auparavant très étroitement l’Église de France et sanctionnait ses meilleurs théologiens (Congar, Chenu). Vatican II est perçu comme un renversement, il faut réinventer l’Église, analyse le sociologue Yann Raison du Cleuziou (9). L’idée que les normes instituées sont indépassables est balayée. La sanction perd de sa pertinence. » Ce manque de régulation prévaut d’autant plus chez les dominicains qu’ils sont pris par d’autres soucis – l’hémorragie qui frappe le clergé et les ordres religieux ainsi que la crise de l’autorité dans la province de France. L’Église n’est pas indemne non plus des changements d’une société où, après Mai 68, il est désormais « interdit d’interdire ».

Emblématique de ce climat, le provincial Nicolas Rettenbach (1967-1975) manifeste une grande sollicitude à l’égard des cas difficiles : « Pour sauver des vocations religieuses, il veut éviter l’humiliation d’une sanction, poursuit Yann Raison du Cleuziou. Le meilleur moyen à ses yeux de maintenir dans l’ordre les jeunes frères progressistes est de ne pas entraver leur liberté. Cette stratégie a-t-elle bénéficié aussi aux frères Philippe ? »

Le statut d’extra conventum, dont bénéficient Thomas Philippe, mais aussi les frères Marie-Joseph Le Guillou, Bernard-Marie de Chivré et d’autres, leur permet en tout cas de vivre à l’extérieur tout en conservant les droits et les devoirs des dominicains. Entré dans l’ordre en 1978, le frère Éric de Clermont-Tonnerre en témoigne : « Avec la crise des années 1970 et le départ de dizaines de frères, l’ordre a tellement souffert que les supérieurs n’ont pas pu et n’ont pas voulu ajouter de nouvelles blessures au corps social. Ils ont dû accepter la diversification et l’émiettement des formes de vie dominicaine, avec parfois des dérives… Un grand nombre de frères à l’époque se trouvaient “dans la nature”. Sanctionner, du reste, n’était pas à l’ordre du jour. Cela aurait été ajouter de la souffrance à la souffrance et augmenter l’hémorragie. » [...]


  Envoyer ce message à un ami


 La Croix: articles sur les Pères Philippe où est mêlé le nom du Père de Chi [...] par erminig  (2021-02-22 21:36:28)
      Je ne trouve pas que l'article le salisse... par Fenestri  (2021-02-22 23:19:06)
          c'est une question de point de vue assez discutable... par erminig  (2021-02-23 15:43:13)


99 liseurs actuellement sur le forum
[Valid RSS]