Nunc & Semper partenaire du Forum catholique
[ Me connecter ]
Messages récents | Retour à la liste des messages | Rechercher
Afficher la discussion

Toute mon admiration pour ces jeunes gens
par JVJ 2020-09-14 17:18:19
Imprimer Imprimer

L'Eglise, singulièrement en France, a demandé pardon à la terre entière, mais pas à ces jeunes hommes persécutés et haïs dans les diocèses dont ils venaient.
Ils ne voulaient pas faire carrière ou réformer l'Eglise tous les matins, ils ne souhaitaient pas faire le mur du séminaire tous les soirs ou dialoguer en col roulé avec le PC ou les jeunes femmes du coin. Ils ne choisissaient pas la facilité et le confort.

Il n'y a pas si longtemps, un religieux "lefebvriste" s'est vu refuser d'enterrer sa mère dans l'église d'un village que je connais. Tel autre, dans les années 90, dut dire la messe d'obsèques dans la grange familiale pour sa mère. Je me moque un peu de l'épître aux galates d'hier, et n'ai que haine pour ceux qui ont permis cela : les évêques concernés à chaque fois, le vicaire général, les conseils, le curé local sans courage ou hostile, sa clique laïque éventuellement.
Je suis d'autant plus libre à le dire que jamais je n'ai assisté au moindre office de la FSSPX.

Grand merci pour le lien, Cristo.

L'abbé Venard a écrit un beau texte courageux à un "ami évêque" pour qu'il réfléchisse à Lourdes et demande pardon au nom des évêques qui ont détruit et dégradé plus d'un clerc durant les années de plomb.

J'ai déjà recommandé ici le livre magnifique et modeste "Le choix de Pierre" sur le parcours d'un séminariste d'Ecône, qui a été pris avec bien de la peine après les sacres à Rome. Il venait je crois du diocèse de Meaux. On voit de mémoire le rôle de Garrone, détestable au possible et sur la tombe duquel on peut marcher sans respect au séminaire français de Rome.
Ces cardinaux et évêques, plein de compassion, savaient persécutés des jeunes gens qui ne se reconnaissaient plus du tout dans les folies des années d'après concile.
La charité du corps épiscopal ?
Mon oeil.
Mgr Gaidon regrette dans un livre son manque de courage alors qu'il n'était pas des plus traitres à sa condition.
J'ai des témoignages précis de séminaristes accueillis par un cardinal préfet, leur disant qu'ils ne pouvaient rien faire en France pour les sauver. Mais que valent mes notes et les témoignages oraux de ces parcours ?!
Quand on voit que l'ICRSP a pris naissance hors de France, la Communauté St-Martin, les Prémontrés traditionnels (dans un magnifique lieu, j'en conviens...) à San Antimo...
La France était (et le demeure encore largement) bien trop sectaire pour laisser vivre et voir les fruits. Plutôt pas de prêtres que des séminaristes qui voulaient une formation et une vie traditionnelles, sinon classiques. Même Ars ne sentait pas bon pour bien des évêques des années 90-2000. Ce séminaire est presque tari, ce qui ne laisse pas de me surprendre.

C'est la même chose quand des familles à peu près sérieuses se demandaient si la confirmation par l'évêque diocésain était bien sérieuse, au vu de la préparation qui s'y faisait... A la fin des années 90, préparant ma confirmation au diocèse de Langres, je n'ai jamais autant parlé de préservatif et de haine de Jean-Paul II que lors des samedis soirs de "préparation". Cela me gênait profondément. De la doctrine : jamais. La laïque de l'équipe se demandait pendant dix minutes quelles pizzas elle allait manger. Le curé, par ailleurs responsable des vocations, a depuis pris femme et enfants. Il était la gloire du diocèse que tous les jeunes dans le vent tutoyaient (moi non). Il chantait autour du feu le Notre Père sur l'air de Pirouette cacahuète. Cela avait l'art de me rendre triste. Sur la vingtaine de confirmés, si nous sommes encore trois à pratiquer, ce sera une bonne appréciation.

On sait à peu près tous des catholiques de gauche par la recherche universitaire, mais une histoire objective d'Ecône (et des séminaires français) dans les années 70-80 n'est pas du tout à craindre du côté de la FSSPX. Comme une partie immense des catholiques refuse de voir la réalité en face, on n'est pas prêt d'y voir clair. Quand tel historien parle d'Echanges et Dialogues, ou des démissions sacerdotales le jour de l'ordination de Mgr Decourtray à Dijon en 1974, c'est pour en dire du bien en sous-texte : quel courage ! Ils avaient tout compris ! Etc. Ce qui n'est pas digne par ailleurs d'une histoire sérieuse.


  Envoyer ce message à un ami


 séminaire d'Ecône, rentrée 1970 : qui est qui ? par Cristo  (2020-09-14 15:23:57)
      Toute mon admiration pour ces jeunes gens par JVJ  (2020-09-14 17:18:19)
          Essai d'indentification par Abbé Claude Barthe  (2020-09-14 19:11:42)
              Je ne discerne par Jean-Paul PARFU  (2020-09-14 19:46:35)
                  En réalité... par Paterculus  (2020-09-15 01:43:33)
                      Merci ! par Jean-Paul PARFU  (2020-09-15 08:54:40)
                      Voici une photo plus complète de 1971 par Regnum Galliae  (2020-09-15 09:36:20)
              A vrai dire... par Paterculus  (2020-09-15 01:39:12)
              Photo par Candidus  (2020-09-15 16:58:48)
      Personne pour identifier au moins les deux clercs ? par Cristo  (2020-09-15 19:03:12)
          L’abbé Barthe vous a répondu par Vincent F  (2020-09-16 11:57:31)
              Autre question par Alex  (2020-09-16 14:42:31)
                  L’abbé Philippe François par Vianney  (2020-09-16 15:32:35)
                      Je confirme par Meneau  (2020-09-16 18:36:08)
                          merci par Alex  (2020-09-16 20:32:36)
                          Cela ne m’étonne pas par Vianney  (2020-09-16 21:17:36)
              Oups. You're right ! par Cristo  (2020-09-16 22:19:50)
              Oups. You're right ! par Cristo  (2020-09-16 22:20:09)
                  C'est l'effet de ma tisane au whisky ou ... par Cristo  (2020-09-16 22:22:36)


91 liseurs actuellement sur le forum
[Valid RSS]