[ Me connecter ]
Messages récents | Retour à la liste des messages | Rechercher
Afficher la discussion

L'appel du 14 mai
par Abbé Néri 2020-05-07 22:55:17
Imprimer Imprimer

Alors que nous sommes toujours confrontés à l'épreuve de la pandémie actuelle, au lieu de faire des actes publiques d'expiation pour être délivrés des effets de la colère de Dieu on s’apprête à l'offenser encore. En effet le Haut Comité pour la Fraternité Humaine à lancé un appel pour une journée de prière inter-religieuse qui est un affront à la majesté Divine. Mais aussi comme le signale Jeanne Smits dans son blog cette initiative constitue une étape supplémentaire vers l'idéal maçonnique de fraternité universelle :

« Le 14 mai prochain marquera une nouvelle étape de cette entreprise de fraternité universelle qui emprunte son vocabulaire à la maçonnerie et qui, au nom du bien de l’humanité dans une crise sanitaire qui a déjà viré à la dictature  sanitaire, prétend gommer les différences entre les différentes religions. » (1)

Comme on peut le constater par exemple dans les principes de basse de la Grande Loge Européenne de la Fraternité Universelle :

« La Franc-Maçonnerie est un ordre initiatique auquel ne peuvent appartenir que des loges libres et souveraines, intégrant des individus libres et de bonnes mœurs et qui s’engagent à mettre en pratique un idéal de paix, d’amour et de fraternité. » (2)

Il suffit de lire le contenu de cet appel pour le constater :

« Le Comité appelle tous les dirigeants religieux et les peuples du monde entier à répondre à cet appel humanitaire et à se tourner d’une seule voix vers le Tout-Puissant pour préserver l’humanité, l’aider à surmonter la pandémie et à rétablir la sécurité, la stabilité, la santé et le développement, afin de rendre notre monde, après la fin de cette pandémie, plus humain et plus fraternel que jamais. »

Le cardinal Ayuso membre du dit Haut Comité prend soin de préciser :

«Il me semble qu’à travers cet appel, le Haut Comité pour la Fraternité Humaine nous invite à reconnaître la dimension spirituelle qu’en tant que croyants - mais aussi comme personnes de bonne volonté - nous percevons dans le profond bouleversement que connaît le monde avec cette pandémie. Chacun, quelle que soit sa culture, sa situation économique, sa croyance ou son absence de croyance religieuse, ressent et entend l’immensité du cri de l’humanité souffrante, débordée de toute part, angoissée, meurtrie. »

Le pape François s’est rapidement aligné ce dimanche 3 mai en apportant à son tour un soutien sans réserve, au cours de l’audience globale virtuelle qu’il à donnée à midi depuis la bibliothèque du palais apostolique du Vatican, rapporte America Magazine, la puissante revue des jésuites des États-Unis.

Il a donc réitéré l’appel à la journée de prière inter-religieuse. François a déclaré :

« Souvenez-vous, le 14 mai, tous les croyants ensemble, croyants des différentes traditions [religieuses], de prier, de jeûner, et de faire des œuvres de charité. »

Et d’expliquer : « Puisque la prière est une valeur universelle, j’ai accepté la proposition. »

En cela, - même s'il n'est pas le premier - il se place à l'opposé de Pie XI son illustre prédécesseur :

« De telles entreprises ne peuvent, en aucune manière, être approuvées par les catholiques, puisqu'elles s'appuient sur la théorie erronée que les religions sont toutes plus ou moins bonnes et louables, en ce sens que toutes également, bien que de manières différentes, manifestent et signifient le sentiment naturel et inné qui nous porte vers Dieu et nous pousse à reconnaître avec respect sa puissance. » (3)

En revanche, mais cela n'est pas étonnant le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres – ancien président de l’internationale socialiste – a indiqué ce dimanche qu’il apportait lui aussi son soutien au Haut comité par le biais d’un tweet publié le soir :

« En des temps difficiles, nous devons être solidaires pour la paix, l’humanité et la solidarité. Je me joins à Sa Sainteté le Pape François (@Pontifex) et au Grand Imam d’Al Azhar Sheikh Ahmed Al Tayeb dans leur soutien à la Prière pour l’humanité ce 14 mai – un moment de réflexion, d’espoir et de foi. »

Cette convergence des grands de ce monde intégrant les chefs religieux - le pape inclus - est une illustration de ce qui pourra être le nouvel ordre mondial.

Le tournant qui a permis cette évolution des catholiques pour aller dans cette direction fut perçu avec une rare clairvoyance par Mgr. Lefebvre au début du Concile Vatican II dans le message que les pères conciliaires adressèrent au monde :

« Il m'apparut aussitôt avec évidence que ce message était inspiré par une conception de la religion toute orientée vers l'homme, et dans l'homme spécialement vers les biens temporels, dans la recherche d'un thème qui unit tous les hommes, athées et religieux ! … nécessairement utopique et d'esprit libérale. » (4)

Il signalait deux points majeurs : La paix et la justice sociale :

« Nous affirmons l’unité fraternelle des hommes par-dessus les frontières et les civilisations. »

« C’est pourquoi, humblement et ardemment, nous faisons appel à nos frères au service de qui nous sommes comme pasteurs, mais aussi à tous nos frères qui croient au Christ et à tous les hommes de bonne volonté [...] qu’ils s’unissent à nous pour travailler à bâtir eux-mêmes en ce monde une cité plus juste et plus fraternelle. » (5)

Idée qu'on trouvera développée dans la constitution pastorale Gaudium et spes :

« Que tous prennent très à cœur de compter les solidarités sociales parmi les principaux devoirs de l’homme d’aujourd’hui, et de les respecter. En effet, plus le monde s’unifie et plus il est manifeste que les obligations de l’homme dépassent les groupes particuliers pour s’étendre peu à peu à l’univers entier.

Ce qui ne peut se faire que si les individus et les groupes cultivent en eux les valeurs morales et sociales et les répandent autour d’eux. Alors, avec le nécessaire secours de la grâce divine, surgiront des hommes vraiment nouveaux, artisans de l’humanité nouvelle. » (6)

Il ne fut pas le seul a voir les dangers d'un tel tournant :

« Pour les progressistes, l’Église se trouve réduite en suivant les cas, où à une secte de spirituels où à une espèce chrétienne de Rotary Club, de ONU où de FAO. Sa dimension surnaturelle – noyau fondamental de son mystère – est supplantée par une dimension sociologique. L’ecclésiologie devient démologie où même démagogie. » (7)

Et, pour conclure on peut méditer le jugement du père de Lubac qu'on ne peut accuser d'intégrisme fondamentaliste :

« Nous voyons que depuis quelques années se multiplient les signes d'une crise spirituelle telle que l’Église à rarement connu. Sous le nom équivoque d'une église post-conciliaire se cache une église distincte de celle de Jésus-Christ , qui risque d'être instaurée, si on peut parler d'instauration pour designer un phénomène qui est d'abord abandon et désintégration, une société anthropocentrique, menacée d'apostasie immanente, et qui se laisse entraîner dans un mouvement général de sens œcuménique où d'adaptation, sous prétexte de se rajeunir. » (8)


(1) Le blog de Jeanne Smits – 3 mai 2020
(2) (Grande Loge Européenne de la Fraternité Universelle – Règles et principes de basse n° 4)
(3) Pie XI – Mortalium animus – 6 janvier 1928
(4) Mgr. Lefebvre – J'accuse le Concile pp. 14-15
(5) Message du Concile à tous les hommes (20 octobre 1962)
(6) Gaudium et spes, 30
(7) Mgr. Luigi Maria Carli – Tradicion y Progreso en la Iglesia Catolica – p. 155
(8) ( Père de Lubac – Congrès de Théologie de Toronto en 1967)


  Envoyer ce message à un ami


 L'appel du 14 mai par Abbé Néri  (2020-05-07 22:55:17)
      quant aux élucubrations.... par erminig  (2020-05-09 09:16:18)


37 liseurs actuellement sur le forum
[Valid RSS]