[ Me connecter ]
Messages récents | Retour à la liste des messages | Rechercher
Afficher la discussion

Les titres du pape
par AVV-VVK 2020-04-03 19:42:21
Imprimer Imprimer

Marco Tosatti
Chers amis et ennemis du Stilum Curiae, nous vous proposons dans notre pauvre traduction un article très intéressant commentant les nouvelles contenues dans l'Annuaire pontifical 2020, et dont nous avons parlé ce matin. L'article est paru dans le Tagespost, le journal catholique allemand. Bonne lecture.

§§§
L'Annuaire pontifical 2020 est édité par la Secrétairerie d'État et publié à la Bibliothèque du Vatican. Ce n'est qu'un annuaire, une chronique, et il n'a aucune autorité magistrale. Néanmoins, il convient d'éviter les lacunes théologiques et les erreurs dues à la négligence. Cette fois, les définitions de la nature de la primauté papale sont classées comme de simples "titres historiques" sous les données biographiques de l'actuel titulaire du ministère de Pierre. De plus, ces titres sont mélangés à des titres qui n'ont rien à voir avec la primauté et qui n'ont fait que croître dans un sens historique, mais non dogmatique, de "Souverain de l'État du Vatican". Le nom de "Serviteur des Serviteurs de Dieu", qui remonte à Grégoire le Grand, n'est pas un titre d'office, mais historiquement il ne voulait qu'exprimer le caractère de service de l'office apostolique contre les revendications de pouvoir du "Patriarche œcuménique de Constantinople". "Celui qui veut être le premier parmi vous sera en fait le serviteur de tous." (Mc 10,43), dit Jésus.

Après tout, on découvre pourquoi François, l'évêque de Rome, est à la tête de la hiérarchie catholique lorsqu'il a été élu à son pontificat par les cardinaux et qu'il a commencé solennellement son ministère de "Pasteur universel de l'Eglise".



Certes, tous les titres essentiels de la papauté ont grandi dans l'Église, et plus encore les moins significatifs. Cela s'applique également au concept et au ministère de l'évêque, et donc aussi à l'évêque de Rome. Jésus lui-même n'a pas nommé l'évêque de Rome, mais il a nommé Simon Pierre, qui a ensuite souffert le martyre à Rome, et a ainsi transféré sa primauté à l'Église romaine. Comme tous les évêques sont les successeurs des apôtres, l'évêque de l'Église de Rome fondée par Pierre et Paul est également le successeur de saint Pierre (Irénée de Lyon, Adversus haereses III, 3:2). La liste des évêques romains (les "Summi Pontifici Romani") commence également dans l'"Annuaire" de 2020 avec "Pierre de Bethsaïde en Galilée, le prince des apôtres, qui a reçu de Jésus-Christ l'autorité papale suprême, qu'il devait transmettre à ses successeurs".

Le nouvel annuaire du Vatican classe le titre papal "Vicarius Christi" comme une note historique.

Un coup d'œil aux textes du Concile Vatican II sur la doctrine catholique contraignante du pape en tant que pasteur suprême de l'Église aurait épargné aux rédacteurs de l'"Annuaire pontifical" 2020 l'embarras de dévaloriser des éléments essentiels de la doctrine catholique de la primauté en tant que simple accessoire historique.

En effet, ce sont les évêques qui sont les successeurs des apôtres, "qui, avec le successeur de Pierre, le Vicaire du Christ et la tête visible de toute l'Église, dirigent la maison du Dieu vivant" (Lumen Gentium 18). C'est une barbarie théologique que de dévaloriser les titres du pape "Successeur de Pierre, Vicaire du Christ et Chef visible de toute l'Eglise" comme un simple lest historique. En fait, ils se sont développés historiquement, comme tous les concepts de la doctrine de la Trinité, de la christologie, de la doctrine de la grâce et de l'ecclésiologie, etc. Mais ils font ressortir des éléments essentiels de la primauté pétrine, qui remonte à l'institution du Christ et qui est donc une loi divine et non seulement humaine-ecclésiale. Aucun pape ou concile œcuménique ne pourrait, en recourant à leur pouvoir suprême sur l'Église, à la primauté, à l'épiscopat, abolir ou réinterpréter les sacrements dans leur essence.

Les catholiques ont le droit, enraciné dans la foi divine et catholique, de comprendre la papauté en général et aujourd'hui le pontificat du pape François à la lumière du Concile Vatican II. Ce n'est qu'avec beaucoup d'humour et d'ironie que l'amateurisme théologique des statisticiens peut être toléré, même s'il peut être à nouveau salué par les intéressés pleins d'hypocrisie comme un signe de grande humilité.



Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
Une traduction...
SOURCE: Stilum Curiae


  Envoyer ce message à un ami


 Les titres du pape par AVV-VVK  (2020-04-03 19:42:21)
      Ce post mérite toute notre attention par Candidus  (2020-04-03 21:15:52)
          C'est un aveu par Tryphène  (2020-04-03 23:05:33)
          Pourtant, on voit par transparence par Sursum corda  (2020-04-04 00:21:11)
              Ah, non... par Sursum corda  (2020-04-04 05:40:51)
      Le roi est nu par Tryphène  (2020-04-03 23:56:07)


177 liseurs actuellement sur le forum
[Valid RSS]