[ Me connecter ]
Messages récents | Retour à la liste des messages | Rechercher
Afficher la discussion

La foi catholique chez une candidate au prochain Goncourt
par Aliocha 2019-09-26 19:35:18
Imprimer Imprimer

Amélie Nothomb, La soif, Albin Michel

Relation par Gabrielle Périer dans Causeur :
En substance, Jésus explique que le corps, c’est bien, alors que l’esprit, c’est pas bien : et que donc, toute la tradition chrétienne s’est trompée, de Dieu le Père (qui lui n’a pas de corps donc n’y comprend rien) à tous ceux qui ont façonné et perpétué l’Église. La crucifixion est une « bévue », « nuisible jusqu’à l’épouvante », parce que « des théories d’hommes vont choisir le martyre à cause de [cet] exemple imbécile ». Au contraire de ce « mépris du corps », Jésus est Jésus parce qu’il est l’être « le plus incarné des humains » ; et d’ailleurs, Judas trahit parce qu’il est « très peu incarné ». Car oui, comme tout bon antirationaliste le sait, « Le mal trouve toujours son origine dans l’esprit. Sans le garde-fou du corps, la nuisance spirituelle va pouvoir commencer ».

D’où le titre du livre : la soif, pur besoin du corps, est à cultiver. Parce que « l’instant ineffable où l’assoiffé porte à ses lèvres un gobelet d’eau, c’est Dieu. […] Ce n’est pas la métaphore de Dieu, […] l’amour que vous éprouvez à cet instant précis pour la gorgée d’eau, c’est Dieu ». Pour Amélie Nothomb, Dieu est donc la jouissance consécutive à la satisfaction de ses désirs.


  Envoyer ce message à un ami


 La foi catholique chez une candidate au prochain Goncourt par Aliocha  (2019-09-26 19:35:18)
      La Vie lui a récemment consacré sa Une par André  (2019-09-27 11:48:21)


183 liseurs actuellement sur le forum
[Valid RSS]