[ Me connecter ]
Contacts | Inscription | Retour à la liste des messages | Rechercher
Afficher la discussion

Je l’ai vu et il est intéressant par Athanase 2019-08-08 14:03:45 Imprimer Imprimer

Bien que portant sur une courte période, il est intéressant et peu ennuyant. Il met en scène un jeune artiste épris de créativité sur fond d’une Allemagne qui s’est effondrée de plusieurs manières, coextensives et concomitantes: par les programmes d’euthanasie et de stérilisation, par sa défaite militaire et par des bombardements intensifs. L’auteur ne nie pas l’un des faits au détriment de l’autre. On voit aussi bien Dresde brûler que des handicapés gazés en 1945. Le régime nazi est intrinsèquement criminel et sa chute sous le coup de ses adversaires est aussi le miroir de ce qu’il était.

Le personnage principal aime une femme, dont le père a participé de ce régime, un gynécologue imbus de lui-même qui a su frayer avec tous les pouvoirs. Il est avec les SS. Mais en 1945, même l’Armée rouge en arrive à être choqué par les programmes de stérilisation. Un officier de l’Armée rouge lui administre même un coup de poing, car le gynécologue veut toujours être appelé « Herr Professor ». Mais voilà : en aidant une femme à accoucher, il obtient les bonnes grâces de l’officier rouge. Je pense que l’auteur veut parler de la dénazification et qu’elle fut aussi freinée à l’Est.

Puis le jeune homme grandit. Il suit des cours dans une institut des beaux-arts en RDA. Un professeur leur apprend quand même à être eux-mêmes, non sans contradiction avec un système où ils sont condamnés à faire du réalisme socialiste. Peut-être que l’auteur a voulu montrer les contradictions de l’art sous la RDA. Et en fait, dans la deuxième partie, il applique les consignes.

Puis notre jeune homme passe à l’ouest, au moment où le mur est construit. Il entre dans une école des beaux-arts. Son professeur est une personnalité un peu délurée qui leur apprend à casser les codes. Le problème est que l’injonction est paradoxale (comme en RDA), car le non-conformisme ne se décrète pas. Le jeune homme finit par trouver son propre style: une sorte de peinture photographique. Et sa compagne parvient à mettre au monde un enfant.

Il est reconnu, attire l’attention de la presse pendant que son beau-père est rattrapé par son passé. Lui aussi est passé à l’ouest. L’Allemagne des années 60 est rattrapé par le passé récent que l’on a dissimulé après 1945.

Je pense que l’auteur a voulu nous donner une belle leçon sur les absurdités et les contradictions de régimes politiques qui ne sont pas en mesure d'étouffer ine recherche personnelle (une quête spirituelle ?). L’homme ne vit pas que de pain.

Cher Aigle: la sexualité, l’avortement, la stérilisation sont présents. En fait, c’est bien la question de la reproduction et de sa manipulation.

  Envoyer ce message à un ami


Ce message est vraiment digne d'intérêt ? Valorisez-le en lui attribuant une note de 1 à 5

Note : en attente de 15 votes


La discussion

images/icones/hein.gif L'œuvre sans auteur : un film catholique ? ? par Aigle (2019-08-08 06:17:56)
     images/icones/1e.gif La Croix n'a rien vu par Aigle (2019-08-08 06:20:23)
         images/icones/fleche3.gif Un avis sur ce film : l'Oeuvre sans auteur. par Diafoirus (2019-08-08 12:13:51)
     images/icones/find.gif Le titre n'est pas très attrayant par Jean-Paul PARFU (2019-08-08 12:56:27)
     images/icones/iphone.jpg Je l’ai vu et il est intéressant par Athanase (2019-08-08 14:03:45)
         images/icones/bravo.gif Oui cher Athanase par Aigle (2019-08-08 14:20:46)



28 liseurs actuellement sur le forum
M'abonner au flux RSS