[ Me connecter ]
Contacts | Inscription | Retour à la liste des messages | Rechercher
Afficher la discussion

L'hindouisme par Aigle 2019-01-10 22:34:49 Imprimer Imprimer

Ce grand dialogue fraternel cher aux FM et à François inclut il la merveilleuse Inde ?

Lisez ceci : c'est pas vraiment plaisirs d'amour

Les textes traditionnels considèrent le mariage comme indissoluble une fois le rituel des sept pas (saptapadi) accompli. Certains écrits admettent toutefois le divorce dans les cas extrêmes comme les violences physiques ou l’abandon. Plus on s’élève dans l’échelle des castes, plus la séparation est difficile et suscite la réprobation générale.

La loi indienne permet le divorce par consentement mutuel ou sur demande du conjoint qui le demande pour sévices physiques ou abandon. Dans la réalité, la plupart des femmes indiennes préféreront subir la violence de maris ivrognes plutôt que d’encourir le rejet de leur entourage. Sans revenus, elles ne possèdent d’ailleurs pas d’autres ressources en cas de rupture que de retourner sous le toit de leurs parents, qui souvent refuse cette honte et cette charge financière. Seules les femmes de la bourgeoisie éduquées et soutenues par leurs amies ou leur famille se risquent d’entamer des procédures de divorce.


La situation de veuve est pire que celle de divorcée. Elles peuvent maintenant se remarier, mais les obstacles à franchir demeurent énormes. À partir du moment où son mari meurt, elle se retrouve reléguée ipso facto au rang de domestique. C’est comme si la société considérait l’épouse responsable du décès de son mari.

Immédiatement après la mort de ce dernier, on retire à la veuve ses bijoux et on lave la marque de sindur, poudre de vermillon qui orne ses cheveux et définit son statut de femme mariée. Elle ne pourra désormais que se vêtir de blanc, couleur de deuil, ou de bleu. Les couleurs vives, en particulier le rouge, symbole du mariage, ainsi que les ornements lui sont dorénavant interdits. Elle ne participera plus aux grandes réjouissances familiales et traditionnelles ou sera simplement tolérée et reléguée dans le coin d’une pièce. Elle n’est plus invitée aux noces où elle ferait figure de mauvais présage. Il ne lui reste que sa belle-famille, qui la traite de haut, ne lui donnant à manger que les restes des repas, la laissant dormir sur le sol et l’obligeant à marcher pieds nus.

Quelquefois, elle sera renvoyée dans sa famille ou dans des établissements pour les veuves, sortes de mouroirs où elles doivent se lever avant l’aube et réciter des mantras en l’honneur de Krishna. Le très beau film EAU (Water) de la cinéaste indienne Deepa Mehta exprime de manière très touchante le sort des veuves en Inde au moment de l’indépendance du pays. L’actualité médiatique nous donne de plus en plus d’exemples de femmes courageuses qui refusent la pression familiale et sociale et s’opposent à ces traditions ancestrales.

Source : http://www.infoinde.com/inde_veuve.php

  Envoyer ce message à un ami


Ce message est vraiment digne d'intérêt ? Valorisez-le en lui attribuant une note de 1 à 5

Note : en attente de 15 votes


La discussion

images/icones/vatican.gif François fait l’unanimité chez les francs-maçons par Abbé Néri (2019-01-09 22:16:34)
     images/icones/1z.gif L'hindouisme par Aigle (2019-01-10 22:34:49)



18 liseurs actuellement sur le forum
M'abonner au flux RSS