[ Me connecter ]
Contacts | Inscription | Retour à la liste des messages | Rechercher
Afficher la discussion

Saint Nicolas et les deux ânes par Vianney 2018-12-06 11:21:46 Imprimer Imprimer

 
Les historiens s’accordent à dire que saint Nicolas, le célèbre évêque de Myre, mourut peu après le concile de Nicée, auquel il assista. En revanche, le récit de son pèlerinage à Rome ne se trouve que dans la biographie composée par le P. Antonio Beatillo S.J., auquel l’abbé Laroche l’a emprunté dans cet extrait¹ :

Notre saint gagna la ville de Nole, où il entra par la rue Cimitius ; il était monté sur un âne, ainsi que le clerc qui l’accompagnait. Il choisit une hôtellerie en rapport avec son modeste équipage. Le même jour, on avait vu passer deux prélats, se rendant aussi à Rome sur deux superbes montures ; le valet d’écurie ne manqua pas de faire une comparaison qui ne fut pas en faveur de notre saint. « Des prélats, dit-il, nous en avons vu, celui-ci n’est qu’un imposteur ou un avare ; encore il calcule mal son affaire, car avec autre équipage, il serait moins longtemps en route et dépenserait moins. S’il est évêque, nous le verrons bien ; je vais le forcer à acheter d’autres montures sur lesquelles j’aurai bien encore un petit bénéfice. » Pendant la nuit, il tua les deux ânes et leur coupa la tête. Le lendemain, le diacre descendit pour les préparatifs du voyage. Quand il vit ce qui était arrivé, il courut avertir le saint prélat, qui lui dit simplement de recoudre les têtes des ânes à leur corps. Le diacre obéit sans s’inquiéter de la singularité de l’ordre, car il avait une confiance absolue en son maître. Mais, soit par suite de l’obscurité, soit à cause de trop d’empressement, il ne considéra pas que les ânes étaient de couleur différente. Il appliqua la tête de l’âne blanc au corps de l’âne noir et réciproquement. Après cette opération, les deux ânes se levèrent pleins de vie, portant ainsi la preuve évidente du crime et du miracle dont ils avaient été l’objet. À cette vue, le valet fut saisi de terreur, il se jeta aux pieds du saint pour implorer son pardon ; il lui demanda aussi d’imprimer le signe de la croix sur son front, afin que le démon n’eût plus d’empire sur lui. Saint Nicolas le pressa sur son cœur, l’avertit de ne plus pécher et de ne plus juger les hommes sur les apparences. « Pour mon compte, lui dit-il, je me crois encore indigne d’user de la même monture que Notre-Seigneur. »
_______________

¹ Abbé Jules Laroche, Vie de saint Nicolas, évêque de Myre, patron de la jeunesse, pp. 95-96. Le fait est que de nombreuses localités portent encore la trace de ce supposé pèlerinage : en particulier le fort Saint-Nicolas, à Rhodes ; un port, une montagne et un château à Cérigo ; deux châteaux de l’île de Crête, etc.
 

  Envoyer ce message à un ami


Ce message est vraiment digne d'intérêt ? Valorisez-le en lui attribuant une note de 1 à 5

Note : en attente de 15 votes


La discussion

images/icones/sacrecoeur.gif 06/12 St Nicolas, évêque et confesseur par ami de la Miséricorde (2018-12-06 08:17:43)
     images/icones/marie.gif Les saintes voies de la Croix du Vénérable Mr Henri-Marie Boudon par ami de la Miséricorde (2018-12-06 08:26:45)
     images/icones/1a.gif Saint Nicolas et les deux ânes par Vianney (2018-12-06 11:21:46)



36 liseurs actuellement sur le forum
M'abonner au flux RSS