Soutenez l’abbaye du Barroux en passant commande auprès de sa boutique en ligne !
[ Me connecter ]
Messages récents | Retour à la liste des messages | Rechercher
Afficher la discussion

Florilège
par Abbé Néri 2018-11-27 21:18:47
Imprimer Imprimer

Au cours d'un fil précèdent, quelqu’un a exprimé le désir de connaître les interprétations qu’on trouve dans les Pères. Je vous offre un florilège que je conclus avec le docteur angélique.

Tout d’abord ce texte du grand alexandrin :

Origène :

« Et remarquez qu’il ne dit pas : Partout où sera le corps, là se rassembleront les vautours et les corbeaux, mais : « Les aigles s’assembleront », pour exprimer ainsi la magnificence et la royauté de tous ceux qui ont cru à la passion du Seigneur. »

Dans cette explication les vautours sont exclus pour privilégier une qualité de la métaphore de l’aigle : la magnificence et la royauté.

On peut ensuite lire l’explication qu’en donne le grand docteur cappadocien.

Saint Jean Chrysostome

« Il nous donne encore un autre signe de son avènement en ajoutant : « Partout où sera le corps, là les aigles s’assembleront », c’est-à-dire la multitude des anges, des martyrs et de tous les saints. »

Comme on peut le noter le saint docteur reprends le même sens en l’élargissant, ainsi les aigles désignent : la multitude des anges, des martyrs et de tous les saints.

Lisons maintenant deux textes de l’auteur de la Vulgate :

Saint Jérôme :

« Le mystère de l’avènement de Jésus-Christ nous est rendu sensible dans un fait naturel dont nous sommes tous les jours témoins.

On rapporte que les aigles et les vautours sentent l’odeur des cadavres situés même au-delà des mers, et se rassemblent à cette distance autour de cette pâture.

Si donc des oiseaux privés de raison, et par le seul instinct naturel, sentent l’endroit où gît un cadavre peu considérable, malgré la distance qui les en sépare, avec combien plus d’ardeur la multitude des fidèles s’empressera-t-elle de se réunir autour du Christ, dont l’éclair part de l’Orient et brille en même temps jusque dans l’Occident ?

Par le corps (en grec ptwma, et que le latin rend d’une manière plus expressive par le mot « cadaver », parce que le corps tombe sous les coups de la mort), nous pouvons entendre la passion du Christ. »


Dans ce premier texte le saint docteur fait remarquer un fait naturel qui sert de point de comparaison à une réalité spirituelle et que peut convenir aux aigles et au vautours à savoir « l’empressement » à se rassembler autour du corps.

Deuxième texte de Saint Jérôme :

« On donne le nom d’aigles à ceux dont la jeunesse s’est renouvelée comme celle de l’aigle (Ps 52), et qui s’élèvent sur des ailes comme l’aigle, pour se rendre à la passion du Seigneur. »

Ici le saint ermite retient « aigle » en donnant la raison. Ce qui explique également pourquoi il a choisi dans sa traduction du texte le mot « aigle » dans sa Vulgate.

Son contemporain le docteur d’Hippone donne cette explication.

Saint Augustin :

« Le Seigneur dit, « Où sera le corps, là s'assembleront les aigles. » C'est au ciel que le Seigneur a élevé de cette terre dans sa personne le corps qu'il avait dans son incarnation.

Si l'expression désigne un corps mort, c'est que le Seigneur était sur le point de mourir quand il parlait ainsi : « Là s'assembleront les aigles. »

Les aigles sont les hommes spirituels qui se nourrissent de son corps pour ainsi dire, en imitant les souffrances et les abaissements du Maître. Quand il a pris un corps, c'est nous en effet qu'il avait en vue dans ses abaissements et ses souffrances. »


Comme on peut le constater le saint docteur rétient aussi « aigle » en insistant sur une partie de ceux qui sont désignés par la métaphore : l’les hommes spirituels.

Concluons avec le docteur angélique.

Saint Thomas :

« Remarquez qu’en hébreu on trouve anathe, qui est la même chose que « cadavre ».

L’évangéliste a donc voulu indiquer la passion du Christ, car alors viendra le Christ montrant les signes de sa passion.

Et il parle en employant une comparaison : LÀ OÙ IL Y A UN CADAVRE, etc. 1 Th 4, 16 ; « Nous accourrons comme une nuée vers le Christ. »

Mais certains sont des aigles, d’autres des vautours ou des corbeaux, mais il ne dit pas des vautours ou des corbeaux, mais des AIGLES, par lesquels les saints sont indiqués.

Is 40, 31 : « Leurs plumes pousseront comme celles des aigles, ils prendront leur envol et ne tomberont pas. »

Ainsi, comme le dit Jérôme, partout où est fait mémoire de la passion du Christ, les hommes saints doivent être rassemblés par le souvenir perpétuel de sa passion. »


Ainsi comme on peut le constater saint Thomas recueille les témoignages des Pères et conclu par une exhortation qui peut, peut-être vous toucher :

Aigles rassemblez-vous !


  Envoyer ce message à un ami


 Florilège par Abbé Néri  (2018-11-27 21:18:47)
      Infiniment merci par Pline  (2018-11-27 22:28:27)


43 liseurs actuellement sur le forum
[Valid RSS]