Messages récents | Retour à la liste des messages | Rechercher
Afficher la discussion

Mieux vaut en rire qu’en pleurer (VI)
par Lawrence Wargrave 2017-05-31 22:44:53
Imprimer Imprimer

« J’étais sur la route toute la sainte journéééééée... »

Voilà ce que crachait mon autoradio, lorsque Monsieur l’agent m’a arrêté à quelques kilomètres de mon point d’arrivée.

_ Monsieur l’agent, je suis super-méga-pressé, comment vous dire ?_ j’ai une mission à accomplir...

_ Je vois, je vois... Coupez le moteur.

_ Nan, nan, je vois ce que vous pensez, Monsieur l’agent. Je n’ai pas bu, je n’ai pas fumé, c’est juste que...

_ Garez-vous mieux, Monsieur Wargrave. Nous n’en aurons pas pour longtemps.

Et effectivement, nous n’en avons pas eu pour longtemps. J’ai appelé mon avocat, ce qui a eu l’heur de les impressionner, alors même que je n’avais rien à me reprocher. Vous pensez donc, ils étaient au nombre de ses premiers fans. Il faut dire qu’il se paye des campagnes 4 par 3, le bougre. 4 par 3 mètres carré. La taille des salles où il donne des conférences pour arrondir ses fins de droits, euh, de mois... M’enfin, bref, j’ai pu récupérer mon véhicule, et ses clefs, ce qui est loin d’être accessoire.

Mon téléphone s’est mis à vibrer. Connexion Bloutouss en cours (oui, oui, je sais, bloutouss s’écrit Bluetooth, pour qui me prenez-vous, c’était juste pour faire genre je ne suis pas de la génération XY, pfff...)

_ Allôôô ?

_ Wargrave ?

_ Non, vous êtes à la Boucherie Sanz...

_ Ooooooh, Wargrave !!! Où en êtes-vous ?

_ Un peu retardé, Maître, mais, j’y suis.

_ Vous vous rappelez les consignes, n’est-ce pas ?

_ Voui.

_ Une...

_ Oui, oui, soyez sans crainte. C’est comme si c’était fait.

_ Wargrave ?

_ Oui, Maître ?

_ Si vous hésitiez, n’oubliez pas que...

_ Oui, oui, moi aussi, j’ai lu ses lignes du jour.

_ Wargrave....

_ Oui, Maître ?

_ Je vous avais donné un ultimatum.

_ Nous y voilà donc.

_ Avouez que la chance a joué pour vous.

_ Non, Maître, il n’y a pas de hasard. Bonne nuit.

(Là, j’arrête les caractères en italiques, à vous de suivre, d’accord ?)

J’étais au bas de l’immeuble. Ni digicode ni interphone. Ouf Voilà un autochtone qui s’approche. Il habite visiblement l’immeuble.

_ Pardon, Monsieur, je dine chez Monsieur (bip) (ouais, ouais, je fais semblant de ménager le suspense), mais je ne sais pas à quel numéro sonner.

_ Monsieur (bip) ?

_ Voui... (là, j’avais perdu toute dignité humaine, compte tenu des kilomètres et de ce contrôle policier à la...)

_ Vous le connaissez personnellement ?

_ Nan, nan, j’ai juste un message à lui transmettre (quand je me relis, mais c’est vraiment comme cela que je l‘ai dit, « Nan, nan » et non « Non, non », je regrette. Enfin, je regrette ce job, qui...

_ Voici le code de son appartement...

Le type a déplié un bout de papier devant moi. Il y était écrit d'une écriture tremblotante « 290687 ».

J’ai composé le code sur le digimachin-chose.

Rien. Aucune réponse. Pas le moindre souffle.

_ Merde, il est mort avant qu..

_ Allônnnnnnnnnns ?

Oh ! Purée.... Il n’était pas du tout devant son ordinateur. Il dormait.

_ Monsieur (bip) ?

_ Qui êtes-vous ?

_ Lawrence Wargrave.

_ Hortense Lefebvre ?

_ Oui, elle-même.

_ Entrez, ma soeur !

J’étais certes sacrément enrhumé, mais quand même, de là à... Enfin, je ne vous fais pas de dessin.

En appuyant sur le bouton de l’ascenseur, je me demandais sur qui j’allais tomber. Et puis, comment vous dire, je n’ai pas eu confiance. Ce type était bizarre. Il savait manoeuvrer. Il prenait son temps. De telle sorte que je me le suis imaginé m’attendant en haut.

Il s'apprêtait à recevoir une religieuse. J’étais là pour le neutraliser, loin d’être le Bruce Willis des années 2017.

Une voix nasillarde m’annonça l’arrivée à bon port. « Vous êtes au septième étange » (ben oui, les ascenseurs sont souvent enrhumés).

La porte s’ouvre.

_ A droite ? A gauche ?, pensé-je.

Et là, d’en pas franc, j’optais pour la gauche, enfin non, pour la droite, forcément.

Je me suis précipité sur lui. Et j’ai crié comme un idiot : « Limousin ? Vous êtes en état d’arrestation ! »

Il était tellement médusé qu’il n’a même pas rétorqué la moindre grossièreté.

Je l’ai juste entendu susurrer « Je ne mentais pas quand je parlais de cette fameuse animosité personnelle contre moi. »

Là, je lui ai expliqué que je n’étais pas là pour discuter. Que mon intervention consistait à le neutraliser.

_ Mais, Monsieur Wargarve, qu’ai-je donc fait ? Mes lignes ne portent ombrage à personne. Même ce gros (bip) de Tradinews n’a JAMAIS repris le moindre de mes messages sur le Forum catholique. C’est dire si mes lignes n’ont pas le moindre poids ! Ce type est une sommité, il aurait su les reconnaitre parmi le verbiag...

_ Debout !

_ Pardon ?

_ Debout.

_ Qu... qu’allez-vous faire ?

_ Rendre justice, Monsieur.

_ Justiiiiice ? Qu’est-ce que la justice ?

_ Ecoutez donc, Monsieur...

_ Ecouter... écouter quoi donc ?

_ Votre oraison funè...

_ Envoyez la musique !



_ Je n’ai rien compris.

_ Cela ne m’étonne pas, Monsieur. J’avais un contrat contre vous. J’ai plaidé votre cause depuis quelques jours. Mais mon Maître n’y était pas sensible. J’étais à deux doigts d’obtenir gain de cause. Il m’avait parlé de cette soirée de demain. Certes le motif servait une cause que mon Maître n’entendait pas défendre....

Là, une première balle atteignit son genou droit.

_ Mais quand précisément aujourd’hui vous l’avez encore mis en cause, j’ai senti la moutarde lui monter au nez. Et puis, et puis (là, je haletais comme dans les films américains ou de Luc Besson version 2.0), quand vous avez cité la D, j’ai senti aussi que vous dépassiez le Rubicon.

_ Ce qui est important, c’est qu’on puisse librem...

Là, j’ai immobilisé direct le second genou.

Cette fois, j’étais sûr qu’il ne pourrait plus approcher son ordinateur.

Mon Maître serait content. Le type à tête d’ampoule avait enfin disjoncté. Son sort était réglé. Ainsi neutralisé, comme convenu, je pouvais procéder à son enlèvement. Ce ne sera que plus tard que je le libérerai. Après quelques échanges électroniques.

Mieux vaut en rire qu’en pleurer de Lawrence Wargrave, chapitre VI

     

Soutenir le Forum Catholique dans son entretien, c'est possible. Soit à l'aide d'un virement mensuel soit par le biais d'un soutien ponctuel. Rendez-vous sur la page dédiée en cliquant ici. D'avance, merci !


  Envoyer ce message à un ami


 Mieux vaut en rire qu’en pleurer (VI) par Lawrence Wargrave  (2017-05-31 22:44:53)
      Excellentissime ! par Semetipsum  (2017-05-31 23:42:16)
          Ah que c'est bon .. par Semper parati  (2017-05-31 23:50:07)
      Un grand moment par MG  (2017-06-01 00:36:47)
      Une balle dans le genou ? par Cath...o  (2017-06-02 13:31:57)


45 liseurs actuellement sur le forum
[Valid RSS]