La boutique de l’Espérance, partenaire historique du Forum catholique !
[ Me connecter ]
Messages récents | Retour à la liste des messages | Rechercher
Afficher la discussion

[réponse]
par MG 2012-04-16 02:12:04
Imprimer Imprimer

Sanctus Yvo erat brito
Advocatus sed non latro
Res mirabilis populo

Ce qui donne : Saint Yves était breton, avocat mais pas voleur, chose admirable pour le peuple ! La dévotion populaire dit qu’il fut le premier et le (dernier avocat) à entrer au Paradis.

Jean-Paul II a donné une très intéressante méditation à l’occasion du 700e anniversaire de l’entrée au ciel de saint Yves. Né dans une famille relativement modeste, ou relativement aisée comme on veut, Yves s’est dépouillé peu à peu de ses biens suivant d’ailleurs un mouvement fort de l’époque qui voit se développer l’ordre des frères mineurs. On dit qu’il était tertiaire franciscain mais rien ne permet de l’assurer. Sa façon de rendre la justice était fondée sur le droit naturel et la loi naturelle que toute conscience droite et éclairée peut découvrir par l’usage de la raison.

Par sa façon de rendre la justice, saint Yves nous rappelle aussi que le droit est conçu pour le bien des personnes et des peuples, et qu’il a comme fonction primordiale de protéger la dignité inaliénable de l’individu dans toutes les phases de son existence, depuis sa conception jusqu’à sa mort naturelle.

Jean-Paul II, le pape des juristes, insiste fortement sur l’actualité de l’exemple donné par saint Yves. La défense du droit naturel n’est pas une simple occasion de méditations spirituelles édifiantes mais la source d’une réflexion théorique et pratique sur le droit et l’œuvre du juriste.

Pour cela, il faut donc poursuivre les recherches intellectuelles afin de retrouver les racines, la signification anthropologique et le contenu éthique du droit naturel et de la loi naturelle, dans la perspective philosophique de grands penseurs de l’histoire, tels Aristote et saint Thomas d’Aquin. Il revient en particulier aux juristes, à tous les hommes de lois, aux historiens du droit et aux législateurs eux-mêmes d’avoir toujours, comme le demandait saint Léon le Grand, un profond «amour de la justice» (Sermon sur la Passion, 59) et de chercher à asseoir toujours leurs réflexions et leurs pratiques sur des principes anthropologiques et moraux qui mettent l’homme au centre de l’élaboration du droit et de la pratique juridique.

Avant de reprendre la route dans la direction indiquée par Jean-Paul II et confirmée par Benoît XVI, prenons simplement le temps de prier saint Yves :

Saint-Yves, tant que tu as vécu parmi nous
Tu as été l’avocat des pauvres,
Le défenseur des veuves et des orphelins,
La Providence de tous les nécessiteux ;
Écoute aujourd’hui notre prière.

Obtiens nous d’aimer la justice comme tu l’as aimée.
Fais que nous sachions défendre nos droits,
Sans porter préjudice aux autres,
En cherchant avant tout la réconciliation et la paix.
Suscite des défenseurs qui plaident la cause de l’opprimé
Pour que « justice soit rendue dans l’amour ».

Donne nous un cœur de pauvre,
Capable de résister à l’attrait des richesses,
Capable de compatir à la misère des autres
Et de partager.

Toi, le modèle des prêtres,
Qui parcourais nos campagnes
Bouleversant les foules par le feu de ta parole
Et le rayonnement de ta vie,
Obtiens à notre pays les prêtres dont il a besoin.

Saint-Yves, priez pour nous,
Et priez pour ceux que nous avons du mal à aimer.


  Envoyer ce message à un ami


 Nous prierons pour Maître Parfu par MG  (2012-04-16 01:59:47)
      [réponse] par MG  (2012-04-16 02:12:04)


115 liseurs actuellement sur le forum
[Valid RSS]