C'est effectivement

Le Forum Catholique

Imprimer le Fil Complet

Meneau -  2021-11-07 20:48:50

C'est effectivement

la partie que vous aviez mise en exergue dans l'autre post que je trouvais intéressante à discuter :


Je dois dire d'emblée que je suis d'accord en substance avec les positions doctrinales et liturgiques de Mgr Marcel Lefebvre et je pense qu'il a eu raison de fonder la FSSPX pour soutenir ces positions. Je pense qu'il a eu raison de persister quand Rome a tenté de supprimer la FSSPX et je pense qu'il a eu raison de tenir tête au Saint Siège en ordonnant des évêques pour assurer la continuité de son institut. [...]

Ce qui suit est une spéculation à partir des faits disponibles. L'explication que je propose est que l'influence des agresseurs sexuels dans la FSSPX résulte des carences des hommes formés et ordonnés prêtres dans la FSSPX, des carences dont Mgr Lefebvre ne s'est pas protégé et qu'il ne comprenait d'ailleurs pas.

Le rédacteur en chef d'une publication catholique française de renom m'a dit un jour que Mgr Lefebvre avait fait l'erreur de préférer la quantité à la qualité quand il a fondé la Fraternité. C'est exact mais cela nécessite à son tour une explication.

Le point de départ de cette explication est que Mgr Lefebvre semble n'avoir jamais fait l'autopsie de l'Église préconciliaire. Il n'a pas identifié les faiblesses qui ont causé son effondrement si rapide et si radical. Il semble qu'il ait simplement pensé que les systèmes de formation et de théologie préconciliaires étaient les bons et qu'ils avaient été abandonnés à tort à cause de la faiblesse, de la folie ou de la trahison d'une partie de la hiérarchie ecclésiale ; que ce qu'il fallait faire était simplement de restaurer ces systèmes. De fait, il pensait que cette restauration aurait lieu dans des délais raisonnables et que les changements post-concilaires et leurs problèmes ne dureraient pas.

Il semble qu'il ait également surestimé le nombre de catholiques qui adhéraient à sa pensée en matière religieuse par une conviction réelle et mûrie, et qu'il ait été disposé à accepter sans examen critique les hommes qui demandaient à rentrer dans la Fraternité. Un peu comme si ces hommes avaient été des séminaristes des années 1920, une époque où la population catholique attachée aux systèmes et convictions de l'Église préconciliaire était bien plus nombreuse, où les perspectives et le statut offerts aux séminaristes de ce genre étaient bien plus considérables, une époque aussi où les dirigeants de l'Église soutenaient solidement ces systèmes et croyances.

Mgr Lefebvre n'a pas vu que, dans la situation complètement différente où il se trouvait, les hommes qui se présenteraient pour rejoindre son organisation auraient des motivations et des caractères radicalement différents de ceux des séminaristes des années 1920, que leurs professions de foi et leurs engagements découleraient souvent de motifs et de traits de caractère loin d'être idéaux si on grattait sous la surface.

Il n'a pas non plus tenu compte des implications du fait que les sytèmes de formation sacerdotale préconciliaires étaient fondés sur l'inculcation de la conformité et de l'obéissance aveugle. C'est une chose d'adopter un tel système pour former les leaders d'une organisation importante, puissante, qui s'impose comme une force dominante au niveau international. Dans une situation de la sorte il est toujours possible d'attirer des gens sérieux et compétents, qui soient disposés à supporter la formation et en ressortiront à peu près indemnes. Il y a aussi un correctif aux effets d'une telle formation, qui vient du fait que les hauts dirigeants doivent au final exercer des responsabilités importantes.

La pression de ces responsabilités aboutit à un moment donné à sélectionner des hommes de caractère et d'initiative. Mais la situation d'une communauté de taille réduite, marginalisée, méprisée, où les leaders sont formés et sélectionnés pour leur obéissance aveugle et leur conformité au modèle, est très différente. Sociologiquement, ce genre de communauté présente les caractéristiques d'une secte. Par conséquent, les hommes qui postulent comme séminaristes dans une communauté catholique de ce style seront souvent ceux qui ambitionnent d'être les gourous d'une secte. Richard Williamson, que Marcel Lefebvre ordonna à l'épiscopat, est un exemple typique de ce phénomène, mais il y en a eu des tas d'autres.



Cordialement
Meneau
http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=932901