L'Église elle-même a jugé définitivement.

Le Forum Catholique

Imprimer le Fil Complet

John DALY -  2013-04-04 20:02:32

L'Église elle-même a jugé définitivement.

Il ne s'agit pas de "mes positions" mais de celles de l'Église elle-même.


38. Ainsi, Vénérables Frères, la doctrine des modernistes, comme l'objet de leurs efforts, c'est qu'il n'y ait rien de stable, rien d'immuable dans l'Église. Ils ont eu des précurseurs, ceux dont Pie IX, Notre prédécesseur, écrivait: Ces ennemis de la révélation divine exaltent le progrès humain et prétendent, avec une témérité et une audace vraiment sacrilèges, l'introduire dans la religion catholique, comme si cette religion n'était pas l'oeuvre de Dieu, mais l'oeuvre des hommes, une invention philosophique quelconque, susceptible de perfectionnements humains (14). Sur la révélation et le dogme, en particulier, la doctrine des modernistes n'offre rien de nouveau: nous la trouvons condamnée dans le Syllabus de Pie IX, où elle est énoncée en ces termes: La révélation divine est imparfaite, sujette par conséquent à un progrès continu et indéfini, en rapport avec le progrès de la raison humaine (15); plus solennellement encore, dans le Concile du Vatican. La doctrine de loi que Dieu a révélée n'a pas été proposée aux intelligences comme une intention philosophique qu'elles eussent à perfectionner, mais elle a été confiée comme un dépôt divin à l'Epouse de Jésus-Christ pour être par elle fidèlement gardée et infailliblement interprétée. C'est pourquoi aussi le sens des dogmes doit être retenu tel que notre Sainte Mère l'Eglise l'a une fois défini, et il ne faut jamais s'écarter de ce sens, sous le prétexte et le nom d'une plus profonde intelligence (16). Par là, et même en matière de foi, le développement de nos connaissances, loin d'être contrarié, est secondé au contraire et favorisé. C'est pourquoi le Concile du Vatican poursuit: Que l'intelligence, que la science, que la sagesse croisse et progresse, d'un mouvement vigoureux et intense, en chacun comme en tous, dans le fidèle comme dans toute l'Eglise, d'âge en âge, de siècle en siècle: mais seulement dans son genre, c'est-à-dire selon le même dogme, le même sens, la même acception (17).



De cet extrait de Pascendi Dominici les parties en italiques sont elles-mêmes extraites du Concile du Vatican (1870).

Je n'ai pas à défendre le discourse de Jolly John XXIII, mais c'est en fait que lui-même, dans ce même discours, a cité textuellement le même passage de Vatican I. (Voir analyse pas sans intérêt ici.)

Pour ce qui est des récentes conversions parmi le clergé anglican, permettez-moi de vous rappeler que les chiffres sont disponibles de tout temps : avant Vatican II chaque année voyait une foule de conversions de pasteurs. Depuis le concile le chiffre a baissé brutalement, sans jamais tarir totalement, mais n'atteignant de chiffres importants que lors de chaque nouvelle étape par laquelle l'Anglicanisme s'éloigne de toute apparence de fidélité à l'Évangile - "ordination" de femmes, tolérance du vice indicible etc.
http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=715408