Le Forum Catholique

http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=975634
images/icones/carnet.gif  ( 975634 )Quand un évêque espagnol convole avec la bénédiction de François par Candidus (2024-04-03 00:50:02) 

Il s'agit de Mgr Xavier Novell, ancien évêque de Solsona (source en espagnol). Il s'est laissé séduire par une sexologue autrice de romans sado-érotiques. Cet article de journal en catalan nous apprend qu'« une permission du pape a permis au couple de réaliser son rêve » de se marier à l'église.

images/icones/fleche2.gif  ( 975635 )Sa biografie par AVV-VVK (2024-04-03 01:55:30) 
[en réponse à 975634]

Wiki: https://fr.wikipedia.org/wiki/Xavier_Novell
images/icones/2a.gif  ( 975637 )Peut-être est-il le prototype... par vistemboir2 (2024-04-03 08:34:43) 
[en réponse à 975635]

d'évêques de l'Église synodale œcuménique bergoglienne : une Église sans dogme, sans morale, moderne quoi, et ouverte à "todos, todos", excepté aux catholiques traditionnels, cela va de soi...


images/icones/1x.gif  ( 975652 )Présentation tendancieuse par Gereo (2024-04-03 17:30:14) 
[en réponse à 975637]

qui donne l'impression que le pape s'assoit sur le droit canon dans son grand arbitraire miséricordieux. Il n'en est rien du tout. Par dispense du pape un clerc ramené à l'état laïc peut tout à fait se marier, y compris religieusement. Le seul problème ici vient que Madame n'a pas su tenir sa langue sur Am stram gram.

Can. 290 / CIC 1983
L’ordination sacrée, une fois validement reçue, n’est jamais annulée. Un clerc perd cependant l’état clérical :
1° par sentence judiciaire ou décret administratif qui déclare l’invalidité de l’ordination sacrée ;
2° par la peine de renvoi légitimement infligée ;
3° par rescrit du Siège Apostolique ; mais ce rescrit n’est concédé par le Siège Apostolique aux diacres que pour des raisons
graves et aux prêtres pour des raisons très graves.

Can. 291

En dehors des cas du c. 290.1°, la perte de l’état clérical ne comporte pas la dispense de l’obligation du célibat, qui n’est
concédée que par le seul Pontife Romain.

Pas de nouveauté "conciliaire" :

Can. 213 / CIC 1917

§1. Tous ceux qui ont été légitimement ramenés à l'état laïc ou y sont légitimement retournés, perdent par le fait même leurs offices, bénéfices, droits et privilèges cléricaux; il leur est interdit de porter l'habit ecclésiastique et la tonsure.
§2. Cependant le clerc des ordres majeurs est tenu d'observer le célibat, sauf dans le cas prévu par le can. 214

Can. 214

§1. Le clerc qui a reçu un ordre sacré sous la pression d'une crainte grave et qui ensuite, étant libéré de cette crainte, n'a pas montré, au moins tacitement par l'exercice de cet ordre, qu'il ratifiait librement l'ordre reçu, tout en se soumettant volontairement aux obligations cléricales, doit être ramené par une sentence judiciaire à l'état laïc. Cette décision requiert la preuve suffisante de la contrainte et du défaut de ratification. Elle comporte la cessation des obligations du célibat et de la récitation des heures canoniques.

§2. La contrainte subie par le clerc ainsi que le défaut de ratification doivent être prouvés, d'après les règles indiquées dans les can. 1993-1998.

Ces derniers canons ont été appliqués dans cette affaire :

Le Monde 05 septembre 1964

UN PRÊTRE " RÉDUIT À l'ÉTAT LAÏC " obtient de Rome l'autorisation de se marier

L'abbé M. W..., du diocèse de Versailles, ordonné le 25 mars 1944, âgé de quarante-quatre ans, successivement vicaire et curé dans diverses paroisses de Seine-et-Oise, a obtenu de Rome la dispense du célibat. Son mariage religieux a été célébré à l'évêché de Versailles, en présence de l'" official " du diocèse, qui a béni l'union et servait de témoin.

Au préalable, l'abbé M. W... avait été " réduit à l'état laïc ", conformément aux normes du droit canon. C'est-à-dire que, sans perdre son caractère indélébile de prêtre, tous ses pouvoirs sacerdotaux lui ont été retirés. D'autre part, le Saint-Office lui a imposé, comme il le fait en pareil cas, de prêter serment de ne révéler à personne ni sa qualité de prêtre ni son mariage religieux. En outre M. M. W... est interdit de séjour dans les paroisses où il a exercé un ministère et dans la localité de sa naissance.
Le cas de M. M. W... est assez exceptionnel. En effet, si le droit canon prévoit la réduction à l'état laïc de certains prêtres, il ne relève pas ceux-ci de l'obligation du célibat, sauf lorsque l'ordination a été conférée à un sujet en proie à une " crainte grave " (canon 214).
Toutefois, depuis quelques années, le Saint-Office prend en considération d'autres facteurs psychologiques. Il arrive en effet très souvent que des jeunes gens accèdent au sacerdoce avec une maturité psychosexuelle insuffisante, ce qui explique de nombreuses défections (par exemple l'abandon du ministère pour contracter un mariage civil qui rejette le coupable en dehors de l'Église).
Dans une lettre au cardinal Ottaviani en date du 15 juin, M. M. W... a informé celui-ci qu'il ne se considérait pas lié en conscience par le serment de silence imposé par le Saint-Office. " J'ai été placé, nous a-t-il déclaré, devant l'alternative suivante : refuser de prêter serment et perdre du même coup mon droit reconnu par l'Église à un mariage religieux, ou bien prêter serment pour obtenir justice. C'est un marchandage justifié dans l'esprit de l'Église par la nécessité de tenir les prêtres dans l'ignorance dune possibilité de recours qu'ils seraient tentés d'utiliser trop largement. Quant aux fidèles, n'est-ce pas les considérer comme des mineurs que de les supposer a priori incapables de supporter la vérité ?
" Devant la gravité et la fréquence de cas comparables au mien, je me suis senti le devoir de parler afin de contribuer, si modestement soit-il, à faire prendre davantage conscience à la hiérarchie de ses responsabilités et de ses devoirs de justice et de charité à l'égard des jeunes gens qui se destinent au sacerdoce comme à celui des prêtres en difficulté. "
Rappelons que le futur Paul VI, alors qu'il n'était encore qu'archevêque de Milan, avait formulé en 1960 le vœu que le concile étudie " la convenance ou l'opportunité de dispenser de l'obligation de célibat les prêtres réduits à l'état laïc " (1).
(1) Voir le Monde du 27 novembre


images/icones/carnet.gif  ( 975667 )Certes mais les évêques ? par Roger (2024-04-03 21:52:33) 
[en réponse à 975652]

Il me semble que (sauf le cas de Talleyrand et peut etre quelquesrares exemples) le retour à l'état laïc n'était jamais accordé aux évêques...
images/icones/fleche2.gif  ( 975668 )Je me suis fait l'objection par Gereo (2024-04-03 22:20:31) 
[en réponse à 975667]

mais le CIC parle de clerc de façon générique. Cependant de fait, et je vous rejoins, même chez les catholiques orientaux (et dans l'orthodoxie) le célibat est la règle pour celui qui a reçu la plénitude de l'ordre. On comprend mal dès lors comment un évêque, même "défroqué, pourrait être autorisé à se marier.
Les cas sont probablement rares, et le cas de Talleyrand, j'ai appris qqch :-) semble controversé. D'autres liseurs, plus érudits et avertis que moi, trancheront (ou pas) la question.
Sur le fond, cela reste un scandale, on est d'accord, mais il n'est pas imputable au pape, mais à cette dame intrigante (dans les 2 sens du terme).
J'ai fait traduire par curiosité son message, qui contraste avec le portrait qu'en brossait Ouest-France en 2021, mais Satan est capable de se déguiser en ange de lumière :


J'ai cru honnêtement, après tant de temps que vous avez été avec nous, ne pas vous cacher que Xavier et moi avons enfin pu nous marier dans l'Église, grâce à la miséricorde du Saint-Père qui lui a accordé la sécularisation. J'ai été impressionné par la grande qualité humaine et spirituelle du pape François. Le chemin a été long, mais nous avons pu régulariser notre situation canonique : nous marier comme nous le souhaitions et pouvoir à nouveau communier. Il reste évêque, mais sans pouvoir exercer le ministère.

Beaucoup auraient préféré cacher cette information, mais j'ai toujours pensé que si l'on est convaincu de ce que l'on fait et ressent, il faut miser sur le naturel, la normalité, la transparence, y aller de front, ne laisser aucune place à la spéculation, et marcher sous la lumière Je ne pense pas que les ténèbres méritent notre amour, ni l'Église. Je ne crois pas non plus que la dissimulation qui a accompagné la démission de mon mari il y a deux ans et demi ait été une réussite.

Pardonnez à tous ceux d’entre vous qui pensent qu’il aurait été préférable de garder cela secret, mais je ne peux pas continuer à agir comme je ne le pense ni ne le ressens.

Ceci dit, je ne peux rien faire d'autre que de montrer, une fois de plus, la beauté de l'amour.

Joyeux lundi de Pâques, jour pour renaître comme les fleurs, pour germer comme les arbres et pour ressusciter comme l'Homme.

images/icones/1i.gif  ( 975638 )c'est vraiment la totale ! par jejomau (2024-04-03 08:43:11) 
[en réponse à 975634]

- une sexologue
- du porno sadique
- un évêque (et non seulement un prêtre)

et une bénédiction de François !

Belle prise pour l'enfer ..
images/icones/1a.gif  ( 975639 )Un peu d' étymologie (convoler) par AVV-VVK (2024-04-03 10:27:21) 
[en réponse à 975634]

Ici
images/icones/3f.gif  ( 975640 )Le démon de midi, par Lenormand (2024-04-03 10:43:21) 
[en réponse à 975634]

tout est dit !
images/icones/1i.gif  ( 975641 )Et... par Gereo (2024-04-03 10:53:10) 
[en réponse à 975634]

Le CIC a prévu le cas de figure ?
images/icones/1d.gif  ( 975644 )Dilatant les entrailles de par ptk (2024-04-03 12:21:23) 
[en réponse à 975641]

[sa] charité paternelle SS Pie VII accepta de réduire Charles Maurice, évêque d'Autun, à l'état laïc, rendant ainsi possible qu'il épousât Catherine, d'Inde.
images/icones/fleche2.gif  ( 975645 )Sûr ? par Lycobates (2024-04-03 15:09:07) 
[en réponse à 975644]

Connaissez-vous cet article (en pdf)?

Revue des Deux Mondes

Qu'en pensez-vous ?

images/icones/1b.gif  ( 975646 )Jean Orieux retient cette version par ptk (2024-04-03 15:31:38) 
[en réponse à 975645]

et la protestation de Pie VII tend à l'accréditer :
Nous nous serions encore prêtés à satisfaire votre ministre dans son désir de prendre femme si les lois de l'Église ne s'y opposaient. Il n'existe pas, en dix-huit siècles, un seul exemple de dispense accordée à un évêque consacre pour qu'il se marie. Vous verrez, par les réponses en marge de la note que vous nous avez envoyée et que nous vous retournons, qu'il y a eu erreur de fait dans tous les précédents allégués. Votre sagesse vous prouvera que nous ne pouvions faire davantage que nous n'avons fait. La teneur du bref que nous lui adressons montrera à M. de Talleyrand combien ont pesé auprès de nous et l'intérêt que vous lui portez et les services qu'il a rendus pour le rétablissement de la religion en France.

Cependant, l'arrêté des consuls du 2 fructidor, signifié par le Premier consul lui-même au citoyen Abrial, ministre de la Justice, et inséré au Bulletin des lois dispose :

Les consuls de la République, vu le bref du pape Pie VII donné à Saint-Pierre de Rome le 29 juin — sur le rapport du conseiller d'État chargé de toutes les affaires concernant les cultes : — le Conseil d'État entendu,

Arrêtent :

Le bref du pape Pie VII, donné à Saint-Pierre de Rome le 29 juin 1802, par lequel le citoyen Charles-Maurice Talleyrand, ministre des Relations extérieures, est rendu à la vie séculière et laïque, aura son plein et entier effet.

Un prêtre enfin s'est prêté à recevoir le serment de mariage de l'évêque apostat.
images/icones/1q.gif  ( 975698 )Double scandale, en fait par Dysmas (2024-04-04 22:45:23) 
[en réponse à 975634]

Ce n'est pas le seul scandale.

Il se trouve que c'est cet évêque qui a "fait accélérer" la procédure en constat de nullité du précédent mariage de la dame.

Le mari a donc porté plainte en expliquant que ledit évêque avait en fait détruit son mariage, en étant en quelque sorte "juge et partie".

Source