Le Forum Catholique

http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=948116
images/icones/mitre4.png  ( 948116 )Visite apostolique concernant l'Archidiocése de Strasbourg annoncé ce midi par Ludovicus (2022-06-23 14:08:38) 

Jeudi 23 juin 2022
Solennité de la naissance de saint Jean-Baptiste
Suite à des informations parvenues au Saint-Siège et relatives au gouvernement pastoral de !’Archidiocèse de Strasbourg, le Saint-Père, après avoir entendu le Dicastère pour les Évêques, a ordonné une Visite Apostolique de l’Archidiocèse.

La charge de Visiteur a été confiée à !’Évêque de Pontoise, S.Exc. Mgr Stanislas Lalanne, qui sera assisté de S.Exc. Mgr Joël Mercier, Secrétaire émérite du Dicastère pour le Clergé.

La Visite Apostolique se déroulera à partir du 27 juin 2022.

Cette décision pontificale est l’expression de la sollicitude du Pape François à l’égard de l’Église particulière de Strasbourg et vise à aider celle-ci à remplir sa mission de témoin du Seigneur Ressuscité.

Communiqué de l'un des vicaires général :
Aux prêtres, aux diacres,
Aux coopérateurs de la pastorale
et au personnel de l'Archevêché
A midi, aujourd’hui, le site diocésain a rendu public le communiqué de la Nonciature Apostolique annonçant la décision du Saint-Père de diligenter une visite apostolique dans notre diocèse.

A cette heure, je nous invite tous à la prière pour le diocèse : qu’à l’intercession de l’évêque saint Arbogast, bon pasteur et messager de l’Évangile, Le Seigneur accorde à son Église qui est en Alsace le don de la joie spirituelle, et qu’il guide l'esprit de tous les croyants dans la voie du salut et de la paix.

Chanoine Jean-Luc LIÉNARD
Vicaire général
images/icones/2a.gif  ( 948118 )"A la différence par Gereo (2022-06-23 14:26:24) 
[en réponse à 948116]

d’une visite canonique, que l’on pourrait qualifier d’ordinaire, la visite apostolique intervient dans un cadre extraordinaire, pour des problèmes de gouvernance, d’abus ou autres."

https://www.famillechretienne.fr/38569/article/le-vatican-ordonne-une-visite-apostolique-du-diocese-de-strasbourg

Après Fréjus-Toulon, on dirait que le ménage se poursuit.
images/icones/2a.gif  ( 948123 )peut-être par jejomau (2022-06-23 15:58:19) 
[en réponse à 948118]

que la quête n'a pas été suffisante pour pouvoir financer la grande mosquée de Strasbourg ?
images/icones/1n.gif  ( 948125 )Quel rapport ? par Gereo (2022-06-23 16:05:22) 
[en réponse à 948123]

La Grande Mosquée de Strasbourg a été inaugurée en 2012, Mgr Ravel est archevêque de Strasbourg depuis 2017
images/icones/1d.gif  ( 948130 )ou peut-être... par vistemboir2 (2022-06-23 17:59:36) 
[en réponse à 948123]

qu'à Strasbourg, on ne veut pas vénérer Pachamama...
images/icones/neutre.gif  ( 948132 )Vous oubliez "qui suis-je pour juger" !!!!!!!!!!!! par Fenestri (2022-06-23 18:24:31) 
[en réponse à 948130]

Vous et jejomau me décevez...
images/icones/2a.gif  ( 948142 )Ah oui par jejomau (2022-06-23 20:35:25) 
[en réponse à 948132]

Mais me concernant j'ai déjà jugé Franç
images/icones/1i.gif  ( 948148 )Ah bon ?... par vistemboir2 (2022-06-23 21:43:52) 
[en réponse à 948132]

J'ai la faiblesse de penser qu'on peut être bon caholique sans avoir à vénérer Pachamama, n'en déplaise au Saint-Père, qui n'a pas démontré la sainteté de cette dévotion, ni sa sollicitude paternelle à notre égard avec Taditionis Custodes...
images/icones/5b.gif  ( 948149 )Lire "Traditionis...", bien sûr ! par vistemboir2 (2022-06-23 21:53:05) 
[en réponse à 948148]

Lapsus calami dont vous voudrez bien me pardonner...
images/icones/1y.gif  ( 948151 )Le ménage ou la terreur ? par Jean-Paul PARFU (2022-06-23 22:37:49) 
[en réponse à 948118]

Vous continuez à m'étonner Gereo.
images/icones/tao.gif  ( 948154 )La sitution semble différente par Gereo (2022-06-23 22:58:04) 
[en réponse à 948151]

Si j'en croix La Croix (euphonie)


Le diocèse de Strasbourg, comme celui de Metz, n’est pas soumis à la loi de 1905 séparant les Églises et l’État. Il relève du concordat de 1801, selon lequel les ministres des cultes catholique, luthérien, réformé et juif sont rémunérés sur fonds publics.

Dans ce contexte, l’homélie de la messe chrismale 2017, prononcée quelques semaines après son arrivée, dans laquelle Mgr Ravel évoquait « un malaise chez les prêtres », et leur déclarait qu’ils ne pouvaient « pas être (de) bon(s) pasteur(s) sans un amour passionné pour le Christ » a été perçue comme « insupportable » : « Il faisait la leçon à son presbyterium, alors que ça ne faisait pas six semaines qu’il était arrivé », souligne l’un d’eux.



A Fréjus-Toulon, vu le bronx, il fallait taper du poing sur la table. En Alsace, ce n'est peut-être pas la tête qui est visée. On verra.
images/icones/1y.gif  ( 948161 )Ce qui m'étonne par Jean-Paul PARFU (2022-06-23 23:54:55) 
[en réponse à 948154]

C'est que vous sembliez prendre au sérieux ces mesures.
images/icones/neutre.gif  ( 948162 )Je ne connais pas la situation à Strasbourg par Gereo (2022-06-24 00:16:22) 
[en réponse à 948161]

mais effectivement je prends très au sérieux les mesures concernant le diocèse de Mgr Rey. J'ai eu largement l'occasion de l'expliquer ici même. Je souscris totalement à ce qu'écrit par exemple Yves Hamant sur FB


EXPLICATION DE LA DECISION ROMAINE CONCERNANT LE DIOCESE DE FREJUS-TOULON

Après que l’évêque de Fréjus-Toulon a annoncé qu’à la demande de Rome, il suspendait les ordinations auxquelles il devait procéder à la fin du mois, un certain nombre d’observateurs ont aussitôt lié cette décision à la proximité de Mgr Rey avec le milieu traditionaliste. Je suis convaincu que c’est une fausse piste.
Cela a pu jouer, peut-être comme un élément déclencheur dans un dossier qui gonfle depuis des années, mais de manière seconde. Les vraies raisons sont à chercher ailleurs : dans le manque de discernement de l’évêque dans le gouvernement de son diocèse, ainsi que dans l’accueil de séminaristes et de toutes sortes de communautés venues de l’extérieur. Cela ressort très clairement des deux enquêtes approfondies publiées par « La Vie » et « La Croix », qui fournissent des exemples précis.
Mais cela ressort également des articles publiés par Jean-Marie Guénois, l’observateur religieux du « Figaro », qui doit bien l’admettre tout en prononçant un plaidoyer vigoureux pour l’évêque et en insinuant que celui-ci serait victime d’une cabale locale.

Voici ce que l’on peut lire sous sa plume.
JMG (dans le Figaro du 2 juin) - Mais la cohésion de l’ensemble et sa gestion posent de sérieuses questions. Avec parfois de graves sorties de route par manque de discernement. Il y en eut plusieurs, encore récemment, toutes documentées et indéfendables.
JMG (dans le Figaro du 14 juin) – A Fréjus-Toulon, cependant, le dossier couve depuis longtemps. Deux visites apostoliques ont été confiées l’an passé à deux évêques français: l’une touchait le séminaire avec Mgr Sylvain Bataille, évêque de Saint-Étienne ; l’autre, commandée par Rome, concernait le diocèse avec Mgr Jean-Marc Aveline, archevêque de Marseille, et désormais cardinal. Elles suivaient une lettre que le cardinal Marc Ouellet, canadien et préfet de la Congrégation des évêques, avait adressée à Mgr Rey avec "douze points" de vigilance et de réformes qu’il devait mettre en œuvre.
Une source romaine parfaitement informée du dossier explique:
« Mgr Rey est respecté pour son action missionnaire inlassable, mais il a la réputation de ne pas toujours tenir compte des remarques qui lui sont faites. La décision de suspendre les ordinations n’est pas un coup de tête ; elle vient après des années de discussions non suffisamment suivies d’effets. Un point sensible: il est aujourd’hui de règle dans l’Église de ne pas accueillir et ordonner des séminaristes rejetés d’un autre diocèse ou d’un institut. Or Toulon accueille largement des candidats au sacerdoce sans tenir compte des réserves des évêques ou supérieurs religieux qui ne les ont pas admis à poursuivre vers le sacerdoce. Du coup, c’est le discernement et la gouvernance de l’évêque qui sont mis en cause à Rome, et non les questions tradi.»
JMG (dans le Figaro du 14 juin) - Mais un proche de Mgr Rey, qui le connaît depuis très longtemps, ajoute:
«Il n’est pas traditionaliste. Il a même dû apprendre à célébrer en latin! Il est resté profondément charismatique. Il accueille et considère que l’Esprit saint confirmera ou non le charisme de celui qui arrive. Il ouvre donc, il soutient, il lance et fait confiance, mais il ne suit pas suffisamment les dossiers. Il est parfois trahi dans sa confiance. Tout ceci lui vaut aujourd’hui des ennuis.»
Les informations recueillies par Pierre Jova pour « La Vie », Mikael Corre et Loup Besmond de Senneville pour « La Croix » vont dans le même sens.
Le journaliste du « Figaro » fait également allusion à un volet financier et un volet « abus sexuels » sur lequel tout le monde jette pudiquement le voile.
Il se trouve que, dans le cadre de l’affaire « Points-Cœur », j’ai été personnellement témoin de ce manque de discernement, du fait qu’il n’écoutait pas les mises en garde, qu’il n’assurait pas un véritable suivi des communautés accueillies et qu’il avait une manière très spécifique de commenter les décisions romaines auprès des personnes concernées. Tout cela, je l’ai parfaitement documenté et renseigné, mais l’Eglise n’a pas besoin de moi : elle dispose de trois rapports d’enquête sur Points-Cœur et des minutes de deux procès canoniques sans compter les examens de divers recours.
Tout récemment, j’ai été interpelé par le fait que Mgr Rey participe à une séance de guérisons à distance à la télévision avec prononciation de prières qui avaient clairement la forme d’exorcismes contrairement aux textes explicites du magistère.
Tous les contacts de Mgr Rey avec des communautés latino-américaines, ses voyages constants au Brésil, son « baptême dans l’Esprit » montrent qu’il est porté par une inspiration néo-pentecôtiste. C’est peut-être très bien, mais il faut voir toutes les vies brisées, moralement, psychologiquement, spirituellement, laissées sur le bord de la route par ses initiatives désordonnées et incontrôlées. Cela relève de la responsabilité de l’Eglise universelle, d’autant plus que l’évêque ordonne et reconnaît des communautés à l’extérieur de son diocèse. Ce qui m’effare, c’est que les « tradis » ne s’en rendent pas compte et que d’honorables philosophes et théologiens, dont certains se réclamant de Maritain, viennent à sa rescousse au nom de la sainte doctrine. Le « paysan de la Garonne » doit se retourner dans sa tombe. Le « tradismatisme » me paraît un objet théologique tout à fait problématique…

images/icones/1r.gif  ( 948119 )Cela fait beaucoup d'Excellences...quel langage suranné par JVJ (2022-06-23 14:32:03) 
[en réponse à 948116]

dirait le pape...
et même moi.

La prose ecclésiastique du chancelier est vraiment de celle qui est sur des rails, avec tout le sucre qu'il faut.

Souvent je lis "l'archidiocèse de X". Le "diocèse" est bien suffisant.
Des historiens du dimanche donnent du "Mgr" à des évêques médiévaux.

Comment se fait-il que le diocèse qui a vu son évêque prendre trois mois de vacances (euh... de réflexion) l'an dernier et dut recevoir un administrateur apostolique, n'a pas fait l'objet d'une telle visite ? Le vicaire général (un doux transparent) a pris aussi plusieurs mois de champ pour se reposer, en quittant sa fonction.
Puisque ce genre d'inspection semble se multiplier...

Quand on est fatigué à ce point, on rend sa blouse. Comme si l'été, les âmes prenaient des vacances, comme un évêque fatigué...

Et pourquoi ne jamais inspecter les séminaires interdiocésains qui ne recrutent plus, pour juger du niveau et de la doctrine (concept élastique, j'en conviens) des professeurs et des dames qui y grenouillent ?
Les séminaires ne servent plus que de tremplin épiscopal pour leurs supérieurs...

Les Saint-Martin ont manifestement anticipé leur inspection en la demandant. Je les admire beaucoup, sauf dans leur refus d'appliquer le motu proprio de Benoît XVI...

Les Scouts d'Europe peuvent aussi s'inquiéter, et leurs conseillers religieux. Les scouts de France peuvent dormir sur leurs oreilles, car jamais Rome ne demandera ce qu'on y fabrique de catholique chez eux...

Pas plus tard qu'hier, une personne de ma connaissance échangea avec un évêque. Ce dernier, pas plus méchant qu'un autre et du genre paternel au bon sens du terme, était tout content de dire qu'il y avait la parité dans son (ses ?) conseil. L'interlocuteur lui demanda du tac au tac : quel genre de parité ? L'évêque n'a pas compris le billard à douze bandes. Et l'évêque de dire, pour se faire bien voir, qu'il ne pouvait prendre telle décision sans l'avis de tel conseil. Il ne pouvait même pas se mouiller. Mon interlocuteur était cloué, car il se fait encore une idée de l'épiscopat (j'en suis revenu de longue date...).
Pour saquer un prêtre conservateur, l'évêque sait prendre des décisions. Je crois que l'invocation du conseil préalable est aussi une manière dilatoire, pour reporter une réponse ou entretenir le flou. Je peux me tromper.
Bref, on avait un évêque qui s'excusait presque de l'être et qui pensait faire moderne et franciscain en soulignant la composition paritaire (des sexes) dans son ou ses conseils. Qu'on ne me sorte plus la blague de successeur des Apôtres. J'ai déjà beaucoup de mal avec l'évêque, liturge par excellence dans son diocèse. Liturge ! Pour Ratzinger-Benoît XVI, et quelques-uns, le malheur vient de ce que l'on a fait de la liturgie. Pour les synodaux de France, la messe est une option, a besoin de femmes (elles sont là pourtant !) et de danses pour les enfants, de s'inspirer des protestants (pas des amateurs de Bach...).




images/icones/fleche2.gif  ( 948120 )Exceptionnellement la solennité par AVV-VVK (2022-06-23 14:41:56) 
[en réponse à 948116]

est avancée d'un jour cette année.
images/icones/c_nul.gif  ( 948133 )Non par Alexandre (2022-06-23 18:30:28) 
[en réponse à 948120]

Dans le calendrier liturgique des Diocèses d'Ile de France et dans celui du Diocèse aux Armées, elle est reportée au samedi 25, conformément aux Normes Universelles pour l'Année Liturgique, n° 60.

Dans le calendrier suivant le Code des Rubriques de 1960 (qui gouverne les livres dits de 1962), c'est aussi le 25.
images/icones/bravo.gif  ( 948141 )Vous avez raison par AVV-VVK (2022-06-23 20:29:06) 
[en réponse à 948133]

NATIVITÉ DE SAINT JEAN-BAPTISTE SAMEDI 25 JUIN
Source : Eglise Catholique à Paris
Je savais que j' étais en train de généraliser, m' appuyant sur AELF et le calendrier dans mon diocèse.
Le 25 serait-il plus logique que le 23 ?
images/icones/livre.gif  ( 948143 )Oui par Ion (2022-06-23 20:44:24) 
[en réponse à 948141]

Afin cette année de pouvoir ainsi célébrer la mémoire du Cœur Immaculé de Marie le samedi 25, la fête de St Jean-Baptiste est avancée au 23, conformément à ce que demande la Congrégation pour le Culte Divin. C'est vrai que du coup, il y a divergence avec l'Ordo imprimé pour l'Ile de France, et donc pour Paris.

Ion
images/icones/hein.gif  ( 948145 )Source par Alexandre (2022-06-23 21:13:13) 
[en réponse à 948143]


conformément à ce que demande la Congrégation pour le Culte Divin


Où donc avez-vous vu cela ? Ce genre de décision doit avoir la plus grande publicité possible et non faire l'objet d'un entrefilet dans L'Osservatore Romano, par exemple...
images/icones/2e.gif  ( 948127 )Extraits éloquents de la synthèse diocésaine : même l'Alsace s'y met ! par JVJ (2022-06-23 17:32:16) 
[en réponse à 948116]

"La question de la célébration des rites a fait l’objet de très nombreuses réflexions.
Pour certains, la célébration de la messe ne suffi plus à nourrir la vie de prière. Ils interrogent également le langage liturgique et les gestes de la messe pour les rendre plus accessibles à de nombreux baptisés. Dans certaines remontées, la messe est jugée, comme « longue et ennuyeuse ». Souvent, il est fait état de célébrations sans
joie, sans ferveur véritable d’où l’on ressort avec le sentiment de ne pas avoir reçu la nourriture spirituelle désirée, avec des homélies moralisatrices et verbeuses qui ne font pas entrer dans le mystère célébré et qui ne touchent pas le cœur. L’attente est grande
de la part des fidèles, c’est un défi à relever ! On relève à ce sujet la soif spirituelle et le souhait de bénéficier d’enseignements et de partages de qualité.
Pour répondre à cette situation, deux tendances se distinguent. Pour les uns, il faudrait inventer de nouvelles formes de célébrations utilisant un langage plus actuel.
Certains suggèrent que la messe soit préparée en petits groupes où la créativité puisse s’exprimer. Pour les autres, il conviendrait de mettre en œuvre une véritable catéchèse pour les jeunes et les adultes qui permette à chacun d’entrer dans le mystère et de
participer activement au rite célébré."

Et tenez-vous bien ! Le noyautage a bien marché. L'archevêque peut être content ! Comment peut-on avoir été formé chez les très conservateurs chanoines de St-Victor pour aboutir à cela ?! Et ces groupuscules parlent pour 1500 ans de christianisation en Alsace !

"L’accès au sacerdoce presbytéral des hommes mariés est plébiscité et le célibat, comme condition pour vivre un ministère presbytéral, demeure souvent incompris.
Parallèlement, la question de l’ordination diaconale ou presbytérale de femmes est souvent posée. "

Les historiens de 2200 auront raison de se méfier de ces torchons. Cela ne représente nullement ce que pensaient tous les croyants du diocèse. D'où, la nécessité, quand on veut travailler en historien, d'être en mesure de critiquer les sources et de savoir les lire.

La visite apostolique n'est pas faite pour amender les passages précédents, pour expliquer aux prêtres qu'ils ont failli dans la doctrine enseignée...
Ces gens ne sont plus catholiques, de tout évidence. Je ne dirais même pas qu'ils sont réformés ou évangéliques. Ils sont syncrétistes, bordéliques, au gré du vent et de leurs humeurs.

L'islam n'est cité que deux fois, alors qu'il est partout dans les grandes villes ! Uniquement pour dire qu'ils ont besoin de le connaître et de dialoguer ! Un mouton aussi aimerait parfois dialoguer.

La place des femmes revient partout. Et les non-genrés ? Depuis quand les femmes sont-elles exclues ?! Ce sont les vieilles dames de 70 ans qui le demandent, car elles ont des problèmes de vue, manifestement. La conférence de presse ou le rendu (syn. vomi) diocésain a bien pris soin de mettre deux femmes et deux mâles sur le site diocésain. Je connais des femmes par dizaine, jeunes, charmantes et très diplômées, pratiquantes, qui ne versent pas du tout dans ces revendications de féministes des années 70. Et comme je le parie, le clergé va tomber dans le panneau. Quelle image des derniers prêtres diocésains ces synodes font-ils ?!! Des dictateurs fermés misogynes. Les pauvres. Et je n'ai encore pas vu des attaques frontales sur les évêques.

synthèse
images/icones/1w.gif  ( 948139 )Il n'y a peut-être pas de rapport ... par Paterculus (2022-06-23 19:32:12) 
[en réponse à 948116]

... avec la prise de position du citoyen Luc Ravel.

En tout cas dans un diocèse concordataire c'est plus délicat.

Votre dévoué Paterculus
images/icones/neutre.gif  ( 948146 )Le diocèse de Strasbourg dans l’œil du Saint-Siège par Ludovicus (2022-06-23 21:14:42) 
[en réponse à 948139]

Article de presse du journal l'Alsace de ce soir :

Religion Le diocèse de Strasbourg dans l’œil du Saint-Siège

Le Vatican va dépêcher une « visite apostolique » du diocèse à partir du lundi 27 juin. La gouvernance de l’archevêque de Strasbourg, Mgr  Ravel, serait en cause.


C’est une procédure exceptionnelle déclenchée par le Vatican : une inspection, diligentée par le pape François en personne, du diocèse de Strasbourg. « C’est l’évêque qui nous l’a appris ce matin en conseil épiscopal », rapporte le père Franck Guichard, vicaire épiscopal. « Il est question de gouvernance. Nous sommes extrêmement surpris… Surpris est un euphémisme. J’ai failli tomber de la chaise. »

Une « visite apostolique dès lundi prochain »
Cette « visite apostolique », qui débutera lundi prochain mais qui pourrait prendre des mois, se fera sous l’égide de l’évêque de Pontoise, Mgr Lalanne. Un deuxième séisme dans le clergé français en moins d’un mois : début juin, le diocèse de Fréjus-Toulon s’était vu interdire par le pape d’ordonner des prêtres – une mesure également exceptionnelle.

Quels sont ces problèmes de « gouvernance » qui valent l’inspection de l’Église catholique d’Alsace ? Contacté, le diocèse de Strasbourg se réfugie derrière son communiqué. « On ne sait pas vraiment, nous l’avons appris en même temps que la presse. Et Mgr Lalanne est tenu au droit de réserve », explique de son côté Bénédicte Fonfroide de Lafon, directrice de communication au diocèse de Pontoise.

Le caractère autoritaire de l’archevêque de Strasbourg, Mgr Luc Ravel, est souvent mis en cause, tout comme une certaine « maladresse » dans les relations humaines. « Parfois ; le wifi ne passe pas », soupire un laïc. Certains prêtres et laïcs s’étaient agacés de l’installation de communautés traditionalistes dans le diocèse peu après l’arrivée de Luc Ravel, contre l’avis de paroissiens concernés.

Parmi d’autres affaires, celle de l’« économe diocésain » Jacques Bourrier, brusquement mis à pied par l’archevêque, et ce six semaines avant la fin de son mandat. Considérant qu’il s’agit d’une « sanction disciplinaire lourde sans motivation », M. Bourrier entend contester devant la justice la décision de Mgr Ravel.

Surtout, la fuite dans la presse d’une éventuelle cession du Mont Sainte-Odile, sanctuaire chéri des Alsaciens, aurait mis l’archevêque « dans une rage folle », confie un connaisseur du dossier. Selon nos informations, l’évêque aurait enclenché une plainte canonique contre les responsables de la fuite, qui émanait de documents de travail du chapitre de la cathédrale.

La visite apostolique suppose en tout cas que suffisamment de plaintes sont parvenues à Rome pour déclencher cette procédure extraordinaire. Paradoxe : Mgr Ravel était un des évêques de France qui avaient géré le plus vigoureusement le scandale des abus sexuels dans l’Église.
images/icones/1e.gif  ( 948205 )Communion ecclésiale dans le diocèse ... par Meneau (2022-06-24 19:59:52) 
[en réponse à 948116]

On nous rebat les oreilles, comme quoi la concélébration avec son évêque lors de la messe chrismale serait un signe absolument indispensable de communion ecclésiale.

J'apprends (par RC) que "Lors de la semaine sainte 2022, l’évêque était absent de la messe chrismale car il avait choisi d’honorer de sa présence le candidat Macron dans la capitale alsacienne"

Du coup on fait comment pour manifester sa communion ? Est-ce que tous les prêtres du diocèse doivent participer aux meetings politiques de Macron ?

Cordialement
Meneau
images/icones/neutre.gif  ( 948209 )Covid ! par Ludovicus (2022-06-24 21:17:36) 
[en réponse à 948205]

Eee... l'archevêque était positif au covid et avait délégué la messe chrismale à son 1er auxiliaire monseigneur Kratz!
images/icones/neutre.gif  ( 948210 )Oh ! Mea culpa alors par Meneau (2022-06-24 21:51:33) 
[en réponse à 948209]

RC était donc mal renseigné.

Cordialement
Meneau
images/icones/1i.gif  ( 948213 )Vous devriez être vacciné pourtant… par XA (2022-06-24 22:42:19) 
[en réponse à 948210]

On en a suffisamment fait les frais ces derniers mois.

CA
images/icones/neutre.gif  ( 948457 )Riposte Catholique ne s'embarrasse pas de vérité ... par Meneau (2022-06-28 11:58:39) 
[en réponse à 948209]

Suite à votre réaction, j'ai écrit à la rédaction de RC il y a quelques jours via le formulaire ad hoc.

Mais ils ne semblent pas pressés de corriger ou publier un rectificatif. Pour l'instant on peut toujours y lire :


Lors de la semaine sainte 2022, l’évêque était absent de la messe chrismale car il avait choisi d’honorer de sa présence le candidat Macron dans la capitale alsacienne.

Cléricalisme et mondanité, des critères explosifs…



Cordialement
Meneau
images/icones/neutre.gif  ( 948648 )Riposte Catholique a enfin précisé par Meneau (2022-07-01 01:00:02) 
[en réponse à 948457]

L'information initiale venait du Figaro (JM Guénois)

Mgr Ravel a encore donnée une conférence à ses prêtres le 12 Avril et a ensuite disparu pour la Messe chrismale

Voir Riposte Catholique/archives/168786

L'hypothèse du COVID prend donc du plomb dans l'aile. D'où teniez-vous cette "information" Ludovicus ?

Cordialement
Meneau