La "crise" date de 1962-1963, et non de 2012-2013.

Le Forum Catholique

Imprimer le Fil Complet

Scrutator Sapientiæ -  2021-05-09 10:15:39

La "crise" date de 1962-1963, et non de 2012-2013.

Bonjour Chicoutimi,

L'auteur du texte cité laisse entendre que Benoît XVI a démissionné d'une manière insincère ou, en tout cas, tacticienne, notamment pour que les catholiques voient "enfin" ce que cela donne, quand les adversaires du christianisme catholique, en ce qu'il a de plus porteur d'orthodoxie, de réalisme, de fidélité doctrinale, de fécondité spirituelle, et aussi de vigilance et de résistance face aux erreurs et face à l'esprit du monde, ont "enfin" les clefs du camion et agissent "enfin" à leur guise pour démanteler bien des éléments, voire pour dénaturer l'ensemble du christianisme catholique.

Mais cet auteur semble oublier que c'est depuis l'année 1962-1963, et non depuis l'année 2012-2013, que ces adversaires du christianisme catholique, en ce qu'il a de plus porteur d'orthodoxie, de réalisme, de fidélité doctrinale, de fécondité spirituelle, et aussi de vigilance et de résistance face aux erreurs et face à l'esprit du monde, ont les clefs du camion et agissent à leur guise pour démanteler bien des éléments, voire pour dénaturer l'ensemble du christianisme catholique.

Le même auteur devrait plutôt se poser cette question : quel degré d'adhésion à l'esprit du Concile, présent chez Karol Wojtyla et chez Joseph Ratzinger, est à l'origine du fait que Jean-Paul II et son principal collaborateur, au sortir du lavage de cerveau des années 1960-1970,

- ont refusé ou n'ont pas voulu commencer à RESTAURER le christianisme catholique, en tant que non "anti-tridentiniste", dès la fin des années 1970 ou le début des années 1980,

et

- ont même voulu aller encore plus loin que Jean XXIII et Paul VI, sur la route de la "détridentinisation" du regard et du discours de l'Eglise catholique, sur et vers les confessions chrétiennes non catholiques et les religions non chrétiennes,

alors que les années 1960-1970 ont été une période d'auto-dépassement et d'auto-destitution du christianisme catholique, dans de nombreux domaines, et alors que la logique qui a présidé à cette période a été globalement acceptée, sinon totalement approuvée, par Paul VI ?

Le futur Benoît XVI et son "supérieur hiérarchique de proximité" ont fait quoi, concrètement, entre le début des années 1980 et le milieu des années 2000, pour empêcher le plus possible les conceptions qui sont aujourd'hui celles du pape François de continuer à se déployer dans l'Eglise, alors que le déploiement de ces conceptions a été rendu possible, dès le début des années 1960, et non dès celui des années 2010, par un Concile Vatican II que Jean-Paul II et Benoît XVI ont toujours apprécié ?


Un jour, peut-être, certains comprendront que le positionnement conciliaire qui se veut seulement rénovateur a toujours beaucoup du mal, et aura probablement toujours bien du mal, à s'en prendre au positionnement conciliaire qui se veut carrément transformateur, non en dépit, mais en raisons de ses propres fondements ou de son propre contenu.

Tout ceci découle notamment de l'approfondissement et de l'élargissement d'une conception dévoyée de "l'u-n-i-t-é" dans l'Eglise catholique :

- l'unité, dans l'Eglise, ce devrait être l'unité dans la préservation et la propagation de la foi catholique, notamment en ce qu'elle a de propice à la lucidité et à la ténacité ad extra,

or,

- depuis le début des années 1960 et du Concile Vatican II, l'unité, dans l'Eglise, est devenue une unité dans l'approbation de la conception dominante du dialogue ad extra et du renouveau ad intra.

Le pape François est un aggravateur de la situation, mais c'est aussi un continuateur de ses prédécesseurs.

Quand aurons-nous droit à une interprétation de la démission de Benoît XVI d'après laquelle le successeur de Jean-Paul II a démissionné pour que les catholiques puissent enfin voir, grâce à François, ce que cela donne, quand un pape, "pour la première fois", souscrit et incite à souscrire à l'esprit d'Assise ?

Bon dimanche.

Scrutator.
http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=917011