Qui a "préparé les esprits en interne" à un futur ralliement ?

Le Forum Catholique

Imprimer le Fil Complet

Scrutator Sapientiæ -  2017-06-02 06:18:59

Qui a "préparé les esprits en interne" à un futur ralliement ?

Bonjour Jean Kinzler,

Voici la question que je me pose, depuis déjà plusieurs années : depuis le début des années 2000, qui a commencé puis continué, depuis l'intérieur de la FSSPX, à "préparer les esprits en interne", en amont et en vue d'un futur ralliement à "Rome" ?

Qui a commencé puis continué à faire savoir et à faire comprendre que la crise que le catholicisme contemporain administre à lui-même a commencé dès 1945, non seulement pour des raisons endogènes qui ne doivent pas tout à la théologie néo-moderniste et à la pastorale néo-progressiste qui ont annoncé, inspiré, précédé, préparé, une partie du Concile Vatican II, mais aussi pour des raisons exogènes liées aux diverses mutations que l'Europe et la France ont commencé à subir, dans de nombreux domaines, à partir de 1945 ?

(Je ne suis pas en train de réussir à excuser, je suis en train d'essayer d'expliquer...)

Qui a commencé puis continué à faire savoir et à faire comprendre qu'il n'y a pas que du mauvais dans le Magistère conciliaire, au sens strict, ainsi que dans le Magistère pontifical post-conciliaire ?

Qui a commencé puis continué à faire savoir et à faire comprendre que l'on ne reviendra pas en arrière, c'est-à-dire à l'Eglise catholique d'avant Vatican II, mais que l'on reviendra, dans le meilleur des cas, à l'essentiel, dont nul n'est propriétaire à titre exclusif ?

Enfin, sur un plan plus théologique, qui a commencé puis continué à cheminer en compagnie ou en direction de théologiens catholiques thomistes ou, en tout cas, "thomasiens", qui ne sont pas "traditionalistes" ?

(Je pense ici, à raison ou à tort, aux théologiens dominicains de Fribourg et de Toulouse...)

Je ne dis pas que cette "préparation de esprits en interne" n'est pas difficile, mais je ne dis pas non plus qu'elle n'est pas nécessaire, si l'on veut aller jusqu'au bout du processus sans que ce mouvement ressemble trop à une espèce de "grand écart" entre l'entrée en vigueur d'une logique d'incorporation en plénitude, au sein de l'Eglise catholique, et le maintien en vigueur d'une logique d'intransigeance intégrale, vis-à-vis de "Rome", au sens large.

Je vous remercie pour votre compréhension et vous souhaite une bonne journée.

Scrutator.
http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=828709