Soutenez le Bon Pelican !
[ Me connecter ]
Messages récents | Retour à la liste des messages | Rechercher
Afficher la discussion

Les miracles reconnus pour 5 canonisations récentes
par Chicoutimi 2021-02-21 08:21:22
Imprimer Imprimer

Il y a des figures de sainteté parmi les récentes canonisations que l'on peut apprécier, non seulement en raison de la vie vertueuse des saints qui sont déclarés tels par l'Église, mais aussi par la puissance de leur intercession. Les miracles reconnus pour les 5 canonisations suivantes sont ici résumés en tant qu'information, pour ceux que cela intéresse.

1- Saints Louis et Zélie Martin (canonisés par le Pape François le 18 octobre 2015)


Béatification: Miracle à Milan. ''Le miracle a été obtenu en faveur d’un nouveau-né, Pietro Schilirò. Il était né avec de graves problèmes respiratoires le 25 mai 2002, et resta entre la vie et la mort durant 40 jours à l’hôpital Saint Gérard de Monza. Dès le début, sa situation sembla très compromise. (…) Ainsi, le 13 juin, en présence de nombreux amis, après avoir récité le chapelet, les Schilirò commencèrent une seconde neuvaine, confiants dans l’intercession des parents Martin. Des médecins et des infirmières ont participé aussi à cette prière. Et c’est justement une infirmière, qui, le 29 juin, annonça l’amélioration imprévue du nouveau-né. Pietro n’avait plus besoin d’oxygène à 100%. En l’espace de quelques jours il a pu respirer par lui-même, et le 27 juillet il était rendu à ses parents, en parfaite santé.''

Canonisation: Miracle à Valence. ''Carmen naît le 15 octobre 2008, après 28 semaines d’une grossesse très difficile. « Préparez-vous au pire » annonce la sage-femme. Les complications, fréquentes chez un grand prématuré, se multiplient : détresse respiratoire, cardiaque, double septicémie, hémorragie cérébrale au stade le plus avancé, etc. (…) Fin novembre, le cas semble désespéré. (…) Le 23 novembre, la Prieure du Carmel remet aux parents la prière à Louis et Zélie en espagnol. (…) Dès le lendemain a lieu un changement d’Hôpital providentiel. Contrairement à toute attente, Carmen le supporte, l’infection est jugulée. Elle commence à récupérer, au point de sortir le 2 janvier 2009. Un point reste très préoccupant : l’hémorragie cérébrale dilate son crâne et la fait souffrir. Un examen est prévu le 19 février. Il faudra probablement opérer. Nouvelle « offensive » de prière aux Parents Martin dont le Reliquaire passe providentiellement au Sanctuaire de Llerida juste avant. (…) Quelques jours après, l’échographie révèle que l’hémorragie cérébrale a disparu, on ne constate plus que les cicatrices et, ce qui est le plus surprenant (à ce jour les médecins ne peuvent l’expliquer), l’absence totale de séquelles neurologiques ou motrices.'' Source




2- Sainte Mère Teresa de Calcutta (canonisée par le Pape François le 4 septembre 2016)


Béatification: Miracle en Inde. ''Il y a eu un miracle de Mère Teresa de Calcutta peu après sa mort. Le 5 septembre 1998, lors du premier anniversaire de sa mort, on posa une médaille de la Vierge, que la mère avait portée, sur le ventre d’une indienne qui était atteinte d’un cancer incurable de l’estomac. Le lendemain, à la stupeur des médecins, la tumeur avait disparu ". Le miracle a été reconnu par l’Église.''

Canonisation: Miracle au Brésil. ''Le pape François avait donné son feu vert à la publication d’un décret de la Congrégation pour les causes des saints reconnaissant un miracle, survenu au Brésil en 2008, comme dû à Mère Teresa, jeudi 17 décembre, jour de son anniversaire. Ce miracle est la guérison d’un jeune ingénieur du Brésil, du diocèse de Santos, dans l’État de São Paulo, Marcilio Haddad Andrino, atteint de huit abcès au cerveau.'' Source




3- Saints enfants de Fátima, Francisco et Jacinta Marto (canonisés par le Pape François le 13 mai 2017)


Béatification: Miracle au Portugal. ''Un premier miracle obtenu par leur intercession commune avait été reconnu par Jean-Paul II le 28 juin 1999 et retenu pour leur béatification: ils avaient été invoqués ensemble. C’était la guérison, le 25 mars 1987, de María Emilia Santos, de Leiria (Portugal), paraplégique, qui avait commencé a invoquer les deux enfants après une retraite pour les malades, à Fatima, et qui achevait alors une neuvaine, après des années de martyre. Elle commença à aller mieux, à s’asseoir dans son lit sans aide et sans douleur, jusqu’à pouvoir se mettre debout le jour anniversaire de la mort de Jacinta, le 20 février 1989.''

Canonisation: Miracle au Portugal. ''Le miracle – guérison inexplicable pour l’état actuel de la science – retenu pour la canonisation est la guérison d’un bébé, Felipe Moura Marques, né avec un diabète de type 1 – réputé incurable -, portugais, dont les parents vivaient en Suisse. Sa maman et sa grand-mère ont emmené le bébé sur la tombe des pastoureaux, à Fatima. Lors de leur béatification, le 13 mai 2000, la maman approcha même le bébé du téléviseur en priant les deux bienheureux pour le petit Felipe. Depuis, il vit sans insuline et sans aucun problème de santé, a rapporté l’évêque – aujourd’hui émérite – de Leiria-Fatima, Mgr Serafim de Sousa Ferreira e Silva, en 2005.'' Source

3e Miracle, au Brésil. ''Lucas était en train de jouer avec sa petite sœur Eduarda, le 3 mars 2013, lorsqu’il est tombé d’une fenêtre, vers 20h, faisant une chute de 6, 50 m. (…) L’enfant a été victime d’un traumatisme crânien très grave avec une perte de tissu cérébral : vu la gravité du cadre clinique, l’enfant fut transféré à une heure de là dans un hôpital de Campo Mourão, dans l’Etat du Parana. Il y est arrivé dans un coma déjà profond, après deux arrêts cardiaques, et il fut opéré immédiatement. Mais les médecins jugeaient que l’enfant avait peu de chance de survivre. (…) Une sœur courut auprès des reliques des bienheureux Francisco et Jacinta qui se trouvaient près du tabernacle et elle se sentit poussée à prier en disant : ‘Pastoureaux, sauvez ce petit garçon, qui est un enfant comme vous !’ Elle a ensuite convaincu toute la communauté de prier par l’intercession des pastoureaux. (…) Deux jours après, le 9 mars, Lucas s’est réveillé. Il allait bien et il a commencé à parler, demandant des nouvelles de sa petite sœur. Le 11, il est sorti de soins intensifs, et le 15 de l’hôpital.'' Source




4- Saint Óscar Romero (canonisé par le Pape François le 14 octobre 2018)


Béatification: Reconnaissance du martyre.

Canonisation: Miracle au Salvador. ''Il s’agit du rétablissement inexpliqué d’une femme, dont la vie et celle de son enfant in utero étaient menacées par une complication de grossesse.'' Voir

''Suite à une grossesse «à hauts risques», l’accouchement de Cecilia Flores de Riva présente de graves complications. Elle est alors plongée dans un coma artificiel et, le 4 septembre 2015, les médecins ont peu d’espoir de pouvoir la réanimer. Ils conseillent à son mari, Alejandro de Rivas, de prier pour elle.

« J’ai prié monseigneur Romero et lui ai demandé d’intervenir » raconte l’époux de la miraculée en conférence de presse. Dès le lendemain, l’état de Cecilia Flores s’améliore de manière fulgurante. Ses reins passent de 2 à 70% de son fonctionnement normal en cinq jours. Le 10 septembre 2015, elle est autorisée à quitter l’hôpital. Évoquant ce «rétablissement si complet», son mari n’a « pas d’autre mot que miracle ». Le cas de Cecilia Flores a été longuement étudié par le Vatican. Le miracle a depuis été attribué au défunt Mgr Oscar Romero, déjà béatifié. Un tel miracle permet au bienheureux Mgr Romero d’accéder à la canonisation, et devenir “saint”. Source




5- Saint John Henry Newman (canonisé par le Pape François le 13 octobre 2019)


Béatification: Miracle aux États-Unis. ''Un matin de juin 2000, alors qu’il n’est pas encore ordonné au diaconat, Jack Sullivan est réveillé par une douleur atroce. Un scanner révèle qu’à peu près toutes ses vertèbres et disques intervertébraux ont basculé vers l’intérieur et compriment la moelle épinière. Un neurochirugien le prévient que seule une intervention chirurgicale immédiate peut lui empêcher la paralysie.

Ayant vu un reportage consacré à John Henry Newman sur EWTN, il prie le vénérable pour que son atroce douleur cesse et qu’il puisse poursuivre ses études pour être diacre. (…) Il est opéré au printemps 2001, mais, au cours de l’opération, le chirurgien découvre qu’en plus de ses graves lésions vertébrales, la membrane de protection qui protège la moelle épinière est rompue en au moins deux endroits. Malgré l’opération, Sullivan n’a plus aucune motricité et souffre de douleurs insupportables : hors de question, dans ces conditions, de poursuivre ses études pour le diaconat.

Le 15 août 2001, quatre jours après son intervention chirurgicale, il invoque encore l’intercession de John Henry Newman. Ce qui se passe après dépasse l’entendement : «J’ai ressenti, a déclaré Sullivan à EWTN, une énorme chaleur puis des picotements dans tout le corps pendant une dizaine de minutes. Après cela, j’ai pu immédiatement me lever de mon lit. Je pouvais marcher sans le secours d’un ambulateur ou d’une canne, mais tout seul et sans ressentir la moindre difficulté ou la moindre douleur. J’ai marché dans tout l’hôpital rempli de joie. Je n’ai plus jamais eu besoin de médicaments anti-douleurs après cela.» Source

Canonisation: Miracle aux États-Unis. ''Enceinte de son quatrième enfant, une maman se voit prescrire par son médecin un suivi attentif jusqu’à la naissance du bébé. La grossesse de la quarantenaire est en effet à risque, en raison de son âge et de ses fausses couches précédentes. Les craintes du docteur sont avérées : un hématome sous-chorial, c’est-à-dire une poche de sang dans la poche entourant le fœtus, est détectée. Désormais ce n’est plus seulement la vigilance qui est prescrite, mais l’alitement jusqu’à l’accouchement. Sinon, une nouvelle fausse couche sera plus que probable.

Un matin, elle se lève pour préparer le petit-déjeuner de ses trois autres enfants. La catastrophe ne tarde pas. La mère se met à saigner, encore et encore. Elle s’enferme dans sa salle de bain et laisse jaillir un cri de son cœur : “Cardinal Newman, arrêtez l’hémorragie, je vous en prie !” Aussi incroyable que cela puisse paraître, la maman est aussitôt exaucée. Son médecin l’examine peu après et n’en croit pas ses yeux. Ni la mère ni l’enfant n’ont de séquelles. Et après l’événement, la grossesse s’est poursuivie normalement, sans besoin pour la mère de rester allongée. Plusieurs médecins américains se sont penchés sur ce cas. “Nous n’avions jamais rien entendu de tel”, s’émerveille l’un d’entre eux. “J’ai pleuré en entendant son témoignage. Cela m’a serré le cœur, car je pouvais sentir une présence que je n’avais jamais ressentie avant”, témoigne-t-il.'' Source


  Envoyer ce message à un ami


 Les miracles reconnus pour 5 canonisations récentes par Chicoutimi  (2021-02-21 08:21:22)


26 liseurs actuellement sur le forum
[Valid RSS]