Messages récents | Retour à la liste des messages | Rechercher
Afficher la discussion

Sainte Russie d'Alain Besançon...
par Gereo 2020-03-07 01:10:18
Imprimer Imprimer

Catholica – Dans votre ouvrage Sainte Russie, aboutissement de longues années d’études et de réflexions sur la Russie et son histoire – et notamment sur son histoire intellectuelle et religieuse – vous commencez par une citation de Karl Marx, qui dit « La Russie offre dans l’histoire l’unique exemple d’un immense empire qui, même après des réalisations d’envergure mondiale, ne cesse d’être considéré comme une affaire de croyance et non de fait. » Et vous finissez votre livre sur cette phrase : « Qu’à la place de la croyance se substitue le fait, c’était le souhait de Marx en 1857, c’est aujourd’hui le mien ». Opposer, quant à la Russie, le fait à la croyance semble être le but de votre livre et cette citation de Marx en donne le ton.

Alain Besançon – D’une certaine façon, oui. Mais je voudrais préciser d’abord que, quand Marx écrit ces lignes, en 1857, l’Europe considère avec horreur le régime russe et que lui-même est très russophobe. A la fin de sa vie, comme les Russes lui auront fait croire qu’il avait chez eux un immense succès (c’était faux), Marx, mû par sa vanité d’auteur, commencera à placer de grands espoirs dans la Russie. Il n’en reste pas moins que l’opposition entre la croyance et le fait est ici fondamentale. Sous le règne de Louis-Philippe, l’Europe, notamment éclairée par le livre que le marquis de Custine avait tiré de son séjour dans l’empire des tsars1 , prend brusquement conscience du contraste effrayant entre ce que la Russie dit d’elle-même et la réalité russe. La France s’est montrée alors très anti-russe. C’est le cas par exemple de Michelet. Puis sont venus les temps de l’alliance franco-russe. Le rideau est alors retombé et la France s’est remise à délirer sur la Russie, à l’exception de quelques auteurs savants comme Anatole Leroy-Beaulieu, dont il est regrettable, même encore maintenant, qu’il soit si peu lu2 .

Il y a donc, selon vous, un « mensonge russe » fondamental. Peut-on dire que le mensonge communiste n’en aurait été qu’une facette ?

C’est un peu plus compliqué que cela. Il y a, si l’on veut, le « mensonge simple » du régime autoritaire qui a des plans et qui tient à ce que, superficiellement au moins, ces plans se réalisent. Le mensonge communiste, c’est différent. Ce n’est pas un mensonge à la Potemkine, mensonge traditionnel qui consiste à construire un décor pour les étrangers en vue de leur donner une bonne idée du pays. Le mensonge communiste est beaucoup plus profond, parce que le communisme procède à une duplication de la réalité, qu’il impose et nie à la fois. Quand un professeur revient de Russie, il dit avoir rencontré tel ou tel collègue qui lui a tenu tel ou tel propos. Mais la personne qu’il a rencontrée là-bas n’est pas un collègue, c’est un professeur bolchévique qui a raconté une histoire. Même chose avec un ministre de chez nous : il croit s’être entretenu avec son homologue soviétique, mais c’est faux, ce n’est pas son homologue. Les Français ont été beaucoup trompés, et le monde entier continue d’être trompé. On croit que le maire de Moscou est un maire. Non, c’est autre chose. Il y a un double mensonge : le mensonge Potemkine traditionnel, qui continue, et le mensonge communiste, qui consiste à faire croire que l’on vit dans la même réalité.

Mais le régime communiste s’est effondré.

Certes, mais d’une certaine façon on constate un mélange des deux mensonges. Les gens là-bas font maintenant semblant de vivre tout à fait dans la même réalité que nous. Ils ont cessé de dire qu’ils construisent le socialisme, mais ils font comme si ils vivaient comme nous. Or comme ils parlent aussi désormais comme nous, nous sommes doublement trompés. Je ferai remarquer que ceux qui font semblant de parler comme nous, ce sont surtout les anciens, habitués par le régime communiste à vivre dans une double réalité. Or cette double réalité actuelle est encore plus troublante que celle qu’imposait l’ancien mensonge communiste, qui avait fini par être percé. En effet, à la fin de l’ère Brejnev plus personne ne croyait à la construction d’un homme nouveau. Maintenant, quand les Russes disent qu’ils sont démocrates et qu’ils croient en Dieu avec leur grosse croix sous leur chemise, nous croyons qu’ils vivent dans le même monde que nous. Eh bien, c’est plus compliqué que cela.

Il y aurait donc continuité du mensonge, sous des dehors désormais plus traditionalistes ?

La diplomatie russe, qui a toujours été très efficace parce qu’elle sait ce qu’elle veut – c’est-à-dire non pas le partage équitable mais la domination – poursuit sur la voie de la diplomatie soviétique, sans qu’il y ait eu besoin de changer les hommes. Ses buts sont toujours les mêmes. Que la langue de bois ne soit plus communiste ne change pas grand-chose à l’affaire. Comme du reste les députés sont démocratiquement élus et les journalistes indépendants, le mensonge actuel est beaucoup plus trompeur que l’ancien mensonge communiste, qui avait fini par être éventé.

Il y a donc eu simple changement de décor ?

On peut le dire, en ce sens qu’on est revenu à l’ancien décor pompeux du temps des tsars, avec les grands offices solennels et les réceptions somptueuses dans les palais. Mais si l’on est revenu à l’ancien décor, c’est pour ne pas avoir à faire ce que l’Allemagne a fait. Les Allemands sont « born again », après le nazisme ils ont changé leur âme, peut-être même presque trop. Alors que la Russie fait comme si les années communistes avaient été un simple accident météorologique. On n’en parle pas, et l’on intègre Staline dans la gloire russe. Ce décor néo-tsarien est donc une façon de mentir sur ce qu’a été le communisme, qui ne suscite pas le moindre remords. Les statues de Lénine sont toujours en place et Staline est considéré comme une grande figure de l’histoire du peuple russe.

Ce n’est quand même pas officiel ?

Si, désormais les manuels scolaires glorifient Staline.

Staline comme sauveur de la Russie et vainqueur en 1945 ?

Oui, mais aussi, et de plus en plus, Staline comme sauveur de l’Etat russe, Staline comme gardien fidèle, sans que l’on s’attarde sur les années atroces qu’il a fait vivre au pays. Il y a une volonté d’oubli inverse de la volonté de mémoire qu’entretient l’Allemagne sur son passé nazi.

Pour quelle raison avez-vous intitulé votre ouvrage « Sainte Russie » ?

« Sainte » est une épithète que les Occidentaux accordent volontiers à la Russie, reprenant ainsi une formule russe : Sviataya Rus. Celle-ci signifie que la Russie est sainte parce qu’orthodoxe et qu’il n’y a de christianisme véritable que dans l’orthodoxie, sainte parce que le Christ a eu des faveurs particulières pour ce pays resté fidèle à sa foi, sainte parce que la sainteté s’étend de l’Eglise à la Russie elle-même, laquelle est difficilement distinguable de l’Eglise.

Vous dites que les Eglises catholique et orthodoxe sont « séparées par une même foi ».

Oui, je m’inspire ici d’une formule d’Oscar Wilde, qui disait que l’Angleterre et l’Amérique étaient « séparées par une même langue ». En ce qui concerne les deux Eglises, il y a là quelque chose de très vrai. La Russie a conservé la lettre de la foi de l’Eglise unie et elle n’a pas dévié. Mais si de part et d’autre la foi est la même, la pratique en est tout à fait différente. Les orthodoxes disent sur le monde latin des choses parfois très vraies, nous reprochant à juste titre notre juridisme, notre sécheresse, notre autoritarisme, soulignant ce que peut avoir d’illégitime la centralisation autour du pape. Malheureusement, ils accompagnent trop souvent ces constats d’une haine parfaite à notre égard. Or je ferai remarquer qu’il n’y a pas chez nous de haine contre les Orientaux. Au contraire, les Occidentaux sont très attirés par l’orthodoxie russe, dont ils ne saisissent pas les tromperies et les mensonges. C’est d’autant pire que l’Eglise du patriarcat de Moscou est complètement intégrée dans l’Etat russe, en particulier dans sa police. Il n’est guère de hiérarque de l’Eglise orthodoxe qui n’ait entretenu ou n’entretienne des liens avec les services secrets (KGB autrefois, FSB de nos jours). Selon des personnes qui connaissent bien l’Eglise russe actuelle, l’actuel patriarche serait même quasiment « né dans le KGB ». Ce qui n’empêche pas bien des catholiques d’être fascinés par l’orthodoxie russe. Il est vrai que la liturgie est magnifique, et que nous, les Latins, nous n’avons pas bien su conserver la nôtre. J’étais récemment à Notre-Dame de Paris pour un office gréco-catholique ukrainien, et c’était véritablement splendide. Rien à voir avec nos messes si tristes.

https://www.catholica.presse.fr/2013/06/13/la-%C2%AB-sainte-russie-%C2%BB/

     

Soutenir le Forum Catholique dans son entretien, c'est possible. Soit à l'aide d'un virement mensuel soit par le biais d'un soutien ponctuel. Rendez-vous sur la page dédiée en cliquant ici. D'avance, merci !


  Envoyer ce message à un ami


 Vladimir Poutine introduit Dieu dans la Constitution par Ewondo  (2020-03-07 00:14:11)
      Sainte Russie d'Alain Besançon... par Gereo  (2020-03-07 01:10:18)
          Très instructif par AVV-VVK  (2020-03-07 11:51:39)
              C'est amusant de poser la question, par Yves Daoudal  (2020-03-07 13:56:11)
                  Pardonnez-moi. par Yves Daoudal  (2020-03-07 14:47:52)
                      D'accord avec Daoudal ! par Jean-Paul PARFU  (2020-03-07 15:22:38)
                      La Russie répandra ses erreurs par Gereo  (2020-03-07 16:10:00)
                          Il faut quand même le faire par Jean-Paul PARFU  (2020-03-07 16:35:54)
                  Merci de cette remise au point par Luc de Montalte  (2020-03-07 15:40:38)
          Excellent Alain Besançon par Luc de Montalte  (2020-03-07 15:48:25)
          Besançon, un "bon ami" de la Tradition par Rodolphe  (2020-03-08 15:52:42)
              [réponse à Rodolphe] par Francis Dallais  (2020-03-08 16:10:10)
          Bravo et merci à Alain BESANçON par Paroissien  (2020-03-08 21:31:24)
      Nouvelle réconfortante.... par Pol  (2020-03-07 11:30:32)
      L'article du Point est plus complet par Ewondo  (2020-03-07 15:37:51)
          La Russie de POutine n ecarte pas Dieu par Germanicus  (2020-03-07 16:25:51)
              Mais oui par Luc de Montalte  (2020-03-07 17:12:31)
                  Vous croyez aux medias ,vous? par Germanicus  (2020-03-07 17:17:34)
      [réponse] par origenius  (2020-03-07 16:44:35)
          Assumer son passé par Luc de Montalte  (2020-03-07 17:08:04)
              Rien n est oublié en Russie par Germanicus  (2020-03-07 17:19:11)
                  En effet par Luc de Montalte  (2020-03-07 17:32:06)
                      POutine est un Grand Homme par Germanicus  (2020-03-07 18:08:28)
                          Même pas par Luc de Montalte  (2020-03-08 00:11:54)
                              Le réponse "différence" était pour vous par Glycéra  (2020-03-09 10:32:17)
                          Différence avec homme grand ? par Glycéra  (2020-03-09 10:30:40)


151 liseurs actuellement sur le forum
[Valid RSS]