[ Me connecter ]
Contacts | Inscription | Retour à la liste des messages | Rechercher
Afficher la discussion

retour sur la dissolubilité du mariage par jejomau 2017-03-17 11:30:52 Imprimer Imprimer

Amoris Laetitia et son chapître 8 :
.

L’Exhortation évoque tout d’abord, les unions purement civiles et le concubinage, aux n° 293-294 :

« Le choix du mariage civil ou, dans différents cas, de la simple vie en commun, n’est dans la plupart des cas pas motivé par des préjugés ou des résistances à l’égard de l’union sacramentelle, mais par des raisons culturelles ou contingentes. Dans ces situations il sera possible de mettre en valeur ces signes d’amour qui, d’une manière et d’une autre, reflètent l’amour de Dieu » […] « Toutes ces situations doivent être affrontées d’une manière constructive, en cherchant à les transformer en occasions de cheminement vers la plénitude du mariage et de la famille à la lumière de l’Évangile. Il s’agit de les accueillir et de les accompagner avec patience et délicatesse. C’est ce qu’a fait Jésus avec la samaritaine (cf. Jn 4, 1-26) : il a adressé une parole à son désir d’un amour vrai, pour la libérer de tout ce qui obscurcissait sa vie et la conduire à la joie pleine de l’Évangile ».



Le Pape affirme ici que les unions réputées jusqu’ici illégitimes sont des « signes d’amour qui, d’une manière et d’une autre, reflètent l’amour de Dieu » et qu’elles peuvent être utilisées comme des « occasions de cheminement vers la plénitude du mariage et de la famille ».

Question : L’occasion de péché n’en serait donc plus une, mais deviendrait occasion de mariage ?

Voici ce que dit Innocent XII sur cet aspect très controversé. Il répond à des missionnaires Capucins qui l'interrogent sur la question sacramentelle du mariage pour des personnes qui auraient abjuré leur foi (toujours baptisés bien sûr) et qui se marieraient suivant des coutumes païennes ou musulmanes :

Le mariage comme sacrement
2340
Question : Un mariage entre personnes qui ont apostasié la foi et qui auparavant ont été régulièrement baptisées, s'il est conclu après l'apostasie de façon publique selon la coutume des païens et des mahométans, est- il véritablement un mariage et un sacrement ?

Réponse : S'il existe un pacte de dissolubilité, ce n'est ni un mariage ni un sacrement ; Si un tel pacte n'existe pas, il s'agit d'un mariage et d'un sacrement.


On pourrait entendre par pacte de dissolubilité, l'idée du "contrat". Contrat civile quand on passe à la mairie aujourd'hui. Contrat tel qu'il existe dans les communautés musulmanes où il est possible répudier sa femme pour en prendre une autre. A chaque fois, les conjoints s'engagent donc dans ce qu'ils appellent "un mariage" devant la société... mais dans le cadre d'un contrat qui permet et légalise le divorce pour cette société. Et, pour l'Eglise ici, dans ce cas, il est clairement affirmé que le mariage sacramentel n'existe pas : on n'a pas vraiment le mariage indissoluble tel qu'il a été institué par NSJC...

  Envoyer ce message à un ami



La discussion

images/icones/union-jack.png L'évêque militaire du Canada réaffirme l'enseignement sur le mariage par Chicoutimi (2017-03-17 09:12:51)
     images/icones/union-jack.png Des diocèses canadiens clarifient l'enseignement d'Amoris Laetitia par Chicoutimi (2017-03-17 09:34:10)
     images/icones/fleche3.gif retour sur la dissolubilité du mariage par jejomau (2017-03-17 11:30:52)



31 liseurs actuellement sur le forum
Compteur agoramag
Compteur mis en place le 15 nov 2006
M'abonner au flux RSS