[ Me connecter ]
Contacts | Inscription | Retour à la liste des messages | Rechercher
Afficher la discussion

« Le catholicisme politique étend son intransigeance » (24heures.ch) par XA 2017-02-17 13:58:46 Imprimer Imprimer



Le catholicisme politique étend son intransigeance


Après des années de silence, les catholiques français veulent peser sur la présidentielle. Les hérauts de la Manif pour tous ont pris goût au combat.

Les portes de l’abbatiale Saint-Just (sic) sont ouvertes à tous en ce dimanche matin. Dans ce Vieux-Lyon, entre la basilique de Fourvière haut perchée et la primatiale Saint-Jean près de la Saône, tout respire la France catholique. La messe se donne en latin. Depuis deux ans, cette église un temps dévolue aux expositions culturelles a été «reconsacrée» par la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre. Tout un symbole. «Lyon est la capitale de l’engagement. La victoire viendra du ciel. Nous sommes les piliers», explique Mathieu sur les marches de l’église. Les sympathisants de la Manif pour tous, ce mouvement de contestation du mariage homosexuel de 2013 qui a remis la religion dans le débat politique, n’ont pas de permanence mais des habitudes.

Ils ont aussi de l’humour. Notre quadragénaire poivre et sel avoue en rigolant «quatre filles, une femme et une belle-mère» mais assume son intransigeance. D’où une synthèse sur l’indiscutable dogme de la trinité familiale: «Un enfant, un papa et une maman, n’est-ce pas?» A l’intérieur, la messe selon le rite extraordinaire pré-Vatican II en est au sermon. C’est la Chandeleur et il n’est question que de lumière qui protège des ténèbres et du vice. Les servants de messe déambulent avec des cierges immenses dressés comme des glaives.

«Nous voterons en regardant les programmes. Les mensonges des hommes ne sont jugés que par Dieu», glisse Mathieu quand on parle présidentielle. De toute évidence, cet avenant traditionaliste pratique la «restriction mentale» chère aux jésuites en terres de conquête. C’est un fait, la branche la plus radicale des catholiques s’est choisi François Fillon. Le candidat qui s’est déclaré «chrétien» pour prouver le bien-fondé de ses réformes sociales. La revendication de sa foi est devenue en 2017 une arme politique.

Catholicisme de combat

«Avec la Manif pour tous, les catholiques français se sont réapproprié le combat politique», indique Eugénie Bastié. Cette journaliste de 25 ans est une des figures des néo-conservateurs. «Je dis merci à François Hollande. Les outrances de son quinquennat ont réveillé le catholicisme français par le mépris qu’a affiché le camp du progrès. Des années de ressentiment sont ressorties», met en évidence cette femme au regard bleu, habillée en short cuir et bas noir. De toute évidence, elle maîtrise la communication et joue sur les contrastes.

Mais davantage que journaliste d’information, Eugénie Bastié entend promouvoir ses idées. Et de citer la doctrine de Gramsci et de Soljenitsyne dans le texte. Soit comment retourner les codes dominants, voire oppressants, pour imposer la révolution conservatrice par la culture. Si elle dit ne pas croire à la guerre de civilisations, elle affirme néanmoins que «l’expansion de l’islam en Occident a réveillé aussi des gens qui ne sont pas forcément pratiquants. L’insécurité culturelle fait du catholicisme une espèce de bannière identitaire. Ils se rattachent au catholicisme parce qu’ils sentent le monde menacé par l’islam et par la mondialisation.»

Ce discours d’Eugénie Bastié la placerait en ligne avec Marine Le Pen. C’est pourtant François Fillon qui a ses faveurs, malgré des réserves sur les positions libérales en matière d’économie, elle souligne le courage du champion de la droite: «Il est le seul qui pointe que ce ne sont pas les religions qui posent problème à la laïcité, mais l’islam!» résume-elle avant de conclure: «Je serai terrifiée à l’idée que Macron gagne en mai. On aurait fait la Manif pour tous et ce serait le candidat de Pierre Bergé qui l’emporte…» Elle ne nous dira pas si c’est le lobby gay ou celui de l’argent qui l’émeut en citant l’homme d’affaires libertaire qui a partagé la vie d’Yves Saint Laurent.

L’armée de Sens commun

Ces positions tranchées font leur chemin à droite. A Lyon, par exemple, c’est Anne Lorne (36 ans) qui a été investie par Les Républicains pour emporter la première circonscription lors des législatives. «Avec le Mariage pour tous, l’ambition de Christiane Taubira était le changement de civilisation. Elle l’a dit! Avec la question de la filiation, ils s’attaquent aux murs porteurs de notre société», affirme cette boule d’énergie. Après un travail dans une multinationale – «où je tournais en rond, cherchant un sens à ma vie» –, cette mère de quatre enfants s’est engagée dans la Manif pour tous. Puis a poursuivi en construisant Sens commun, lobby ultraconservateur qui compte 7000 membres au sein des Républicains. «Nous avons levé une nouvelle armée de gens qui veulent injecter de l’anthropologie chrétienne dans la politique», lance-t-elle.

Reste que si les identitaires sont les plus visibles, le portrait des catholiques français se révèle plus complexe. Selon un récent sondage Ifop publié par Famille Chrétienne (avant l’affaire Fillon), 49% des catholiques pratiquants voteraient François Fillon au premier tour. Néanmoins, Marine Le Pen, avec 25% des intentions de vote, progresse. Et Emmanuel Macron y recueille un petit 9%. Tous les prétendants de la gauche réunis arrivent péniblement à 20%. Pour les Français qui ont la foi chrétienne, il semble évident que Dieu est de droite et qu’il ne s’abstiendra pas lors de la présidentielle. (24 heures)

  Envoyer ce message à un ami



La discussion

images/icones/carnet.gif « Le catholicisme politique étend son intransigeance » (24heures.ch) par XA (2017-02-17 13:58:46)
     images/icones/neutre.gif Les servants de messe... par PLC (2017-02-18 06:46:14)



40 liseurs actuellement sur le forum
Compteur agoramag
Compteur mis en place le 15 nov 2006
M'abonner au flux RSS