[ Me connecter ]
Contacts | Inscription | Retour à la liste des messages | Rechercher
Afficher la discussion

10 fois la Grâce, et 40 fois le péché, dans les textes du Concile Vatican II. par Scrutator Sapientiæ 2012-03-03 06:34:13 Imprimer Imprimer

Bonjour Presbu,

Vous trouverez

- au moins 10 fois la Grâce,

et

- au moins 40 fois le péché,

dans les textes du Concile Vatican II.

1. En ce qui concerne la Grâce, voici :

LG 7 : Mais comme tous les membres du corps humain, malgré leur multiplicité, ne forment cependant qu’un seul corps, ainsi les fidèles dans le Christ (cf. 1 Co 12, 12). Dans l’édification du Corps du Christ règne également une diversité de membres et de fonctions. Unique est l’Esprit qui distribue des dons variés pour le bien de l’Église à la mesure de ses richesses et des exigences des services (cf. 1 Co 12, 11). Parmi ces dons, la grâce accordée aux Apôtres tient la première place : l’Esprit lui-même soumet à leur autorité jusqu’aux bénéficiaires des charismes (cf. 1 Co 14). Le même Esprit qui est par lui-même principe d’unité dans le corps où s’exerce sa vertu et où il réalise la connexion intérieure des membres, produit et stimule entre les fidèles la charité. Aussi un membre ne peut souffrir, que tous les membres ne souffrent, un membre ne peut être à l’honneur, que tous les membres ne se réjouissent avec lui (cf. 1 Co 12, 26).

LG 8 : Le Christ, unique médiateur, crée et continuellement soutient sur la terre, comme un tout visible, son Église sainte, communauté de foi, d’espérance et de charité, par laquelle il répand, à l’intention de tous, la vérité et la grâce. Cette société organisée hiérarchiquement d’une part et le corps mystique d’autre part, l’ensemble discernable aux yeux et la communauté spirituelle, l’Église terrestre et l’Église enrichie des biens célestes ne doivent pas être considérées comme deux choses, elles constituent au contraire une seule réalité complexe, faite d’un double élément humain et divin [10]. C’est pourquoi, en vertu d’une analogie qui n’est pas sans valeur, on la compare au mystère du Verbe incarné. Tout comme en effet la nature prise par le Verbe divin est à son service comme un organe vivant de salut qui lui est indissolublement uni, de même le tout social que constitue l’Église est au service de l’Esprit du Christ qui lui donne la vie, en vue de la croissance du corps (cf. Ep 4, 16).

LG 9 : Et tout comme l’Israël selon la chair cheminant dans le désert reçoit déjà le nom d’Église de Dieu (Ne 13, 1 ; cf. Nb 20, 4 ; Dt 23, 1 s.) ainsi le nouvel Israël qui s’avance dans le siècle présent en quête de la cité future, celle-là permanente (cf. He 13, 14), est appelé lui aussi : l’Église du Christ (cf. Mt 16, 18) : c’est le Christ, en effet, qui l’a acheté de son sang (cf. Ac 20, 28), empli de son Esprit et pourvu des moyens adaptés pour son unité visible et sociale. L’ensemble de ceux qui regardent avec la foi vers Jésus, auteur du salut, principe d’unité et de paix, Dieu les a appelés, il en a fait l’Église, pour qu’elle soit, pour tous et pour chacun, le sacrement visible de cette unité salutaire. Destinée à s’étendre à toutes les parties du monde, elle prend place dans l’histoire humaine, bien qu’elle soit en même temps transcendante aux limites des peuples dans le temps et dans l’espace. Marchant à travers les tentations, les tribulations, l’Église est soutenue par la vertu de la grâce de Dieu, à elle promise par le Seigneur pour que, du fait de son infirmité charnelle, elle ne défaille pas à la perfection de sa fidélité mais reste de son Seigneur la digne Épouse, se renouvelant sans cesse sous l’action de l’Esprit Saint jusqu’à ce que, par la croix, elle arrive à la lumière sans couchant.

LG 12 : Mais le même Esprit Saint ne se borne pas à sanctifier le Peuple de Dieu par les sacrements et les ministères, à le conduire et à lui donner l’ornement des vertus, il distribue aussi parmi les fidèles de tous ordres, « répartissant ses dons à son gré en chacun » (1 Co 12, 11), les grâces spéciales qui rendent apte et disponible pour assumer les diverses charges et offices utiles au renouvellement et au développement de l’Église, suivant ce qu’il est dit : « C’est toujours pour le bien commun que le don de l’Esprit se manifeste dans un homme » (1 Co 12, 7). Ces grâces, des plus éclatantes aux plus simples et aux plus largement diffusées, doivent être reçues avec action de grâce et apporter consolation, étant avant tout ajustées aux nécessités de l’Église et destinées à y répondre. Mais les dons extraordinaires ne doivent pas être témérairement recherchés ; ce n’est pas de ce côté qu’il faut espérer présomptueusement le fruit des œuvres apostoliques ; c’est à ceux qui ont la charge de l’Église de porter un jugement sur l’authenticité de ces dons et sur leur usage bien ordonné. C’est à eux qu’il convient spécialement, non pas d’éteindre l’Esprit, mais de tout éprouver pour retenir ce qui est bon (cf. 1 Th 5, 12.19-21).

LG 14 : Sont incorporés pleinement à la société qu’est l’Église ceux qui, ayant l’Esprit du Christ, acceptent intégralement son organisation et les moyens de salut qui lui ont été donnés, et qui, en outre, grâce aux liens constitués par la profession de foi, les sacrements, le gouvernement ecclésiastique et la communion, sont unis, dans l’ensemble visible de l’Église, avec le Christ qui la dirige par le Souverain Pontife et les évêques. L’incorporation à l’Église, cependant, n’assurerait pas le salut pour celui qui, faute de persévérer dans la charité, reste bien « de corps » au sein de l’Église, mais pas « de cœur». Tous les fils de l’Église doivent d’ailleurs se souvenir que la grandeur de leur condition doit être rapportée non à leurs mérites, mais à une grâce particulière du Christ ; s’ils n’y correspondent pas par la pensée, la parole et l’action, ce n’est pas le salut qu’elle leur vaudra, mais un plus sévère jugement.

GS 17 : Mais c’est toujours librement que l’homme se tourne vers le bien. Cette liberté, nos contemporains l’estiment grandement et ils la poursuivent avec ardeur. Et ils ont raison. Souvent cependant ils la chérissent d’une manière qui n’est pas droite, comme la licence de faire n’importe quoi, pourvu que cela plaise, même le mal. Mais la vraie liberté est en l’homme un signe privilégié de l’image divine. Car Dieu a voulu le laisser à son propre conseil [19] pour qu’il puisse de lui-même chercher son Créateur et, en adhérant librement à lui, s’achever ainsi dans une bienheureuse plénitude. La dignité de l’homme exige donc de lui qu’il agisse selon un choix conscient et libre, mû et déterminé par une conviction personnelle et non sous le seul effet de poussées instinctives ou d’une contrainte extérieure. L’homme parvient à cette dignité lorsque, se délivrant de toute servitude des passions, par le choix libre du bien, il marche vers sa destinée et prend soin de s’en procurer réellement les moyens par son ingéniosité. Ce n’est toutefois que par le secours de la grâce divine que la liberté humaine, blessée par le péché, peut s’ordonner à Dieu d’une manière effective et intégrale. Et chacun devra rendre compte de sa propre vie devant le tribunal de Dieu, selon le bien ou le mal accompli.

SC 47 : Notre Sauveur, à la dernière Cène, la nuit où il était livré, institua le sacrifice eucharistique de son Corps et de son Sang pour perpétuer le sacrifice de la croix au long des siècles, jusqu’à ce qu’il vienne, et pour confier ainsi à l’Église, son Épouse bien-aimée, le mémorial de sa mort et de sa résurrection : sacrement de l’amour, signe de l’unité, lien de la charité, banquet pascal dans lequel le Christ est mangé, l’âme est comblée de grâce, et le gage de la gloire future nous est donné.

SC 59 : Les sacrements ont pour fin de sanctifier les hommes, d’édifier le Corps du Christ, enfin de rendre le culte à Dieu ; mais, à titre de signes, ils ont aussi un rôle d’enseignement. Non seulement ils supposent la foi, mais encore, par les paroles et les choses, ils la nourrissent, ils la fortifient, ils l’expriment ; c’est pourquoi ils sont dits sacrements de la foi. Certes, ils confèrent la grâce, mais, en outre, leur célébration dispose au mieux les fidèles à recevoir fructueusement cette grâce, à rendre à Dieu le juste culte, et à exercer la charité. Il est donc de la plus grande importance que les fidèles comprennent facilement les signes des sacrements et fréquentent de la façon la plus assidue les sacrements qui nourrissent la vie chrétienne.

SC 61 : C’est pourquoi la liturgie des sacrements et des sacramentaux fait que, chez les fidèles bien disposés, presque tous les événements de la vie sont sanctifiés par la grâce divine qui découle du mystère pascal de la passion, de la mort et de la résurrection du Christ ; car c’est de lui que tous les sacrements et sacramentaux tirent leur vertu ; et il n’est à peu près aucun usage honorable des choses matérielles qui ne puisse être orienté vers cette fin : la sanctification de l’homme et la louange de Dieu.

UR 2 : Élevé sur la croix, puis entré dans la gloire, le Seigneur Jésus a répandu l’Esprit qu’il avait promis. Par lui, il appela et réunit dans l’unité de la foi, de l’espérance et de la charité, le peuple de la Nouvelle Alliance qui est l’Église, selon l’enseignement de l’Apôtre : « Il n’y a qu’un Corps et qu’un Esprit, comme il n’y a qu’une espérance au terme de l’appel que vous avez reçu ; un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême » (Ep 4, 4-5). En effet, « vous tous, baptisés dans le Christ, vous avez revêtu le Christ... Vous ne faites qu’un dans le Christ Jésus » (Ga 3, 27-28). L’Esprit Saint qui habite dans le cœur des croyants, qui remplit et régit toute l’Église, réalise cette admirable communion des fidèles et les unit tous si intimement dans le Christ, qu’il est le principe de l’unité de l’Église. C’est lui qui réalise la diversité des grâces et des ministères, enrichissant de fonctions diverses l’Église de Jésus Christ, « organisant ainsi les saints pour l’œuvre du ministère, en vue de la construction du Corps du Christ » (Ep 4, 12).

Source : Synopse des textes conciliaires, de Deretz et Nocent, paru aux Editions universitaires, en 1966.

2. En ce qui concerne le péché, je vous renvoie, par exemple, à l'index thématique, en page 700 de l'édition intégrale et définitive du Concile Vatican II parue aux éditions du Cerf, en 2003.

3. En revanche, il semble vraiment que les expressions suivantes : "surnaturel", "théologal", "indignité", "servitude", "damnation", "perdition", "ciel", "enfer", n'apparaissent pas, en tant que telles, à l'intérieur du corpus conciliaire.

4. Mais vous trouverez quelques-unes de ces expressions dans l'index analytique du Compendium du Catéchisme de l'Eglise catholique paru en 2005.

Bonne journée.

Scrutator.

  Envoyer ce message à un ami



La discussion

images/icones/irlande.gif ? pas une seule fois " LA GRÄCE" dans V II? par Presbu (2012-03-02 19:49:30)
     images/icones/fleche3.gif Recherche à faire en hypertexte... par Glycéra (2012-03-02 20:09:05)
         images/icones/1g.gif De l'utilité de lire... par AB Gédéon (2012-03-02 21:38:16)
             images/icones/fleur.gif Merci monsieur l'Abbé par Anton (2012-03-03 08:53:37)
             images/icones/iphone.jpg Vous avez raison. par XA (2012-03-03 09:28:10)
                 images/icones/neutre.gif Je ne vous le fais pas dire... par AB Gédéon (2012-03-03 15:38:54)
                 images/icones/neutre.gif Comme quoi il vaut mieux se fier par Anton (2012-03-03 20:00:42)
         images/icones/neutre.gif Pardon, Ma'me Glycera par AB Gédéon (2012-03-02 21:41:20)
             images/icones/neutre.gif jejomau par AB Gédéon (2012-03-02 21:43:10)
                 images/icones/1e.gif bah par jejomau (2012-03-02 22:53:12)
     images/icones/3c.gif Vous ne pourriez pas par Yves Daoudal (2012-03-02 20:14:57)
         images/icones/info2.gif Dans l'index de l'édition française, par Yves Daoudal (2012-03-02 20:23:35)
         images/icones/francis1.gif en effet par jean-marie dobrée (2012-03-02 20:54:39)
         images/icones/neutre.gif Mauvais joueur ainsi que Scrutator par Anton (2012-03-03 09:05:51)
             images/icones/fleche2.gif Pourquoi mauvais joueur ? Je ne vous comprends pas... par Scrutator Sapientiæ (2012-03-03 09:24:46)
             images/icones/neutre.gif Oh pardon par Anton (2012-03-03 12:41:41)
     images/icones/2a.gif normal..... par jejomau (2012-03-02 20:16:00)
         images/icones/neutre.gif Avez-vous lu... par Steve (2012-03-02 21:01:19)
     images/icones/fleche2.gif 10 fois la Grâce, et 40 fois le péché, dans les textes du Concile Vatican II. par Scrutator Sapientiæ (2012-03-03 06:34:13)
         images/icones/fleche2.gif Prenons le "surnaturel" par sylvquin (2012-03-03 08:24:37)
             images/icones/fleche2.gif En effet, merci beaucoup et mille excuses. par Scrutator Sapientiæ (2012-03-03 09:04:22)
                 images/icones/fleche2.gif de l'utilisation d'un traitement de texte par sylvquin (2012-03-03 11:24:32)
         images/icones/carnet.gif Prenons le mot "enfer": absence confirmée de Vatican II par Gaspard (2012-03-03 09:34:41)
             images/icones/musique.gif Oui, m'enfin bon ... par Rémi (2012-03-03 11:14:11)



47 liseurs actuellement sur le forum
Compteur agoramag
Compteur mis en place le 15 nov 2006
M'abonner au flux RSS